pataphysique absconse d'absoulis l'abscons

http://pataphysique.zeblog.com/

ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita

ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

genre de truc brut

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 10/05/2008 à 13:11 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 32 / mars 2003

 

Genre de Truc Brut d’Absoulis

 

du Genre que nous ne Publierons Jamais

 

G mis très longtemps après ma mort à réaliser que j'étais mort -dit l'Abscons d'une traite- Peut y pas te dire combien, because une fois mouru le temps ne compte plus comme avant, plus ne compte sitémieux...

 

- Pour pas dire qu'il n'a plus cours tout court dans ces yards. -Dit l'autre dans le but évident de couper court.

 

Têtu comme pas deux l’Abscons ne pipa mie... Il souleva l'épaule gauche, ses yeux, comme une bille de flipper, roulèrent d'un nuage à l'autre comme s'il suivait une mouche du gard sitémieux, puis il esquissa un geste de la main qui pourrait se traduire par: De toutes, on a toute latitude, James.

 

- Je me rappelle très bien de ce matin là... -reprit til.

- It was un matin, tiens! –fit James.

- J'ai dit ça comme ça.

- Tu t'étais soudain aperçu de que pourquoi j'avais écrit un jour "des idées vertes dorment furieusement", drôle d'illumination pour un new dead, me sui-G dit dès que G l’ai su, peul'enfont, et je suis comming-up te voir en spécimen. Mais seulement passqu’on a un certain degré de parentude.

- Et j'ai dit en te voyant en pied –fit Abs en relisant dans son calepin- :

 

- «Saperlipopette, non seulement je comprends l'indicible, mais je vois l'invisible!

- Tu y est en plein inside, bougre d'andouille.

- Où ça?

- With the invisible people, qui peuple les régions de l'air, comme disoit si bien ce bon vieux Branle-Lances.»

 

- C'est là que lui aussi, le vieux théâtreux, se ramena la gueule enfarinée, pour me bien-augurer.

- Je me l’en remind, en feffé.

 

- «Saperlipopette! –fis G, devant le grantômme.

- Twice que tu le dis, question vocabulaire t'est plutôt étroit.

 

Tandis que Branle-Lances gesticulant et sautillant comme un singe pris de mysticisme devant un chaudron, conjurait pour mieux m’augurer:

 

- Ad-patres! DCD! Trépassé! Refroidu! Jambonné!...»

 

Une anguille froide s’était glissée dans mon lit. Un froid qui n'estoit pas fait de froid, tout juste de petits matins de fin d'hiver inonda mon comble.

Le temps se gonfla comme une géante bubble-gum, d’un seul coup je pouvais aller comme je voulais dedans.

Just’une agréable sensation de fraîcheur, commun dit dans les pubs ...

 

- Bref, that day, t'étais tou squià de brecouille comme devant. –mâchouilla James.

- Un peu plexe, dirais-G...

- C'est toujours ainsi when we die.

- C'est pourtant pas faute d'être prévenus...

- My godness que non.

- Nom d’un macchabé!

 

- Poil-au-gibet! Désincarné! -Se mit à chanter à tue-tête Branle-Lances instantané, revenu de nulle part par voie ex-maquina.

 

- Tu peux le faire taire?

- Autant extraire de l'huile d’une vieille brique de Dublin.

- Ah.

- C’est de l’ordre supérieur, jamais il ne se taira celui-là.

le pan-omni

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 02/05/2008 à 16:32 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 31 / juin 2002

 

le Pan-Omni, dieu, est til Figurable Dessus des Œuvres Picturales en Gallérie?

 

en Quête Poussée chez les Credents

 

Histoire de te me reparler, voire te me rappeler que l'on est en service commandé et ce pour lurette, voici encore une anède de la bonne marche de l’œuvre colossale que l'on te me fait pour que ta culture ainsi que ton goût, qui nous le savons sont très restreints, voire rikiki, s'agrandissent et tes névronnes s'illuminent de cent mille milliards de machins phosphorescents.

Bref.

 

On en estoit à te me chercher des personnes de qualité à croquer pour l'éternité quand...

Attends, on avoit déjà une charreté de notables dont on voulait tirer le portrait, genre Saturne, Fantômas, le Dr. Faustroll et Latécoère ... Pis, toutàcoup, on se demande, comme ça pour déconner, sy fallait ou pas mettre dieu dans la cohorte.

 

Ceci à cause de qu'on causait des 3 grandes monothéistes, (pourquoi 3, somebady le sçait? 7 encore un signe du Pan-omni?).

Or, blème...

Si.

Existe til ou pas?

A til droit ou non?

Et subsidiairement, nous demanderait til des droits d'hauteur?

Tu me diras que tout ça est parallèle, voire con comme Itan.

Or adonques, Abs se te me trouve désigné, avec Machado, pour y faire les recherches idoines sur le sujet...

 

Nos deux passent coup de fil à la Synagoguenarde du district, sûrs qu'on allait se marraire.

Le rabbin machin te me leur dit que si ça ne dépendait que de lui la réponse est oui, le Pan-omni existe, il est désolé mais il ne peut que l'affirmer.

Bien sûr avant il te me les a fait chier des hallebardes avec des questions à n'en plus finir, et te mes les achève en leur suggérant de la prochaine fois, éviter d'appeler un samedi.

Ok se disentils. 7 un avis kasher.

 

Mais qu'en pense l'Y-man de la mosquita?

Re-tel.

Pareil avis, sauf que lui, il les remercie de ne pas avoir appelé hier, vendredi.

 

Yzètaient verts de rage car la chose se compliquait bien au-delà du prévisible, voire même du raisonnable.

Bref y te me décident d'attendre voir et dès le lendemain yzappelent Nostre-Dame de Pharis, voir si un monseigneur traînait par-là avec une éclairante plus limpide que les autres monothématiques.

Seulement c'estoit dimanche.

Y finit quand-même par se disponibiliser quand nos 2 leur disent quyzy sont athées.

Y paraît que chez les romains on manque de gros geans comme devant en ce moment, dès qu'y te me chopent un pas kasher ils deviennent tout miel.

Peine perdue, après une douzaine de stations, et non sans avoir fait remarquer qu'on estoit à la pente-côte (oui pour eux, contrairement aux champions du Tour de Trance, c'est pareil), il te me fait la même réponse.

Sauf quy savait pas, le saintômme, que nos 2 en avoient raz-la-ruche...

 

- Comment savez-tu que c'est vrai ssque t'avances?

- Io lo so, punto! -répond l'autre en italien pour se démarquer des intégraux qui ne causent que de l'italien ancien, et par-là mayme frisent l'intolérance.

- Alors s’il existe, 10 lui qu’y m'envoie un fax signé et on l'intègre dans notre gallérie de Gallilée, autrement et sans preuves on peut y pas.

- Non è possibile.

- De quoi?

- Commo lo dico, è una impossibilita métha-calzonne, una stupidita, di parlare direttament co dio.

- Aÿooo, non mi la fa, ferma Marcello! (traduzzione: "C'est toi qui l'dit mon évêque).

 

Bref et en gros y paraît que dieu étant pas de ce monde et immatériel, y fallait y croire pour le voire.

Et encore, yen a qui ont crû dru et n'onnes ren vu...

En gros nos 2 ne pouvaient pas estre sûrs de te me le représenter ou pas, puisque la seule chose tangible dont ils disposaient c'estoit la parole, ô combien douteuse, de trois sous-fifrolins, qui de plus n'avaient qu'entendu parler du Pan-omni que par ouï-dire …

Si josé.

 

Quelqu'un de comme nous, mettons un type normal, qui ne soit ni Rabbinique, ni Y-man, ni A-postal, irait te me faire la mayme chose, voire, se mettre à énoncer et croire par ouï-dire une énormité pareille, de tant de conséquence, et d'une telle investiture dramaturgique, on te me le traiterait ni plus ni moins que de con spéculatif.

Squiè sûr C con le traiterait.

 

Bref, devant une telle male-foie tergiversique, nos deux opposèrent le non moins "laïcita res-publica usage" et décidèrent de ne pas te me l’y inclure.

 

Si les 3 grands inventent des trucs et des machins, les As-thés savent produire idoine, voire pire, et tousseuls.

Non mais!

le pan-omni

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 02/05/2008 à 16:31 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Maintenant, il fallait sans tarder, faire mayme et idoine investigation auprès de leurs créditants, sur chacun des Saturne, Fantômas, le Dr. Faustroll et Latécoère…

Histoire de rester équitablement laïque de bonne foi.

 

Te raconte pas plus passque zavons trop soif du coup.

A dieu.

 

En Exe-Ergot, et pour ta Gouverne, Ô Lecteur Sans Vernis, Voici une

Petite Note Brève (PNB)

qu’Absoulis ne Publiat Jamais

 

L'Abscons se presqu'lassait dans son comble, sis au chastiô hérité du Général Motors, un fan aussi inconnu que british, qui lui même se sisait dans la cour de son immeuble, faute de place, quand...

Attends, tess assis, sise, j'espère.

Bon.

Vlam!!! Le Pan-omni en personne him-self lui apparut dans toute son apparure.

Taiiiiiin, t'aurais vu ça que t'aurais pas cru!

THE flash, quoi.

 

Immédiatement, Absoulis qui ne pensait qu'en baleinier, et encore, comme les 4L de la poste, avé des arrêts fréquents, se pasternak parterre comme un seul homme et flagorneusement.

Ce qui tombait à pic car en tant qu'homme il estoit bel et bien le seul homme dans les lieux...

 

- Que fais tulà, a te prosterner! fô-Q! -gronda le Pan-omni. –Il parlait toujours avé force grondements de tonnerre et fulgurants jeux de lumière, en arrière plan.

- Comment ça, fô-Q? Tout omni que tess je me permets de m'excuser de te faire remarquer qu'on a pas élevé les pigs together!

- ‘Scuse, c'est à cause que tu me fais courbettes, bougre d'abruzze, alors que toi et moi savons...

- De Marseille

- Ne me la coupe pas avé des mauvaises okè?

- Okè dacc.

- Nous sommes au courant ... que toi …

- Continu ...

- 10-ais-je, que … tess aussi incroyant et infidèle qu’un ragondin du désert de Namibie.

- 7y vrai que 7 une idée que je répands -fit l'Abscons songif et reconnaissant- mettons que la génuflexion fut un acte loupé -conclua til en se recouchant sur son pieux. Non-chaland, non-badaud et non-quidam. Ainsi que toujours non-croyant.

- C qui m'épate, nonobstant, cé que sans ni une ni deux, tess compris qui j'uis dès mon apparure, tout en estant un péteux d'infidèle...

- Si texistes tu devrais sçavoir le pourquoi du comment -fit l'Abscons goguenard. Genre "7y pas en faisant de l'humour juif que tu vas m'avoir..."

- Sacrés intellectuels de gauche! -s'ésclaffa le Pan-omni en vrillant la cloison.

- Fais gaffe, tu jures avec le parquet! -répondit Abs du tacle-au-tacle.

- Tu sais bien que je déconne, je suis au dessus de la mêlée.

- Déjà entendu quéqu'part...

- Ouais. -fit le Pan-omni tout en baissant son intensité de 15 ou 20 lux- On me plagie souvent, remarque de toutes manières tout vient de moi anyway ...

- Modeste avé ça!!!

 

Une gêne lourde et pesante s'installa. Du mayme coup y’zétaient trois dans le lieu maintenant.

Abs fixait le plafond.

Le Pan-omni, le bout de ses orteils.

La gêne s’amplifia.

 

Ceci donna l'occasion à un grand silence de s'immiscer par les interstices... Du même coup y’zétaient quatre dans le lieu maintenant, ce qui commençait à bien faire pour une journée ordinaire …

 

Tout ceci arriva si toutefois l'Abscons n'estoit pas seul, comme l'affirmait til 3/4 d'heure après les faits à l'inspecteur Brasseur, venu établir une main-courante.

Ou deux.

A tout hasard.

contribution

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 26/04/2008 à 13:15 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 28 / février 2002

 

Contributio Crujeure et Maciale d’Absoulis l’Abscons au Ô Collège de ‘P

 

ou Calendrier Perpétuel des ans Palindromes Entrant dans l’Ere ‘Pathaphysique

et n’en Sortant poinct de la Mayme

 

Laissons ce mot barbare de palindrome, qui est passablément palimpeste, et changeons pour capicua qui est nom donné à la mayme chose mais par les gens et non par des vénusiens.

Le mot composite de capicua, comme personne ne l'ignasse vient du très bas latin de jadis Cap et Cauda (teste & queue) ce qui tend à signifier qu'il s’applique à toute chose lisibles aussi bien en commençant par tribord que par bâbord.

 

Notre vénérien maître Absoulis l'Abscons en son temps et avec plusieurs longitudes d'avance par rapport à nous simples modernes dilettantes, à recensé, parmi les années de l'Ère 'Pathaphysique toutes celles qui on têté ou seront capicua.

T’inquiète c’est gratuit.

 

En passant tout naturement il receuilla de ci de là quelques anomalies anormales pour qu'il reste dans la mémoire indétectable des scienteux que des fois comme qui dirait des choses anomalytiques arrivent, preuve ‘core une fois, que l’immortel paradoxe est allways là quoiqu’on l’ignore, tentons de l’estoufer voire de l’esclapater sans vergogne.

Sitémieux: tess prévenu.

 

***

 

Ainsi lorsque nous partons de l’an 0 du premier séculum de l'E'P nous ne trouvons que 9 années capicua:

Les ans 11, 22, 33, 44, 55, 66, 77, 88 et 99.

 

Or dès que l'on passe au second séculum et suivants, ö indolente surprise, les capicua se succèdent toujours au rythme lancinant et ô combien délectable des lustres, alors que l'on serait en droit d'attendre, de la part d’un changement de quantité, qu'il déboule avec un changement de qualité comme il est de coutume:

101, 111, 121 (nous nous positionnons entre ces deux là actuellement) 131, 141, 151, 161, 171, 181, 191.

202, 212, 222, 232, 242, 252, 262, 272, 282, 292.

303, 313, 323, 333, 343, 353, 363, 373, 383, 393.

404, 414, 424, 434, 444, 454, 464, 474, 484, 494.

505, 515, 525, 535, 545,.555, 565, 575, 585, 595.

606, 616, 626, 636, 646, 656,.666, 676, 686, 696.

707, 717, 727, 737, 747, 757, 767, 777, 787, 797.

808, 818, 828, 838, 848, 858, 868, 878, 888, 898.

909, 919, 929, 939, 949, 959, 969, 979, 989, 999.

 

Quelle ne futte notre surprise de constater qu'une fois arrivés aux milleniums nous retrouvions notre bon vieux couple qualité/quantité!!! Ben oui, nous nous disions que changement qualitatif + changement quantitatif étaient de rigueur en toute chose:

Entre l'an 1001 et l'an 1111, point d'autre capicua.

Le laps se multiplie au moins par 10, note …

T’avais remarqué …

Idemiquement pour la suite:

1221, 1331, 1441, 1551, 1661, 1771, 1881, 1991.

2002, 2112, 2222, 2332, 2442, 2552, 2662, 2772, 2882, 2992.

 

Il en est de même pour les dizaines de milliers d'années. Te tafigue pas, nous l'avons fait pour toi sachant que tu serais pas cap:

10001, 10101, 10201 ... 11111, Etc...

 

Or, Absoulis dans sa lancée et sa fureur normative ne pouvant en rester là, découvrit illégalement que:

contrubution

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 26/04/2008 à 13:14 :: Absoulis l Abscons Main Textes

I

 

Si bien les bornes capicua dans un même séculum ou millénaire conservent la même périodicité, équidistante, aussi froide et implacable qu’anodine, dès que l'on bascule à cheval entre deux séculums, la distance temporelle se met à faire sijozdire n'importe quoi.

Par exemple:

De l'an 99 à l'an 101 tass plus 10 ans ni Sentence mais 2 malheureuses et merdiques years!!!

Par revanche de 191 au capicua suivant, 202, tass 11 pénibles et longues années.

De 292 à 303 encore 11.

De 393 à 404 idem.

Cette manie soudaine de se séparer une fois par siècle de 11 ans et non plus de 10 ni de 2, semble revenir à chaque fois comme une malédiction vernaculaire, jusque, du moins, le millénaire suivant ou l'an 999 de l'E'P ne sera séparé du capicua suivant (1001) que de 2 ans... Rebelote me diras tu.

Tu le peux.

 

7 ici que ça devient drôle.

Si.

D'une:

La manie de se distancer de 10 ans devient loufoquerie centenaire, comme si les capicua en avaient marre d'avoir été aussi proches un siècle durant.

Remarque ça s'comprend.

Sauf que te me les voilà repris de fadaërie changeative au changement de millenium.

Ainsi du capicua 1991 au suivant, 2002, on se retrouve avec une vieille connaissance: Une longitude de 11 ans!

Idem pour 2992 à 3003.

3993 à 4004.

 

Et ainsi de suite jusqu'au fatidique moment ou l'on passera au dizaines de milliers, où l'on retrouve entre 9999, la dernière année en mil, et 10001 (le premier capicua à 5 chiffres): encore 2 malheureuses et pitoyables années.

 

Nos descendants s'occuperont du reste, car aller au-delà de 7 datte nous paraît absolument pas correct et contraire au bon goût.

 

II

 

Dans son énorme mansuétude Absoulis ne s'arrêta pas de si bon chemin et distingua itou, comme ça, histoire de rire, les années capicua qui ne comportent qu'un seul nombre dénombré, comme le 22 sitémieux qui n’enferme que des 2.

Ni des 1, ni des 3, ni des 4, seulement des 2.

Nous gardons (au frais) donc les années suivantes:

11, 22, 33, 44, 55, 66, 77, 88 et 99 altrement dit toutes les capicua du premier séculum.

 

Après, parmi les siècles (coup de tête ou transcendance?) ya pû une capicua par dizaine mais qu’une par dizaines de lustres, par hectoans ou siècles commun10 vulgairement sitémieux:

111, 222, 333, 444, 555, 666, 777, 888 et 999.

 

Dans les millénaires, ça nous aurait étonné qu'yé pas un couic, on ne te me trouve que des comme ça qu'1 fois tous les decasiècles, altrement dit tous les mil ans!!!

1111, 2222, 3333, 4444, 5555, 6666, 7777, 8888 et 9999.

 

Pis encore! Passé la 10000ème année on ne trouve plus qu'une tous les dix mil ans!!!

11111, 22222, 33333 etc...

 

Laissons au générations à venir le soin.

 

III

 

Dans son impétueuse magnificence Absoulis, ne pût qu'enfoncer un chouïa le clou, histoire dyvoir dans quel trou ça va rentrer.

Il trouva, ô légitime surprise, qu'il en existe des nombres qui peuvent aisément et sans trop de pente, être qualifiés de capicua fois deux.

Bouge pas je t'explique.

 

Cela est des chiffres qui restent identiques non seulement lues de gauche à droite mais aussi de cap en queue, en renversant la page.

 

Malheureusement il n’y a que les années comportant un ou plusieurs 1 ou des 8 qui sy prêtent, car le 6, si bien il peut être lus tête-bêche il se transforme en tout 9, et inversement, le 5 et le 2 auraient pu être lus de la sorte mais à condition de les tracer en forme de "S" tous les deux, ce qui nous ferait confondre l'un avec l'autre en jetant l'opprobre sur nous.

 

Oui, je sais à quoi tu penses lecteur, trice, tordu, due, il y a aussi le zéro dans le même cas que le 8 et l'1, ainsi l’année 101 pourrait mériter le titre de capicua fois deux, mais nous parlons des ans, n’oublie pas (C des math appliquées, abruzze!) et comme ya pas d'année zéro, ni séculum zéro, et encore moins de millenium zéro, nous considérons les nombres comportant ce chiffre comme des capicua fois deux bâtards et n'en tenons pas compte.

Ceci arbitrairement, et pour simplifier la tache.

 

Il ne nous reste donc, en tant que finalistes, pour le titre de capicua fois deux, les suivants:

L'an 11, 88, 111, 888, 1111, 8888, 11111, 88888, etc...

 

Séparés respectivement et curieusement de: 77 ans, 23, 777, 223, 7777, 2223 et 77777.

Remarque la récurrence alternative et aussi répétitive qu'une chanson de Clo-clo des 2, des 3, et des 7, mais surtout, et bien plus espataflant, des nouveaux capicuas simplis en 7.

 

Or foutons un petit pied dans la numérologie:

7, 2 et 3 qui additivés nous donnent un 10 donc.

Et 1+0= 1

 

Ce qui tend à prouver non seulement le hôte teneur en pérennité de l'Ere ‘Pathaphysique, mais aussi son indébréchable unicité. Accessoirement que tout est dans tout et inversement.

 

Laissons le reste à notre progéniture qui sans cela n'aura rien de mieux ni plus important à faire.

 

Vive la chose publique, vive la Trance!

interviou

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 18/04/2008 à 14:20 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 27 / décembre 2001

 

InterViouInter

 

  lon Voit que Mandolina-Sugar-Baby en se Prenant pour Absoulis l’Abscons Fait le Jeu du Miroir, qui Depuis Alice au Pays d’Orphée n’a pas été résolu, et on y Réfléchit Encore

 

Commun le C, Absoulis l'Abscons fût allways sérieux et infléchi dans tout ce qu'il fit.

Fi!

Jamais au grand jamais il ne prit un dislexique à la rixe, sitémieux il fût chercheur fondamentaliste et idoïne toute sa vie durant.

Commy se doit, par exemple pour dire, il y fêtait à tout moment et sans préventure les non-anniversaires de tous ses amis et les 364 siens. Chacun une fois l'an.

Puisque on y est, je te rappelle que c'est le tien de non-anniversaire, cher, e, lecteur, trice.

On te me le souhaite grave!

Il se constipa énormément aussi à tous les paralépipèdes et polyèdres sans distinction et actually aux miroirs itou, comme tout idoïne le fait.

Le miroir non pas en tant qu'axe-à-soir dramaturgique, ou simple mille-lieu de passage vers l'au-deci, porte, seuil, hachette, gallimard, mais le miroir en tanque vrai lieu clos, moëbique, où il se passe des choses qui ne se passent pas tout en se passant et se repassant, oui, comme le fer dans l'ô de-là.

C'est bien plus intérieux que tu ne le penses, Ô cher, e, abruzze, dans un miroir vit une foule bigarrée et invisible que tu ne vois pas non pas because elle n'existoit point, mais passque L échappe à ton champ visuel, invisible aux yeux non initialisés.

Bref, zappons car je sens que ton neurone tafigue un tantinet, et après tout ce n'est pas le jéssu.

After all, 7ayt qu'une bise en mouche.

Une introglicérine.

Si.

Au fait, joyeux non-anniversaire!

 

Etant comme il estoit donc, et compte tenu de la tenue de ses comptes, le fatto que Mandolina-Sugar-Baby frappasse à sa lourde pour une interview en se prenant pour un lui-même, ne le sur-prit pas de prim'abord.

Il estoit comme à l'accoutumée distribuant de miettes de galette des rois aux rares pies qui se pressaient sur la corniche de son vasistas, aux combles de son chastiau, situé dans la cour de son ancien immeublé, dans le 19e.

Commun le C.

Pourquoi les pies et pas les blandes colombes ou les sympathiques moinillons comme use le faire l’ordinaire quidam?

Elles ont de la conversation les pies, et sont voleuses de par nature, alors que les pigeons ne sont que fonctionnaires de plafond bas et les moyneaux bêtes comme leurs pieds.

Je te vois d'ici sceptique...

Si.

Mais c'est comme ça entomologiquement parlant. On peut discuter de tout sauf de ça.

Mandolina le disloqua donc de 7 passionnante occupat en tocquant à la lourde, en viou de faire une interviou comme si L était Abs himself. En miroir sitémieux.

Tu suis?

Elle estoit posée sur des méga ô talons aiguille calibre 7.65, panty hyper stressé, nombril à l'air, blanche chemise nouée juste sous les pigeonnants, et blonde platinure pour couronner comme d'hab.

 

InterViouInter / Première

 

Abs (en réalité MSB se prenant pour Abs, fais gaffe): Tu estes donc Absoulis l'Abscons, le célèbre et infatigable reposoir de pensées de ce siècle et d'essuyants. Au niveau de votre personne j’veux dire.

Abs (le vrai): That's right.

Abs (MSB): Prenez l'à peine de vous asseoir, vous prie-G.

Abs (Abs): Merci, bien aimable.

Abs (MSB): Tu peux m'appeler Abs.

Abs (Abs): Touä aussi.

Abs: (MSB)Si on s'interpelle tous les both du même apostrophe ça va pas être facile de distinguer who's who au bout d'un certain laps...

Abs (Abs): C’est tout le charme des miroirs! Dois-G donc t'appeler par ton prénom au risque que comme tu 10 yè quiproquo, ou par JE pour faire plus ludique...

Abs (MSB): Y sait pas. Y s'tâte.

Abs (Abs): Brisons-là, j'abhorre to waste mon temps, t'interviouves moi ou nous nous cassons?

Abs (MSB): Coupez!

 

InterViouInter / Seconde

 

Abs (MSB): Naissance?

Abs (Abs): Oui.

 

Procureur: Objection, thonorable, la question sous-tend une réponse.

Juge: Accordé, refromagez votre question sapeur.

 

Abs (MSB): Bien. Quel âge cela me faitil à quelques dégrés près?

Abs (Abs):  Respectable.

Abs (MSB): Que comment suis G venu à délabrer les théories quantiques et la langue trançaise en mayme temps?

Abs (Abs): ‘Patha-quantiques. La déblatération de la langue par revanche est une ôte lutte de celles aukelles on dédie une vie entière, voir plus!

 

Procureur: Le répondeur se moque du jury, thonorable, le susnommé subodore dru, je le vois bien.

 

Abs (Abs): Que nenni avorton, ce que G 10 est prouvé scientiphyquement!

Procureur: Il insulte la science et par là mayme le peuple de Trance!

Juge: ‘Vois pas l’rapport, mais accordé, reformatez votre conduite, bougre.

interviou

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 18/04/2008 à 14:18 :: Absoulis l Abscons Main Textes

… Reformatage en Cours …

InterViouInter / Troisième

 

Abs (MSB): Glissons, à quoi sers-G, et subsidiairement quésse qui me meut?

Abs (Abs): Nous sommes tous là pour la mayme raison, si j'aigüille bien, et si on la connaissait ça se saurait!

Abs (MSB): Tass pas thor. Nous sommes dans une impaperasse...

Abs (Abs): On est pas con toud'mayme!

Abs (MSB): Comme argument 7 indéboulonnable!

 

Procureur: Te le fais pas dire!

Juge: Accordé, remettons cela à plat. Huissier donnez des  galettes entières aux pies!

 

Abs (MSB): Pour te la faire courte: Etil possible de se questionner sans ambages ainsi à soi-mayme, nyatil pas une incommunicabilité de fait et salutaire?

Abs (Abs): Si, ya, on ne se vend jamais les maximes qu'on assène gratuitement à d'autres.

Abs (MSB): A quoi sert la société de marché puissqu'on sait d'avance que tout finit à la poubelle?

Abs (Abs): Pour te la faire courte, ya du vrai là dedans. A quoi ça nous avance puissqu'on C qu'on C qu'on C ce que l'on C...

 

Procureur: ça se barre en sucettes, vot'thoneur! Il 10vague en l'âme de fond, ça m'donne le roulis et le tanguage qui va avec.

Juge: G te la corde.

 

InterViouInter / de Quatre

 

Abs (MSB): Je me reforme: Quesse que je cherche behind tout ce brouhaha de cliquetis?

Abs (Abs): Si on le sçavait, ça se saurait!

Abs (MSB): Vous pourriez même avoir un travail étable et un scalaire idoine, impliqué de burô, maréchal afférant ou pinceur aux Lilas, au lieu de cramponner ainsi gratos et à tout venant.

Abs (Abs): C'est clair, Guy.

 

Procureur: Les réponses manquent d'objectivité.

Juge: Accordé.

Procureur: Quoi quétaccordé?

Juge: Un chouïa d'objectivité.

 

Abs (MSB): Quésse?

Abs (Abs): Quesse?

 

Procureur: Quésse?

Juge: Si on le savait, ça se saurait!

 

Abs (MSB): Le juge te me plachie!

Abs (Abs): Si c'est accordé on peuty jouer!

 

Procureur: En clé de sol?

 

Abs (MSB): Ou de si de là...

Abs (Abs): C'est trop dur de me voir déconner.

Abs (MSB): En somme, loire-atlantique où ailleurs, tu sais pas sque tu fais, t'en C encore moins sur l’utilité desse que tu fais, et t'ignores même si ça porte un nom!

Abs (Abs): Exact!

Abs (MSB): Vous parlez du contraire de flou!

 

Soudain et impromptu, Analytik déboule en sueur et en courrant, et tombe à genoux devant le juge comme un témoin à décharge.

 

Analytik: On ne dit pas flou andouille, on dit pa-ra-dox-al!

 

Abs (MSB): Tiens! Abs tess là?

Abs (Abs): Tiens! Abs tess là?

Analytik: Tiens! Abs zêtes tous les deux là?

 

InterViouInter / Quinte et Raffle la Miss

 

En nune commun cent, il devint clair que 3 Abs dans le mayme prétoire prêtaient à contusion, cela faisait précédent, 2 Abs dérangent beaucoup moins, et une bouteille de bière sur un mur fait qu'il nous reste toujours un nombre indéterminé de fractions de bouteille de bière.

 

Et? dirait ton auditoire.

C'est tout dirais tu. Tess mal comme la mort qui tue!

Pas de conclute, morale, chute, faim ou autre queue de poisson ou eau de boudin?

Non, dirais tu, il ne se passa vraiment rien.

Impossible, mensonge éhonté, dirait le public, ya toujours un enseignement à tirer, et si ya pas on l'invente!

Voilà le noeud gordien...

Perqué nous étil si hard d'admettre que des fois c'est comme ça parceque?

Ou alors suivons nous 7 instinct passque ya vraiment toujours une raison à tout?

Si ça se savait, on le saurait …

 

Bref, si, ya conclute, disions nous, c'est que dans les jeux de miroirs y s'passe des choses impréhensibles, ya des trucs qui y habitent outre le reflet et le reflété, tels que procureurs et juges soigneusement cachés.

C le brou-ha-ha qu'il produisent en bourdonnant qu'empêcha MSB feintant l'Absoulis de s'interviouver him-self. C'est leur continuel bourdonnage qui  empêche tout miroir de vous entendre quand tu le lui poses des questions. Il t’entend pas.

Si!

 

Alors où hanneton? On est de ce côté ci, ou on est de ce côté là? Ya til un vrai et un faux sidewalk? Que fait til, ton reflet, quand tu ne réfléchis pas?

L'ultime véritas, au fond du verre, dans le marc du rouge, ne serait til pas PARADOXE?

Je sais que ça te coûte, mais réfléchis y...

 

EthymoFin

 

PARADOXE: n. m. (gr. paradoxos, de para, contre, et doxa, opinion). 1. Pensée, opinion contraire à l'opinion commune. 2. LOG. Antinomie.

Allons voir  cette bonne vieille Antinomie...

ANTINOMIE: n. f. (gr. anti, contre, et  nomos, loi). Contradiction entre deux idées, deux principes, deux propositions. ° LOG. Contradiction à l'intérieur d'une théorie déductive; paradoxe.

(Tilarousse Illustré '93)

 

Le paradoxe ne peut être donc en aucun cas une antinomie, ni inversement, ce s'rait plutôt une pronomie de pure bonhommie.

Le paradoxe devrait s'appeler pronomie et non pas paradoxe.

(Dislexique Abscons)

 

Nos héros vont tils s'en sortir? Iront tils jusqu'au bout du bout de la pensée universelle? Remédieront tils aux grossières erreurs dues à nos pensées trop fugitives? Feront tils panpan-cucul aux méchants éthymologistes?

 

Pour le sçavoir ne ratez pas le prochain bat-épisode, à la mayme bat-heure, sur la mayme bat-chaîne!

 

Coupez!!!

(7 y pas dans la boîte, mais C la pause)

chrônixes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 13/04/2008 à 17:52 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 24 / sept-oct 2001

 

Chrônixes des Temps Brutaux’s

 

Chapter Der des «Notes Depuis le Temps» perdues à never more

Dès le proximo nambar on arrête de déconner et on sape aux choxes sérieuses

Si

 

Dans L'Après-Midi d'un Chrône on avions déjà respondu à la quintessentielle double question: Que 7y que le temps et pourquoi ne fètil que passer?

Accéssoirement aussi à: Pourquoi qu'il s'en fuiche et allways dans le même sens?

Du moin l'oons nous tenté.

Très dru.

Puits, dans Pose Chromise, dose chue, on t'avons esclairé, ô obtus lecteur, sur comment le Temps est non seulement corrupteur mais also Corruptible, et en prime on t'a offert un 1.1/4 didactique sur la physiologie des Chrônes et leur podométrie.

Ensuite dans Notes Depuis le Temps, on t'aprîmes qu'il ny a que 7 notes de musique, et, pardessus le marché nous t'apprîmes que l'humain est bête, méchant et bourré de contrepets, mais que même sachant cela, il s'entête à discourir voire écrire des ouvrages.

Voili bien des tenants sans aboutissants!

Par revanche on t'avons promis la narration du temps le plus horribilis que nous visitâmes. Un temps à te me faire gercer les dents, te faire des engelures au foie et tomber les ongles comme de vieilles écailles de mue.

Si.

Voici pour la première fois sur vos écrans, en cinérama 95 mm, sound-tout-around et couleurs vivaces... TARTA-TA-RIIIIIIIIIIIIIN!!!:

chrônixes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 13/04/2008 à 17:51 :: Absoulis l Abscons Main Textes

le Plus Mauvais Temps de Tous les Temps!!!

 

Te rappellerai-je, divin et estimable lecteur, que nous chevauchions à travers des temps divers sul dos et au frais d'un Chrône à moitié domestiqué, quoique resté rustique et d'humeur rugueuse. Comme vous ne l'ignorez déjà, les Chrônes sont faits de trois parties: Deux têtes (qui ne comptent que pour 1) un corps et un anticorps.

Dans chacune de ses deux queues se trouvent des dards envenimés qui infusent deux sortes de poisons létaux: La Scène-Essence, et l'Art-Sénèque.

 

7 animal, à l'instar de tous ses frères et sœurs et même son père le redoutable Chronos, qui passe le plus clair du sien à avaler ses enfants tout crus, n'a qu'un seul et unique but dans la vie: Donner lieu à des êtres et des choses pour ensuite les détruire par la terrible, insouffrible, insidieuse et cruelle usure.

Maladie qui s'accole à tout, dès godasses jusqu'aux effets littéraires. C'est uniquement quand elle s'acharne sur la monnaie que l’usure a des effets revigorants et multiplicateurs, pour le reste tu peut attendre bien sagement assis et repasser plus tard.

Le temps peut aussi foudroyer plus rapidement par une infinité de moyens mis à sa disposition par les sciences et les techniques modernes, que nous te cacherons pour ton équilibre mental.

Tout ça pour vous dire si nous fûmes héroïques à faire plier notre Chrône.

 

Bref, nous voguions dans le nomade-land de temps en autre autant que de temps à temps, quand soudain nous vîmes passer devant nos zyeux esbaudis une sorte de capsule conique, et ce, à fond les manettes.

Un genre Apollo, le XIII…

Marque «united –states».

Le Chrône, sans doute mû par son instinct rapage, lui fonça dessus la trajectoire sans une ni deux, avec nous dessus, nous accrochant tant que nous le pouvions aux rares plis de ses tempes.

 

- Houston, nous avons comme qui dirait un blème, une gidouille...

 

Entendîmes nous distinctement.

En réponse il n'y eut que de la friture.

 

- Bzzz...

 

La capsule insistait et le tel Houston aussi mais ça fritait toujours.

 

- C'est encore des amérloques, ça parle du nez- Grogna Analytik.

- Ils ont inventé les voyages dans le temps avant les russes? -Demandasse l'Abscons dubitatif.

 

Le Chrône décéléra.

De ses yeux multiples de trois et très perçants, il avait détecté que la capsule était déjà très usurée par un autre Chrône, et du coup elle ne l'intéressa plus.

Il infléchît sa trajectoire de 20 degrés histoire de prendre un cap.

Quelques degrés après nous arrivions.

Où?

TARTA-TA-RIIIIIIIIIIIIIN!!!:

 

au Plus Mauvais Temps de Tous les Temps!!!

 

Que n'aurions nous su où que nous allions before d’y mettre les pieds!!!

D'habitude lorsqu'on atterrissions avec le Chrône dans n'importe quel temps, nous y faisions sensation.

Bien sûr tass jamais vu ça, mais fais un effort, imagine, voir une telle bête sortir du néant et se poser lourdement avec chuintements à fendre les assiettes et effriter le granit, c'est très adjectif qualificatif.

Là, rien.

Personne ne muscat ni pétat, ne clignat ni bronchat, ne mouftat ni hicat, ni même pas holat...

 

A l'identique des gens, tout around estoit rutilant, bien ordonnancé et cleanquant.

À bien y regarder il n'y avoit que des réceptions partout. Jusqu'au moindre minuscule recoin de recoin de renfoncement ou tournant de rue, voire coin, petits coins et ruelles.

Pas de maisons d'habitat, d’apparts, de burôs, de crèches et toussqui s'en suit.

Rien que des réceptions.

Des réceptions: officielles, non-officielles, artificielles, d'artistes, de sçavants, de médaillés, d'honneur, ratées, fructueuses, innovatrices, ringardes, avec vin blanc, sans saucisson ni rouge, mal foutues, exceptionnelles, abracadabrantes, très à la mode, de fonctionnaires, de personnalités, d'inconnus, d'avant-première, de post-garde, manuelles, usinées, télégraphiées, avec bristol doré sur tranche, étrangères, du temps présent, de jadis, et même de nulle part et de jamais réunis.

A première vue du moins.

 

Les vivoctônes estoyent non moins cataplégyques, et outre leur blasitude ils faisaient montre de quelques vernacularités.

Les mâles arboraient tous bouton rouge à la boutonnière lustrée, sous leur bedon imposant ils s'affublaient de signes de grande virilité, recourbés sur la panse, plus imposants les uns que les autres, suivant un code et une hiérarchie hermétès pour nous, tous estoyent taillés en bois précieux, et décorés d'apparat avec divers métaux rares, gemmes et rubans.

Les mêles estoyent dodues, mais richement décorées de pesantes pierrailles d’un goût douteux mais en obsessionnelle abondance, chez elles c'est la poitrine que l'on mettait en valeur, sur des doudounes déjà imposantes au naturel, elles en rajoutaient des plus grosses et bien pointues, en polymère expansé et très richement dessinées, enluminées avec des scènes non prophylactiques.

Mais, tant les uns comme les autres semblaient tenir à une seule chose pardessus tout:

Le plus stricte et empesé des Sérieux du monde.

Une autre part y cularité, et non des moindres, estoit que tant l'un que l'altre sexe ne possédaient aucun des dix doigts des mains.

Yzétaient paumés, certes, mais nullement doigtés.

 

N'ayant pas d'autre issue, nos amis allèrent en bande dans la première réception qui se trouvait sous leurs pas. Non sans avoir bien attaché le Chrône dans le parking d'un café-théâtre très sérieux.

 

- Je m'attendais à pire que ça -dit MSB dont la simplicité, qu’apparaissait par contraste ici comme virginale aiguisait maintes appétits, en avalant une profiterole- cela n'a pas de rapport avec le titre dont tu affubles ce chapitre... ni le sous-titre d'ailleurs.

- Je devais avoir une raison -insurgisse Absoulis- Je ne la connais pas encore, c'est tout!.

- Mon cher ami -fit un gros bonhomme en déboulant tout droit vers l'Abscons- vous êtes enfin sorti de votre tanière!

- A qui È G?

 

Ses deux compagnons, un laps déboussolés, profitèrent pour filer en douce, chacun attiré par son contraire. L’homme, poursuiva sans répondre aux interrogations de l’Abscons, renforçant ainsi ça sérieuseté par une touche de mépris hôtain, comme il est de bonton.

Les sérieux ne se déclinent jamais.

Faut le sçavoir.

Ceci, mine de rien a un perqué, si cher incrédule, cela leur sert à se parer d’un aura de mystère, ce qui est sensé les rendre attrayants, voire intéressants, faute de toute autre qualité intrinsèque.

chrônixes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 13/04/2008 à 17:48 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- N'êtes vous pas le …

- J'aurais pû, mais chuis anticlérical –sans trop sçavoir la raison, Absoulis se sentait déjà engoncé dans le mal-à-l’aise jusques là.

- Ne vous cachez pas derrière des insipides boutades qui ne font rire personne, et dites moi plutôt dans quelle branche vous êtes.

- Dans celle qui déraille des homo-habilis pour se transformer en sapiens-sapiens, dans un but qu'on sait toujours pas s’il vaut ou non tripette, et vous mayme?

- Heum! –fit il en protégeant son aura- Vous ne portez pas votre ornement sous-ventral ...

- Non.

- Vous pouvez tout me dire j'ai été confident des plus grands de ce monde et n'ai jamais publié des mémoires!

- La littérature vous remercie. Manque de pot je ne fréquente que les petits de ce monde.

- Mon cher vous me semblez véritablement n'avoir aucun intérêt

- Si, mais composé, autrement dit je m'améliore avec l'âge. Et le votre, quel étil?

- 247 ans en juin.

- Je parlais de votre intérêt.

- Vous êtes endocrinien.

- En effet.

- Un certain vernis vous fait défaut...

- J’ai toujours été déverni. C’est ma veine. La preuve.

- Ne me dites pas que vous ne croyez pas à l’importance d’être propriétaire, des études supérieures et du pouvoir du pouvoir.

- Je suis mort ou alors je dors et je fais un cauchemar douteux …

 

Tandis Analytik, verre de champagne à la main, se trouvait immobilisé, dans l'incapacité totale de détacher ses yeux du soyeux fourreau dans lequel une rousse rondement pulpeuse s'y était engoncée avec préméditation, elle tournesolait de partout en parsemant sa robe de plis les plus lascifs que ses yeux d’ex Commdivisio aient jamais vu.

Mandolina toisait les ornements mâles en cherchant les rapports induits dans cet us, voire un vecteur bien disposé.

 

- Bonsoir ma chère, avez vous perdu vos attributs mammaires? -fit une dame lourdement vernissée, Mandolina-Sugar-Baby se retourna avec majesté, enfouit son pouce dans la poche avant de son jean et se disposait à te me lui mettre les points sur les I, quand Analytik qui aimait les grosses et surtout les grosses chères, s'interposa, oubliant patatrac la rousse et même son fourreau, dans le but évident de s'y mêler, et si prestement que Mandolina n'U le temps de quoique.

 

- Madame, vous êtes fort suggestive… Madame ?

- Madame Untel, pilier de l'Art-Lyrique -fit elle en tendant une main élaguée des doigts mais rose et boudinée à souhait.

- Ah! Barrie t on?

 

Elle tira sa coiffe en arrière brusquement, posa sa paume gironde sur sa non moins poitrine, et se répandit en stridents algorithmes qui trémoussèrent joyeusement son polymère expansé.

Le tout évidemment sans rire.

 

- Que vous êtes drôôôle mon bon monsieur! -soupesant que d’être drôle constituait ici un grand handicap voire une MST.

- Quelle scène alourdissez vous de vos quartiers -demanda Mandolina sans ménagement.

- Aucune voyons! Je suis amatrice éclairée d’Ar-Lyrique je possède ma propre fanfare...

- Ah! Moi j’en suis amateur itou, quelle grosse coïncidence! -dit Analytik empressé.

- Qui réceptionne ton ce soir? -demanda Mandolina mi-écœurée mi aut’chose.

- Aucune idée ma chère, ignoreriez vous qu'en ce moment il est de très bon ton d'ignorer de tout un tantinet, au faîte, connaîtriez vous quelqu'un d'important?

 

Analytik allait dire que oui, qu'elle connaissait, quand...

 

- Monsieur -dit un monsieur arrivant à grand pas vers lui la main tendue- je me présente, monsieur Untel, le cousin germain d’Untel & Untel.

 

De faite, nos amis l’ignoraient encore, et l’ignoreront toujours, dans ce temps tous s’appelaient Untel. Ainsi tous pouvaient prétendre sans mentir effrontément, être l’ami(e) intime d’Untel ou d’Untel.

 

- Vous voyez pas que je drague? Obsolète teckel!

- Non, Untel.

- Untel, entre nous, tu m'étriques l'air que je respire.

- Dites moi mon brave -reprit t’il sans prêter la moindre attention à ses dires- Que pensez vous de cette réception? Sérieusement.

- Sérieusement, je m'en gargarise les boyaux de la réception. Pour être moyennement sérieux.

- Quel rustre vous faites! Vous devriez faire semblant d'ignorer de quoi il retourne au moins!

- Mais figurez vous que je l'ignore vraiment!

- Voilà qui est mieux... Maintenant dites moi, qu'en pensez vous? Sérieusement.

- De quoi?

- Sérieusement ...

- J'viens de te dire que JE-LI-GNO-REU!

- Comme nous tous... Donc et en conséquence et par perpendiculation qu'en pensez vous?

- Je pense que si un gros flatulent ne s'était pas pointé m'emmerder j'aurais emballé une grosse lyrique ce soir!

- Mon petit, vous avez un sérieux problème.

- Vous êtes psy.

- Analy.

- Ah! J'aurais pensy le contry.

 

Analytik toisa...

Puis vida son verre d'un trait, puis re-toisa.

 

- Heu... Nous pourrions continuer ce débridé bavardage Untel –dit til, le regard d’un torve violacé- mais ce serait très douloureux pour vous. J'ai à faire.

 

Tandis Mandolina-Sugar-Baby discourrait avec la dame lyrique. A 7 différence près que MSB avait déjà flairé ce que ce temps-ci avait de terribilis en tréfonds.

Seulement elle en ignorait encore les ramifications, l'étendue ainsi que la portée, portée qui éstoyt bien plus nombreuse que celle de la louve romaine qui engendra des légions entières d'envahissants personnages...

 

- Ainsi vous sautez de temps en autres temps sur un... Comment dites vous?

- Un Chrône.

- Comme c'est captivant! Mais quel dilettantisme S que cela?

- ‘Pourriez pas comprendre, avec la meilleure volonté du monde.

- Cap-ti-vant!

- Dites, ici tout le monde est débranché de la cafetière, où vous êtes une incunable? Savez vous que j'ai tendance à apoplexer à votre contact?

- Oh! Vous auriez du voir le dernier Untel au palais Untel! Il fait précisément écho à...

 

Mais Mandolina n'écoutait plus, elle fit deux pas en arrière jusqu'au mur et du même mouvement, elle brisa la vitre de la case d'urgence-incendie, s'empara furieusement de la hache à tranchant d'un côté et pic défonceur de l'autre, et la fit virevolter au-dessus de sa blonde platinure, tout en poussant un terrifiant cri primal.

 

- Mandolina tempère!!! -s'éxclama Absoulis accourant.

 

Ses intentions n'étaient pourtant pas si impures, elle ne voulait qu'ouvrir la dame pour voir à l'intérieur si elle avait ou non des tripes.

La dame offusquée mais gardant son sang-froid recommença la gestuelle complète des stridents algorithmes, précédemment servie déjà tiédasse, à Analytik.

Ce qui eu pour effet de faire définitivement péter le dernier câble à MSB, qu’Absoulis n’arrivait plus à retenir.

chrônixes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 13/04/2008 à 17:47 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- Ne vous catapultez pas ainsi -fit Monsieur Untel à l’adresse de dame Untel- Cela risque de vous créer un trauma violent, ou pire, le coup du lapin.

- Arrêtez. Vous allez faire de l'humour!

- Ma chère il faut avoir aussi le courage d'en passer par là.

- Je suis déjà passé par tout mon bon, et regardez moi, gonflée à bloc, pleine de vents anodins, et mes petons touchent encor le sol! Je ne m'élèverai jamais dans les airs! Je ne suis pas assez ballonnée!!!

 

Et elle se mit à pleurer à chaudes larmes sur le revers décoré de monsieur Untel, tout en perdant contenance. Ce qui n’est pas considéré comme sérieux.

 

- N'oubliez jamais ce à quoi nous aspirons tous, la flottabilité permanente!!! Regardez, votre polymère monte déjà...

 

Ils se regardèrent dans le blanc des attributs et le silence tomba sur la bande originale. Une vague petite musique douce s'insinua... Des soupirs profonds fusèrent, leurs zieux mouillés se fixèrent dans le vague, et l'on ajouta un chouïa d'effets spéciaux...

 

- Voulez vous alimenter mon vide intrinsèque ce soir? -Dit elle d'un air mielleux tout en battant des cils et de l'éventail sur sa poitrine globalisante- j'ai remarqué à votre ornement que vous en avez des relations d'importance... -Ditelle d'un seul râle.

- Vous me flatulez ma chère!

- Oh! -Reditelle tandis que son polymère l'étouffait presque- et cela vous desagrée?

- Pensez vous. Avec mes relations!

- Continuez, je sens que ma vie sociale va s'enrichir!

 

Abs traîna MSB par le bras.

Loin derrière Analytik grommelait dru, mais suivait.

Il fut aussi difficile de la calmer comme de trouver un endroit aéré où faire un pitchoune de brain-storming. Or le coquin qui de sort estoit de leur côté et se présenta sous la forme d'une salle spacieuse où se déroulait une réception minimaliste quasi dépeuplée.

Mis à part les violents coups de gong qui brisaient le silence feutré sans périodicité prévisible, c'était l'endroit le plus zen et moins bondé de la ville.

 

- Vas-tu enfin me dire ce qui te prend! -gueula MSB.

- Foins mort! -dit Analytik de son style mission secrète- Tout l'environ nous guette.

- Bref, qu'S qui t'a mis en rogne? -interrompat Abs à l'adresse de MSB qui ne put se défiler.

- J'ai cru, l’espace d’un laps, que madame Untel sortait du règne humain. -Dit elle après un long silence concentré mais boudeuse- Du moins un tant soit peu.

- Je trouve que... -entama Abs.

...

- Que? -Firent les compagnons à l'unisson.

 

Il n'Ut alors d'autre solution que de se lancer dans l'un de ses célèbres discours de campagne.

T’énerve pas, je te le fais en version compacte à haut débit.

 

En résumé il estoit plus que sûr, pour des raisons qui ne regardaient que lui et le scénariste, que la faille, le clou mal visé de ce temps, estoit de cette veine-là, la flottabilité permanente cultivée intensivement ici, la vacuité volubile et veule, voilà ce qui avait mis ses deux compagnons et lui-même en cale sèche.

Or, on en savait peu sur l’obnubilation de vide intramuros de ce temps presque pharisien, et avant d'étriper qui que ce soit il fallait d'abord collecter des informations, faire travail de détection, filature, voire devenir grossièrement indiscret.

Bref, faire preuve d'un minimum d'urbanité.

 

- Il convient donc de visiter -conclua til- causer, esgourder, tirer vers du nez, le plus possible au gens de today et revenir faire rapport.

- Là t’as bien dit rapport? Gloussa Mandolina, enfin détendue.

 

Y’z en étaient là quand un type toujours ventru mais genre sitémieux, entra en Vespa dans l'espace minimal et d'un élégant geste de son moignon attira l'attention de tous. Il se mit à récito-chanter à chapelle, d'une voix de panne, une sorte de chanson à 75 centimètres cubes:

 

Chanson Minimaliste Motorisée

 

Rappelles-te-tu l'été dernier?

En trois chiens deux loups

Quarante foins en un seul coup

Avant de s'mettre à pinailler?

 

Vibrant Coup de Gong

 

- Houston! Grooos pépin!

- Bzzz, merdre,  ya personne!!!

- On a des échos vespérins!

- Bzzz... Te dit quya presonne!!!

 

Une fois sa performance finie, l'artiste-chanteur-motorisé ne manqua pas de les approcher pour en recueillir avis et/ou une adresse ou deux.

 

- Aimâtes-vous, chers invités? C'était une évocation minimaliste indisciplinée et provocatrice du mezzo-trotskisme-décadent.

- Du vrai craps-de-bouille -exprima MSB.

- De la pisse de craie! -Rebelota Analytik.

- Vous êtes trop vulgaires, ordinaires, rebutants même! J'ayme ça! -Exhulta le minimaliste Untel.

- Erreur, éclopé des lobes frontaux -s'éxclama Mandolina avec un à-propos contondant- c'est l'infâme nature de ce temps ci, et vous mayme qui êtes d'une vulgarité insondable!

- Quoi qu'il en soit -reprit le castrat- auriez vous un bon agenda à fournir à un pauvre minimaliste, je retirerai dans ce cas, tout ce que je viens de dire, par contrat.

- Des adresses? -dit MSB- pourquoi faire?

- Gravir ma pauvre, gravir... Mais, de quoi vivez vous sans stratégie ni marketing?

- Vous virez à l'obscène!

 

Cela n'U aucunement l'air de défriser le sérieux artiste, mais nos amis firent quand-même comme on a toujours fait dans notre monde: Ils partirent offusqués et en rebuffant.

Commun seul homme!

Nos compères partis en vue d’explorer plus avant, chacun dans un sens opposé, ce qui à trois ne fut pas évident, la réception minimaliste atteint alors son comble minimal, ce qui estoit à l'opposé du but recherché.

Bizarrement.

 

Absoulis tout baleinier qu'il fut, trouva endroit idoine, mais les calculs géométriques préliminaires étant faussés par la mauvaise foie dont fut atteint son compas, il tomba dans la même réception que Mandolina-Sugar-Baby. Deux blocs plus loin. Elle était si promiscuitement entourée que l'Abscons eut un mal de chien à entrer dans son champ de gravité.

Analytik ne fut pas moins lunaire, retournant à grands pas sur ses pas, il ne retrouva pas comme il l'éspéroit, la grosse fortunée à sa place habituelle et se retrouva grisouille comme devant.

Il fut cependant très vite consolé en constatant qu'il avoit zieuté le tout à travers dans sa grande subjectivité: Toutes les femmes aux alentours estoyent grosses et fortunées.

 

- Mon cher! Enfin vous voilà de retour! -Fit l'une d'elles. Cette fois noire.

chrônixes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 13/04/2008 à 17:46 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Il devait, commun vient de le voire se limiter à inspectioner les us et coutumes pour en tirer des volutes. Mais voyant la dame il décida de ne s'en tenir qu'à la lettre et inspectioner sans limites.

 

- Nous connaissons nous?

- Que vous êtes baroque! Mais vous comportez des doigts! Pousseriez vous la goujaterie jusqu’à fabriquer des choses avec?

- Vous me refroidissez, sachez que toute ma vie je fus Commdivisio, je ne fis jamais rien de mes dix doigts madame, parlons plutôt de chose et d'autre tel que vous adooooorez en ce temps-ci.

 

Mandolina fut surprise de voir l'Abscons débarquer alors qu'elle était déjà pas mal prise.

 

- Tu as conclu une ou deux fléxions sur ce vecteur? -La pressa til.

- Vui, mais j'ai décide d'en appliquer l'esprit et pas la lettre...

- So?

- Je vais m'adonner aux rapports.

- Quel sorte d'esprit ya là-dedans?

- Minimaliste.

 

Néanmoins, le lunaire pût, en toute quiétude observer l’alentour.

Il observa, regarda, soupesa, mira, escucha, tendit la vue et aiguisa ses ouïes, toisa, calcula différenciellement, trigonométra, statistiqua, fit moyennes et courbes de toute sorte, et puis continua d'observer, regarder, soupeser, mirer, escuchar, tendre la vue et aiguiser ses ouïes, toiser, calculer différenciel, trigonométrer, stationner, faire moyennes et courbes de toute sorte.

Sans oublier de faire un ou deux cul-secs entre chaque opération ce qui subséquemment aiguisait ses sens endoloris.

 

Deux blocs plus tard, ils étaient tous réunis autour d'un Analytik effondré, qui sirotait sa 50e bière et demie.

Il plissa les yeux, mit sa main devant, doigts écartés comme pour projeter un hologramme, et dit:

 

- Picture: Vivre ici c’est comme voir un orage passer au loin, depuis ta rocking-chair de ton porche, alors que là où tess il fait lourd... Mais lourd!!!

- Tu vois -fit l'Abs à l'adresse de MSB- il a exploré lui aussi.

- Vide et néant règnent sans partage dans ce bassin -Répliqua MSB- kif-kif et bonnet blanc.

...

- C'est un temps rudement maussade -Dit Absoulis.

- Je dirait même brutaux -Ajouta MSB.

- Elles sont toutes belles, belles, belles, comme le jour. Et soltanto... -Sermona Analytik.

- Brutaux! -Reprit MSB.

- Temps sec! -Redit Abs.

- Brutaux! -Reprit MSB.

- Ça a le goût du chewingumm déjà mâché. -Redit Analytik.

- Brutaux! -Redit MSB.

- Mrgbl...

 

La rage montait en eux comme une réaction en chaîne alimentée par le désespoir et l'indifférence du monde, comme les nucléaires le sont par le plutôt-gnome enrichi.

C'était une rage inéprouvée, intangible, inexplicable et pourtant irrépressible.

Sans une ni deux ils brisèrent trois glaces de secours-incendie, prirent possession de trois belles haches aussi professionnelles qu'agressives et sortirent dans la rue en vociférant.

 

- RÂÂÂÂÂLE!!!

 

Mais la réaction inadéquate des passants les laissa cois!

Il n’y en eut aucune!!!

De réaction...

Ren!

Nos trois amis, au tréfond de la désespérance la plus prégnante s'appuyèrent sur leurs manches, aussi déprimés que s’y zavaient monté le Kilimandjaro en talons-aiguilles.

 

- Ils pourraient au moins se montrer coopératifs -dit Analytik.

- Sales blasures! -retorqua MSB.

- Prêts? -Demanda Abs les yeux injectés de sang.

 

Jamais, dans aucune de leurs malencontreuses aventures ils n'avaient abandonné un élan sur la route, et tout en criant PRÊÊÊÊÊTS!!! comme des poilus catapultés d'une tranchée puant la vieille pisse, ils se mirent en tâche de fendre l'air à grands coups larges et circulaires, afin d'étriper, décérébrer et/ou émasculer un maximum de passants.

Ce fut vaste et rude boucherie!

Certains perdirent la tête, d'autres un bras, beaucoup perdirent deux jambes, un bout de ventre, de dos, d'épaule, ou furent carrément sectionnés proprement en deux parties au niveau ombilical.

Surprise et consternation ... Quel qualificatif faudrait t’il pour décrire leur dépit?

Aucun.

Ou alors il faudrait que ce ne soit pas un adjectif.

Non seulement cela ne provoqua aucun mouvement de panique mais en prime les badauds intacts continuaient leur badade en toute indifférence, et alors que des membres épars roulaient encore sur l'asphalte tiède, ils virent de leurs zyeux l'indescriptible comble de la mauvaise foie de ces gens de ce temps:

Tous les corps étaient vides!!!

Des creux!!!

Leurs efforts, pourtant si louables s’avérèrent vains, personne n’avait tripes, cerveau ou mascules, pas une goute de bile ne souillait le bitume...

Ce temps se montrait frustrant jusqu’aux ultimes séquences.

 

**

 

Jamais au grand dame jamais, ils ne furent aussi estoufflés en prenant place sur l'inconfortable dos du Chrône pour entreprendre le chemin du retour.

Car découper des Untels les occupa sainement un bon moment et usa moultes de leurs calories.

 

- Je propose -dixit Analytik- que l'on revienne ici de temps à autre histoire de réguler la population des ballonnés-desdoigtés à coups de six-quarantecinq.

 

Comme ils décollaient, et les lumières de la ville en bas reprenaient la vraie toute petite place qu'elles occupaient dans l'univers, le Chrône, allez savoir pour quelle raison si ce n'est par pure méchanceté, se mit à décrire des cercles vautouresques, de plus en plus larges avant partance.

 

C'est au dernier cercle décrit au dessus de 7 aire qu'il virent la face caché, l'arrière du décor, la machinerie de la vaste usine à gaufres:

Alentour ce n'était qu'un poussiéreux entrelacs de tuyauteries et câblages, dont le ronronnement poussif parvenait jusqu'à nos trois, bien qu'assourdi par la distance, mais suffisamment distinctement pour se faire une idée escalofrainte de sa délirante puissance.

Tout cela n'agglomérait en fait, malgré son apparence si complexe, qu'une seule et unique machine, avec une seule et unique finalité: alimenter la ville en air à haute pression et grande teneur en hélium.

Cela permettait aux natifs de se bien gonfler tout en s’évidant les boyaux dans le but illusoire de décoller.

 

Plus loin en banlieue l’appareillage se résumait à d'énormes pipe-lines annelés qui pompaient sans cesse l'air qui serait ensuite compacté, décanté et héliumisé.

C'est là qu'ils virent l'ultime face caché de la vacuité des Untel.

Cela leur glaça le sang!

Chaque tuyaux, dont le plus petit était aussi haut et large que le Mont-Blanc, était branché et aspirait de l'air de tous et chacun des autres temps!

Même le notre du bon vieux 19e !!!

 

- Y sont gonflés! -Pensa l'Abscons.

- Y manquent pas d'air! -Pensa Analytik.

- Et si on leur pététait un bristol collectif -dit Mandolina- pour une réception dans notre monde, ils seraient lynchés par la foule!

Les deux baleiniers la fixèrent à l'unisson, incrédules de sa naïveté. C'était la première fois que MSB mettait le doigt sur rien de viable...

 

- Bzzz!

- Bzzz...

- Encore les amerloques. -s'indigna Analytik- Yzy parlent du nez!

notes depuis le temps

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 04/04/2008 à 14:16 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Ainsi parlat til.

Et nous en fûmes cois, car, flècheôcurare, qui aurait pu subodorer un tel impromptu du brut de décoffrage?

 

- Pourrons nous, malgrat les binz possibles, -fit Analytik perplexe- visiter à loisir le temps des cerises, car les filles z’y sont belles?

 

Le Chrône resta muet, mais gonfla devant nos yeux estourdis, tel un Zeppelin devant les frères von Montgolfier.

Fautil rappeler ici que son numéro de Sécurité Sociale était 1 00 00 99 423069 11?

D’accord, je vois qu’il n ‘est pas nécessaire de rappeler ici que son numéro de Sécurité Sociale était le 1 00 00 99 423069 11.

On ne rappellera donc point que son numéro de Sécurité Sociale était le 1 00 00 99 423069 11.

Calme toi.

 

Je te me vous continue l'historiette:

En passant le temps immobile nous fûmes quietés à l'exe-trême. Te 10 pas les scléroses internes et escarres externes en tout genre que nous fîmes à force de pas bouger:

Arteréo, hyppo, renno, cérébro-spinaille, cardio, carpio, caillou, lingüo, occulo, rétino, pisso, colonno, grêlo, etc, etc,

 

Les trois dimensions suivantes estoyent si distendues et infinies (au niveau de la taille) que cela nous gonfla pis que le Chrône. Heureusement nous partîmes avant baudruche, toujours immobiles.

Comme quoi même l'inimaginable is possible comme de s'en aller tout en étant quiet.

Tant d'invisibles choses peuplent les régions de l'air...

Oh ! Nous captons une communication pas rasite.

Bouge pas, on y vient.

 

- Bzzz.

- Houston nous avons une pétouille!

- Bzzz.

- Oh, une vétille pour ainsi dire.

- Bzzz.

- Les boulons qui se dilatent, le compas qui est patraque...

- Bzzz.

- Et ainsi de suite.

 

Dans le temps à l'envers nous fûmes contrariés avec violence.

Plus nous avancions vers le passé

et plus nous nous éloignions de l'avenir.

En pensant aller de l'avant

on lestait nos arrières!

On s'ancrait plus Ô & écourté,

aux bittes d'amarrage.

Nos paroles précédaient nos pensées!

et nos actes notre parole,

et crois de bois, cela quelques clichés te me voile!

!erdreM

Les angles obtus devinrent aussi aigus que des couteaux, et les saillants étaient si rentrants que ça faisait peine à voir. Nos nez et nos oreilles tu les aurais vus que t'aurais pas pu dire si elles sortaient ou rentraient de nos têtes. Nos pieds touchaient terre avant que l'on y songe à pas faire, et c'est douloureux, voire incommodant.

Surtout si l'on veut garder un minimum de sa distinction naturelle.

Ça arrive à toulmonde de se voir arriérer alors que l’on croit avancer, certes, tapatort, mais en temps normal on évite de le constater.

 

Dans le temps horizontal nous fûmes présents au point de défaillir en masse.

At home on s'écrie présent à l'école, au lycée, à l'armée ou à l'usine, sans penser à conséquence, car à-peine l'absurdité dite c'est déjà du jadis, alors que là, si tu dis présent c'est la seule chose que tu diras jusqu'à désormais (comment l'appeler autrement?)

Tout était si présent que rien n’avait cours.

Si là.

Nos yeux ne voyaient pas d'avenir. Nos ouïs devinrent sourds aux voix du passé et nos cerveaux faillirent exploser sous le poids du néant gidouillal subi ainsi de plein fouet.

Nous fûmes comprimés à un tel point que l'on faillîmes atteindre la masse critique et finir en une belle gerbe, un trou noir, voire une naine blanche.

MSB en fût si outrée qu'elle failli en faire dans sa culotte.

 

Te raconte pas l'impénétrable obscurité des temps immémoriaux.

Les profondes éraflures, ablations de membres importants que nous supportâmes dans les temps héroïques.

L'autosatisfaction narcissique et handicapante des temps meilleurs.

L'illusion à paillettes des temps passées où tout était bien meilleur.

L'introspection fiévreuse des temps difficiles.

Le vermouth-lu du temps de jadis.

Le temps qui nous use et nous abuse.

La puanteur de charogne, d'infecterie et swamp de chiasse aux temps de guerre.

La forme d'illusoire infini, éternelle et pompidoulienne du temps périphérique.

Le fol temps des Bourgeons Macquart

 

Sans parler du manque de savoir-vivre flagrant que nous montrâmes dans tous les temps, où soif et envie de boire ne coïncidaient jamais.

 

Ainsi si l'on te disait toutes les bosses,

Balivernes! diraient tes yeux en glucose

Si tellement que ça paraît invraissemblôse,

Ubuïque, autant en vers qu'en prose.

 

Reggaetion:

Doquier où l'homme pour pisser sort sa chose

Et/ou la femme s'accroupit et dépose

On voit l'ortie qui éclose

De par jamais on ne verra la rose!

 

Axiôme

Lampée faite, et vécue la chose,

I fatti comme fatti s'imposent,

Seulement, dit par un morose, Eh!

Que cela paraît pure littérose.

 

Üte

Et...

notes depuis le temps

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 04/04/2008 à 14:14 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Du coup et par contumace tout le monde fit fi des impétueuses idées d'Absoulis, exploration, étude, voire conquête, il, et les autres, firent vite d'oublier avec charmes et bagages toute velléité quérante voire même sophique.

Yahvé trop de la friture parasitaire dans les temps.

 

- Apollo ici la terre, nous désarroyons un tantinet.

- Bzzz.

- On ne vous entends plus!

- Bzzz

- On les perd chef!

 

Mandolina avait perdu deux boutons de son corsage par la force de compression d'un certain temps, ce qui ne la dérangea qu'à peine, car elle y vit beaucoup de rapports dans les yeux ébahis du destin qui la fixait de trois-quarts mais dru.

Drôle de paroissien que le destin, mais ça on te mettra pas au courant de suite.

Analytik morosait et boudinait un max, car il ne pouvait même plus mentionner son si cherry temps des cherrys sous peine de voir le Chrône exploser de gonflement.

Bref tout le monde s'en mordait les doigts et se tordait la langue.

Quand le temps le permettait bien tentendu.

Comme quoi fô pas y jouer avec le temps car ses engrenages sont fort impénétrables, tout passe et tout lasse en masse, et plus tu décarcasses, plus ça te fracasse.

Surtout à Montparnasse.

Tiens, tes lacets sont défaits.

 

Néanmoins nos trois éoliens avaient trouvé réponse aux deux questions qu'ils se posèrent avant départure, de manière insistante et sans ménagement:

La question 1 et la question 2.

À la première, la réponse estoit: Non, le temps ne s'enfuiche pas, à la limite il double, voire triple de volume devant les gonflants.

À la deux la réponse éstoit précisément qu’il ne va pas allways dans le même sens, si sens il y a, ou alors dans tous les sens ce qui, toute chose étant égale, revient au même.

Point ne faut s’infliger des commissures, tout ébouche forcément sur quelque chose.

 

Aparté Philo mais pas Sophal, Because Temps Couvert, Genre 24 Brumaire Sitémieux

 

Curieux comme l'human being est assujetti à des soubresauts aussi contradictoires qu'endogènes et persiste pourtant à faire des phrases et éructer des onomatopées, voire écrire des livres ...

 

Cela n'apparaît aussi noir sur blanc que lorsque l'on est confronté à d'autres temps.

On dirait que l'on se permet des fantaisies que parce que notre temps est clément et fait preuve de largesse, hautesse et profondesse, et cela en gratuité comme l'air insipide et incolore qui envahit nos organes symétriques et spongieux gonflant notre tage coraxique sans intermission.

Telle apparaît au noyé, mais trottard, dans les profondeurs noires du lac glacé, avec la splendeur époustouflante du surnaturel, alors qu’elle estoit vulgaire, la miraculeuse, anatomique et mécanique fonction qui nous permet de vivre par bouffées lorsque l'on n'est pas plongés dans un environnement aqueux.

 

Bref yôrait de quoi s'attendre au pire si on cognaissait tout ce qui nous entoure et nous englobe.

Sans compter ce qui nous soubasse et nous surplombe.

On pourrait même se faire du mouron.

On y serait poussé, assujetti à un soubresaut endogène, à écrire un pompeux ouvrage.

Même des notes depuis le temps.

Crottindechavignolchô.

 

Tu peux rouvrir les yeux.

C'est fini!!!

 

Tu crois avoir tout vu, tout entendu occasionnel lecteur, trice?

Que nenni mon bon, détrompe toi et promptement!

Quésse tu peux être bête des fois, ça frise la magnitude 17 sur l'eschaylle à Jacob.

 

On va te me raconter le pire de tous les temps que nous connûmes, à côté duquel les bibliques ne sont que vaguelettes dans les jonques d'un fil d'eau tombé en désuétude, le déluge une goute erronée dans le sable blafard du désert de Namibie, et le sixième cercle de l'enfer qu'une fade et insipide farce de collégiens de Florence.

Tes dents se fendront et tes gencives saigneront à gros bouillons, tes oreilles imploseront avec force écoulement sérumo-auriculaire, tes doigts tremblotants n'arriveront plus à tourner les blandes pages tellement qu'y zauront perdu tout os et phalange et du coup onque appuy musculaire. Ton nez s'épatera car sa quille cartilagineuse dégoulinera en fondant, et fondra en dégoulinant, comme du caramel mou sur tes lèvres écarquillés.

Les sectes plaies d'Egypte te paraîtront gnognote, et à l'avenant t'aurais une blanche peur de ton propre ombilic qui, pauvre de lui et coquin de sort, t'escorte, te flanque et te précède quand tu y vas de l'avant, depuis que tess dans ce monde-ci, et saiton s'y traîne pas ailleurs!

En une comme en cent: ça t'apprendra la relativisation shintoïste et la distanciation brechtienne du même et seul coup.

 

Ce pire de tous les temps que nous connûmes, 7 espace temporel nous impressionna à un pointel que nous restâmes Grosjean-comme-devant.

 

Tu bouges pas, et t’attends sagement le next nambar.

Y va y avoir de la trifoulcade.

Me direz-tu, il était temps!

Petit navire... Que te repondriaG du tac-ô-tic!

 

- Bzzz!

- Bzzz?

- Bzzz!!!

- Bzzz?!

- Bzzz...

 

Et à moins que cela ne t'indispose, d'ici la ménopause, je ne dis plus chose. ("Absurde Odalisque" Vieille chanson militaire)

pose chrômise...

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 28/03/2008 à 17:14 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 22 / juin 2001

 

Pose Chromise, dose chue

 

ou de que Comment le Temps est non Seulement Corrupteur mais ôssi Corruptible

(Réclamez le Supplément « Bref Descriptif du Chrône »)

 

Aucun des trois compères, autrement dit personne en ce mas bonde, ne savait ni comment qu'on attrape un Chrône ni à quoi ça ressemble.

Quant à son numéro de sécu, c'était limite un faux objectif qu’on s’était fixé par négligence.

Ils urent beau compiler, lecter et recouper à la Library du chastiau qu'ils ne se virent avancer que d'un quart de poil sur l'une ou l'autre des questions, voire sur n'importe quel autre plan astral.

Au niveau de l’avancement, sitémieux.

De toute vidence le Général Motors n'estoit pas un érudit très exhaustif.

Trois éjours énuits se penchèrent tils sur des livres neufs, des vieilles armoires, des pivres de loche et des arlequins, que rien, mis à part des cils usés jusqu'à la trame et des retines ardentes. Tandis que, indifférents, quelques sagaies de soleil fendaient obliquement commil se doit, l'air empli de livresque poussière, transmutant l'or astral en argent lunaire et silencieux.

Quiétude onlyment rompue par le léger frissement de pages tournées et retournées.

Absoulis y vit un cela un signe, évidement.

 

- Karateka!!! -S'écria à brûle-pourpoinct Analytik, rompant dru, avant de monter sur la grande table en chaîne massif et entamer une énigmatique série de gesticulations grotesques comme mû par d'invisibles cordages.

 

D'un pas monacal et néanmoins prude, Mandolina et Abs approchèrent du phrénomène, non sans faire craquer le vieux plancher.

 

- Que lui prend til? -murmura Abs.

- Scotish gigodomie? -murmura Mandolina.

- Bande d'énergûmes! -Fit l'ex commdivisio sans arrêter son croisé-décroisé- J'ai trouvé comment qu'on attrape un Chrône!!!

- Dans ce cas 7y pas Eureka que l'on dit à bonne & sciant? -dit Mandolina l'air naïf.

- Abruzze! Il est abruzze! -confirma l'Abscons.

- J'ai jamais fait du latin -excusa Analytik.

- Par contre le japonais tu maîtrises! -rétorqua Mandolina- C'éty du grec bougre d'anguille du Languedoc!

 

Je vous aurait bien transcripté tout le dialogue mais j'ai de façon soudaine la crampe de l'écrivain, et pis ce serait so much ado for nothing.

En somme Analytik avait bêllé bien trouvé comment qu'on attrape un Chrône en lisant une nouvelle de science-friction. Seulement le moyen descript pour ce faire estoit

si tarabiscoté,

si biscornet,

si la birre-antique,

si coûteux,

si peu probable,

si pas possible,

si psychodrame en trois actes,

et si mal rédigé,

qu'il U fallu trois fois le budget centennal de la Franche-Comté et Latécoère réunis, et trois mille trois cent cinquante deux vies entières de labeur industrieuse, méticuleuse et acharnée pour y parvenir.

Et encore, te raconte pas tout. Tu serais capable de prétendre que j'éxe-agère.

pose chrômise...

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 28/03/2008 à 17:12 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- C'est plus facile de faire de tirer de l’huile d’un pavé -sanctionna Abs- G comme l'impression que deux ou trois choses en amont lui échappent encore...

- C'est son seul côté solide-Souffla MSB décorsetée- il est le Fujyama des absences, le Niagara de l’incomprenette, on a beau le pédagoguer il y aura toujours deux ou trois choses qui lui échapperont, il atteint le 100 % de fiabilité quand il comprend le dixième... Bref, que fèton de son K?

- Pour commencer -dit l'Abscons avec un regard de la mort qui tue- on devrait lui faire ravaler son karateka avec force huile de ricin!

 

Une semaine après y zy cherchaient encore, tandis qu'Analytik se remettait à cheine de sa piasse carabinée.

La Library empestait et les blandes sagaies de sage argent continuaient d'obliquer, le vieil astre roy étant imperméable aux vices & zétudes bassement humaines comme chacun et cune le sçait, quand il ne s'éclipse pas.

Il ne restait plus à nos chercheurs que de prier les saints Glolons des Violons.

Jamais par revanche Analytik n'oublierait que quand on veut faire l'intéressant on doit s'écrier Eureka et que c'est du grek.

Quant à intégrer que Karateka c'estoit du japonais et pas du languedocien c'était trop lui demander en une seule dose.

A quelque chose au moins malheur est bon, et pour un esprit curieux il ne se passe pas un jour sans apprendre, comme un clou chasse l'autre, et ce que natura non da Salamanca non presta.

Ben oui.

Jusqu'ici ça va?

Fais gaffe à la tête.

 

En propulsant par le plus grands de hasards le nambar cent quarenty four d'avril 1948 du Rider's Digest, Mandolina-Sugar-Baby, tout en se frisotant une platineuse mèche d'un doigt dilettant, tomba sur une bonne vieille blague à triple chute dans la rubrique "Et celle-là, la connaissiez vous?":

"A quoi reconnaît on un belge dans un combat de coqs?

C'est le seul qui arrive avec un canard sous le bras.

A quoi reconnaît on un français dans un combat de coqs?

C'est le seul qui parie sur le canard.

A quoi reconnaît on que le combat de coqs a été organisé par un italien?

C'est le canard qui gagne".

Même si cela n'a pour toi, Ô lecteur, trice, qu'un rapport lointain voire tangent et hypoténuse avec le sujet, chez MSB cela fit tilt.

Si.

Son tilt fut toujours d'une exe-trême sensibilité.

Soudain ses névronnes conclurent, allez sçavoir pour quelle obscure raison, toutes seules, dans un subit soulèvement tectonique, que pour approcher un Chrône il suffirait d'être plus malin que lui. Aussi sec ces mots franchirent ses pulpeuses sans qu'elle y soit pour quelque chose:

 

- Le temps laisse des traces, n'étil?, tout le monde le sçait ...

 

L'Abscons, entrevoyant d’où qu’elle voulait en venir, resta absalourdi, Analytik fit même une pôse dans sa lecture d'H. Bazin.

 

- En mayme temps, tout Chrône qui se respecte -continua telle- devrait rappliquer dès que quelque chose de neuf voit l'éjour, pour l'entamer, le corroder, le rogner, le tritutrer, l'user, le rompre, le tripoter, le malaxer, le rider, l'affaisser, l'éroder, bref te me le vieillir. Le salopard sans scrupules…

- You got-it ma grande -Fit Analytik- je sens que 7 fois C la bonne, celle qui balaye le moindre doute!

 

Absoulis démarra comme une fusée, violement, en laissant tout sur place et sans maudire.

 

- Je sens qu'il vient d'inférer -dit MSB lasse.

- Quel rapport? -S'eclama Analytik.

- Rapport? T'as dit rapport?

 

L'Abscons venait en feffé de luminer.

Comme quoi ya des enchaînements si invraisemblables entre la cause et l’effet, que si on te les racontait tu dirais que c'est faux...

 

Il s'était dit: Quoi de plus neuf qu'une new-velle de neuf pages? Et comme par un fait exe-près il venait d'en pondre une qui gisait encore à son comble. Même que la dernière page pendouillait toujours de sa Remington si davidienne, tel le prix Con-gourd lui tirant sa pâle langue.

Essoufflé et hors d'haleine il déboucha en comble et dans son trombe arracha la page de fin à la davidienne qui se fendit d’un chuintement de scarabée, et se mit immédiatement à se relire:

 

« Ayant vu aux abords de son vasistas (aux combles du châtieau) que le jour éstoit venu, Absoulis se dit que la nuit estoit sûrement tombée.

Fort de 7 présomption il se leva de son tripalium pliant, délaissa sa Remington davidienne … »

 

Mais la new-velle avait déjà pris un coup de vieux, et le Chrône l’ayant désuetée, était déjà sur une autre piste …

Trotard!

Tandis, les deux complices arrivaient pas essoufflés malgré l'énorme rapport hauteur-surface-haussol qui gouvernait l'architecture du chastiau.

 

- Alors, alors? -Demanda Analytik, tout subodorant.

- Mandolina was wright, un Chrône est passé ici, tout simplément because yahvé un truc neuf wright here! Tandis que nous le cherchions ailleurs

- Altrement dit au mauvais endroit et mauvais moment... -refléchit Analytik.

- A propos de rapport –fit MSB- mes pendules sont toujours bras ballants.

- Put your foot on my shoulder, sweet Mandolina ...

 

Enfin ils avaient trouvé le moyen idéal, infaillible pour attraper un Chrône, génie du temps maybe, mais pas suffisamment malin.

Nos trois avaient tout le temps de venteux.

Tandis qu'Abs se mettait fiévreusement à une autre newvelle, si nouvelle que lui-même n'en connaissait pas la trame, en vue de leurrer le Chrône, Analytik fit une découverte secondaire mais néanmoins pas dépurée d'interview.

Par faute d'une négligence distractive sans doute, le Chrône piétineur de Remingtons avait laissé tomber sa carte de sécu dont le numéro était:

1 00 00 99 423069 11

1 parce que c'estoit un Chrône mâle.

00 00 parcequ'étant du temps en soi himself il etait en dehors du temps, il n'avait donc ni mois ni année de naissance.

99 parcequ'il estoit estranger.

Voilà une des raisons pourquoi quand on voyage le temps semble passer plus vite: Il est de là-bas!

En Trance il se meut avec moultes précautions car le rayonnement de 7 grande nation est immuable commun le sçait et son sol nacré n'offre que peu de prise aux pédoncules préhensibles dont le Chrône use à la place des pieds comme toulmonde.

Le reste je t'en passe parce que ça ne concerne que l'administration et n'a par conséquent aucun arc de cercle.

l'après-midi d'un chrône

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 22/03/2008 à 18:01 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 21 / mars 2001

 

l’Après-Midi d’un Chrône

 

ou que 7y que le Temps et que Pourquoi ne Fait til que Passer

Maledetto Porcospino!

 

Ayant vu aux abords de son vasistas (aux combles du châtieau) que le jour éstoit venu, Absoulis se dit que la nuit estoit sûrement tombée.

Fort de 7 présomption il se leva de son tripalium pliant, délaissa sa Remington davidienne, et s'en alla à travers huis, pissoter un coup tout en propulsant un vieux grimoire où estoit cognistré et enresigné tout le mobilo et immobilo du châstieau.

Ores, il tomba, par le plus grand des sorts, sur une page qui le laissa presquefié, absalourdi sitémieux, et un tantinet tremblotant, si fait qu'il en mit hors tasse.

 

Oui:

Il sera question de temps.

Je te vois 10y, cher, e lecteur, trice, ignare et sarcastique tu te dis: 'Core le Facteur-Temps, 7 à devenir cheval!

Si, j'te vois.

Eh ben, non.

7 une histoire de temps tout court.

Sa primordiale fonction est celle dont grécos et romanos l'affublèrent du temps où on l'appelât familièrement "Chronos", et core du seculum de Goya qui l’a portraitisé dans son "époque scatombreuse": Celle de se bouffer him-self, métaphoriquement parlant, en dévorant ses enfants propres.

Pas les sales, car il tenait tout-de-même, homéopathiquement certes, mais il y tenait à une certaine postérité.

Cé, sitémieux, le versant occidentoc de l'africanement répandu "serpent-qui-s'mord-la-queue". Evidement les grécos estoyent plus discrets about leurs moeurs, aussi vipérains qu'ils eussent étay, contrairement aux africains qui trouvent que Freud se la mord grave...

 

Disaiton que 7 une histoire de temps tout court, or si Chronos a une caractérose qui le caractérise (et ne me fait plus dévier stéplay) c'est d'estre allways trop court.

Un poil trop jeune.

Vert.

Pas mûr.

Chiche.

Kebab.

Pas endurant.

Illogique.

Enfantin.

Sapriquieux.

Tictaqueux.

Et le tout à nos ziocs évidently, car on est mûs par l'accaparement intensif, on en veut toujours plus, ou comme dixit Campbell: "Depuis que l'homme a U l'idée saugrenue d'éternité il fut persuadé que 7ay 1 dû, or 7 un prêté, et même pas pour 1 rendu".

 

- Toc-toc -Interrompit somebady behind le huis telle la grande faucheuse qui tocque.

- Quésse -fit Absoulis, non sans une certaine cagade.

- Mandolina, puige?

- C'est tout vert!

 

L sembloit présqu'occupée et férveuse, ce qui lui allait bien hautain d'ailleurs, en féffé, dans sa contigüe comble les pendules se détraquaient bras-ballants, l'une après l'autre, l’autre après l’une.

(Commun dit "l'une aval, L'autre amont").

(T'inquiète te laisse un laps...)

Chez Abs c'estoit y pareil? Ou encore, étaitil pour quelque chose?

 

- Encore une intrusion du Facteur-Temps à ton humble? -questionna telle.

- C s'rait à devenir cheval! -pondit til.

- Alors, quésse til, et que de quoi?

- J'élucide et je lis l'inventaire du Général Motors puis comme de bien entendu j'uis tombé sur un os, tu devrais revenir plutôt.

- Avant?

- Wright! -s'exclama Abs l'absorbé.

- Peux t’y pas.

- Pardon?

- Peut’y pas revenir plus tôt! -cri attelle, pour ajouter finaude- Plutôt j'eus un rendez-vous de bonheur...

- 7 y ben mieux que les rendez-vous de malaheur... à quelle heure ce fut?

- J'en sors-là, c'estoit donc à ya deux heures et des...

- Reviens donc avant cela.

- Peux t’y pas.

- T'as U un rendez-vous qui le presqu'aidait?

- Non, un qui le succe-aidait.

- Sans rapport.

- En parlant de rapport... Pardon, je mets-gare. Si j'uis occupée après j'peux pas prendre le temps de revenir avant, le temps court canmême... Refléchis. Sans compter qu'il est chiche, kebab, pas endurant, illogique, enfantin, sapriquieux et tictac.

- Queux!

- Abs!!!

- Tic-tac-queux, pas tictac...

- Ah?

 

Bref, la contusion ne pouvant aller plus loin fôte d'imaginaire de la part des lecteurs, et pour te fluidifier les névronnes, on revient deux heures et des poussières before, pour toi ça change ren.

Mais après ceci:

 

INTERMEDE

l'après-midi d'un chrône

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 22/03/2008 à 18:00 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- Le commandant vous informe que nous allons atterrir dans dix minutes.

- Quelle chance -Fit la dame-qui-prenait-l'avion-pour-la-première-fois- Depuis le temps que nous rêvions de visiter Dixminutes!

 

Deux heures avant comme susdit:

 

- Toc-toc!

- Enfin! 7 toujours tout vert!

- Tess jamais content toi, je prends le temps de tocquer deux heures avant le vrai toc et tu trouves 'core moyen de m'tirer la tronche!

- 7 un problème d'atmosphère...

- Et ton atmosphère C moi! Bizarre... T'as dit bizarre?

- Crottindechavignol-chô, Janvier! -s'exclafa til en levant sa parabole vers le dieu des auteurs- Pourquoi crèches-tu rue Poliveau!

 

Si vous reprennez 2 plombes avant pour des ânnesseries sembliques, 7ay ty vraiment pas la peine!!!

Une lectrice pressée.

 

- As tu déjà entendu parler des Chrônes? -demanda l'Abscons abstrait.

- Comme toul-monde -responsa MSB prudente, C ton jamais...

- Sta-dire?

- Ben, c'est des enfants de Chronos qu’il a pas bouffé …

- Et d’après ce grimoire, j’apprends qu’on en a un ici mesme …

- C'est sensé me laisser en rond et de flanc ou ma faire tomber en pâmoison? -fit Mandolina tout en mordillant l'ongle de son gros orteil.

- Oh, ma douce étendue ensoleillée, imagine once, mayme s’il n’a pas l’étendue des powers de son papa, il a faculté de naviguer dans les temps comm’il l’entend. Suppute maintenant que l'on arrive à enfourcher ce Chrône sauvage sitémieux, ne pourraiton pas découvrir sur pareille monture des news continents, péninsules, pays habités et débités, incontinents et grandes régions? Passés, présentes et à-venir?

- Quand bien même, ce ne s'rait que des terres temporaires comme son nom landique.

- Les aventures exo-chastiau t’auraient  t’elles surplombée?

- Aurais tu soudain revêtu l'âme d'un Colomb, d'un Cortez ou d'autre saint-Louis l'impur? Ou aurais tu découvert moyen d'arrêter Chronos dans son irrésistible et incontinent déval? Dans ce cas ça pourrait m'intéresser ...

- Que nenni ma nanni, 7 y l'esprit scientoc qui me guide allways, et ma quête est toujours politiquement correcte. Je ne veut que sçavoir:

et d'1: Que pourquoi le temps y s'enfuiche?

de 2: que pourquoi toujours dans le même sens?

et de 3: que perqué étil chiche?

Sans avoir une volonté d'éléphans,

Et sans tambours ni oliphans.

- Ren qu'ça! C tu qu'avant toi moult sapiens-sapiens s’y sont cassé la dentelure sur si solide mystère? Que maintes ont perdu raison, palmes académiques et bon-sens dessus les aspérités de l’ardu blème?

- Tout ça je ne l'ignorons point, mon appoint, mais nous avons un avantage, sérieux, solide et consétudinaire...

- Quésse? -dit elle concupiscente comme Abs au début.

- Que d’après le Général Motors inventaire ci-présent him-self et de sa poigne, nous possédons un Chrône en personne!

 

Mandolina cessa d'un seul coup tomber son gros orteil et tout son pied pesamment sur le parquet.

 

- Depuis quand?

 

Répondre à telle question U tété illusoire voire risible, un Chrône atil une date de commencement et de péremption ou vice-versa? Peuton en avoir traçabilité? Ou encore usent ils de tout ça mais en dehors de notre sphère chronologique?

Si les anges ont nombril, les invocats honesteté, et les juges jugeote, alors, parhaps.

 

- T'occupe -répondi til faute de mieux- put your foot on my shoulder et calme toi.

- Et si on bigophonnait Queneau pour plus avant?

- Pas question il est anachronique.

- C’est loin ?

 

Anyway, après rameutage d'Analytik qui comme à son dab ne faisoit ren, ils se mirent les trois en quatre, dans le goal de repérer, encercler et attraper (par la ruse ou la négociation) le fameux Chrône du châtiau.

Après adoubage tic-tac,

bon déjeun tac-tic

vin frais tic-tac,

siestac-tic

et éveil tic-tac.

Cela leur prit une après-midi et demi.

 

...Enfin, en réaltoc on ne l'a jamais su, car à l'interne du châtiau il estoit ardu de sçavoir quoique sur le temps du dehors, mais d'un commun accord ils décidèrent que ce fut une après-midi:

L'après-midi d'un Chrône.

 

- Ya deux ou trois choses, en amont -composa Analytik dès son arrivée- quimont échappé, je l'con-fesse... (Du latin avec-foi, pour ta gouverne)

 

Ne loupez pas le next nambar! T'apprendrez que comment on attrape un Chrône (ça peut servir) à quoi qu'il ressemble, et quel est son numéro de sécu!

le bord du monde

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 14/03/2008 à 17:16 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 19 / mars 2001

 

à Bas-Bord du Bout du Monde

 

ou que Comment Arrivés au Bout du Bout du Bout du Disque Global

y’z’y sont Renvoyés à Soi et Obligés d’Infléchir de Belle Manière

(Accessoirement Chapter VI et Der)

 

La traversée du jour des ôtes-herbes ne fut pas aisé.

Nos amis qui n'étaient pas coutumiers des choses intrépides et/ou cuterreuses durent improviser à l'antique et s'aperçurent avec une joie non dissimulée que leur bulbe reptilien se remettait en marche comme s'il n'avait jamais servi.

Bien plus puissamment chez Analytik, bien entendu.

Heureusement les poils des orties ne les urtiquaient point, gros comme réverbères il était impossible qu'il aillent se ficher sous leur peau.

Par revanche les attaques de coccinelles furent un danger permanent, par chance leur bourdonnement était trop puissant et ils les entendaient piquer de loin.


On n’imagine pas tant qu'on est pas de taille acarienne, à quel point les coccinelles peuvent avoir un odieux comportement, de plus elles sentent pas bon.

Analytik, sans doute mû par son reptilien calleux, eu le réflexe salvateur d'en couper des pistils violets de chardon, trois en tout, ce qui leur servit de lance. Ainsi armés ils purent mieux se défendre et plus efficacement, sans jamais prendre l'initiative d'une attaque intercontinentale bien entendu, c'estoyent des armes stratégiques exclusivement défensives.

Civilité et flegme oblige.

Bref, la traversée de la plaine fut hardeuse car ils se perdirent maintes fois, tournèrent en rond et patapon. Comme chacun le sait le gazon pousse en total désordre, ne prévoit stratégie d'implantation ni place aérée pour ses propres radicelles, l'anarchie est totale et très verdoyante. Il était impossible de se guider par l'horizon (invisible à leur yeux à cause de la ôteur des anarchiques) ni par le soleil qui toujours fixe au zénith ne leur donnait aucune indication utile sauf de savoir qu’y z’y étaient juste en dessous.

Et je t'en passe ...

 

Finaly, au bout d'une marche pongue et lénible ils atteignirent le cercle de nuit qui se reconnaissait surtout par son absence de jour.

Abs eut le temps, chemin faisant, de calculer que l'étendue sauvage qu'ils venaient de traverser n'était en vrai, qu'un jardinet de 1m50 de profondeur, ce qui démoralisa tout le monde car dans leur contrée natale et tempérée yahavé à peine de quoi faire un barbe-au-cul.

le bord du monde

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 14/03/2008 à 17:15 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- Cela me donne raison quoiqu'à contrario -fit il.

- Mrgbl! -refit Analityk plus reptilien que jamais.

- J'ai même refait tous les calculs en tenant compte de notre réduction progressive de jour en jour, il se trouve que les distances calculés étaient toutes fausses, ce que nous comptions comme une brasse n'était qu'une brassette chez Annapode, un pouce au jour de l'Agrégature, un centième de pousse chez les tête-en-bas, et un mini-micron ici. En étant large.

- Tout cela nous fait plusieurs belles jambes! -retorqua MSB.

- Que nenni ma platinure, il se trouve qu'en remettant les choses à plat, pour ne pas parler de pendules car ce n'est pas le lieu, les cercles éjours-énuits diminuent en profondeur au fur que nous approchons du mord du bonde et de manière inversement proportionnelle ils augmentent en circonférence; tout ceci est régi par le nombre Pi qui multiplié par le carré du rayon nos donnera la surface et la circonférence de la terre, plus besoin d'aller planter des bâtons à Louqsor!

- Vois toujours pas le rapport -s'exclama MSB.

 

Ceci était censé prouver que le jardinet tout petioc qu'il venaient de fendre était de par sa pétiture le dernier cercle de jour du monde et cette fois sans doute aucun il allaient aborder la dernière nuit du bord du monde!

La question était: Yahvé til un jour après cette nuit ou allaient tils tomber à pic sur une aube blafarde?

Hein?

Une seule sose était chûre, ils devaient traverser la nuit en tâtant, regardant et soupesant le plus possible et dans tous les sens à chaque pas. Il n'était pas question de se laisser tomber bêtement dans le gouffre et finir embrochés, broyés, effilochés, tronçonnés, voire mastiqués par je ne sais quelle créature exo-terrienne qui commun le C sont toutes mauvaises et malveillantes envers le genre humain, qu'elles abhorrent pour des raisons évidentes de jalousie maladive.

Les fourbes.

 

Ils s’accordèrent avec largesse une petite sieste à l'ombre d'une paille et en plein jour, à l'orée de la nuit.

Sers toi une autre, passque ça monte.

 

Quelle ne fut leur surprise, pour ne pas être trop effusif, en constatant qu'une fois franchies les premières d'ombres de l'orée, plus ils avançaient dans la nuit, plus il faisoit clair. Pourtant yahavé pas de lune ni autre sorte de baleines lumineuses qui éclairassent quoi que ce fut.

Force fut de constater que la dernière nuit du bout du monde estoit une nuit blanche.

Chose bien compréhensible si l'on y infléchit.

7 mi-clarté venait du tréfonds crépusculaire de l'espace intersidéral.

C’est comme ça.

Il étaient littéralement baignés par la lumière aussi vagabonde et rebondissante que fossile du big-bang!

Altrement dit la prima luce del mondo!

C'est pas donné à toutto é cuaëqu'uno...

C'est devant des pareilles découvertes que l'on regrette plein de choses:

 

Abs, ses carnets de notes,

MSB, le manque de rapports,

Analytik, les main-courantes.

 

Mais laissons les remords

Chicots, plaintes et queneauttes

Quoi, merdre, soyons z’y forts!

 

Bref, on est bien obligé de simplifier pour que toi, Ô lecteur puisses comprendre, car on sait que defoes ça te dépasse.

 

Soudain une claireur plus claire que la fossile se profila, d'abord timidement, mine de rien, à peine perceptible; puis évidente, palpable et presque infâmante.

Ils tombèrent à genoux tous les trois.

Moralement cela s'entend, car rappelâtes qu'ils ne se départaient en aucun cas de leur flegme.

Mais le faîte sautait tô zyeux: Yahvé tun jour dernier!!!

Avoue qu’y avait de quoi.

Ben si, Moïse en fit bien plus devant des révélations de loin plus anodines!

 

On s'attendait évidement à ce que c'éjour soit le plus étroit de tous, et de manière inversement proportionnelle très étendu à leur échelle, eux, humbles observateurs modifiant sans le vouloir, par simple piétinement de la réalité intrinsèque, la trame spatiotemporelle-gauche.

Abs suggéra, en aparté éthymo-quantique quand-même, que de dire inversement proportionnelle était un non-sens dépassé car coi! Il suffirait de dire contre-portionnelle, dé-portionnelle, néga-portionnelle ou encore minus-portionnelle.

Mais t'inquiète, y développa pas, yahvé trop d'lumière.

 

Eh bien je me doutions que comme tout le monde, vulgaire lecteur, tu estes impatient de sçavoir commun qu’il è le dernier jour du monde et quoi qu’y s’y trouve dedans?

On va te me le dire, décrire, faire voire comme si tuyétais, t'inquiète.

On commence même sans tarder.

Juste après cette ligne:

 

Le dernier jour du monde estoit pelé!

Tondu.

Reztamé.

Déserteux.

À verte de pue: Rrren!

Que des cailloux épars sur une morne plaine, ensoleillée certes, mais morne.

 

- C'est ça la fin du monde? -pregunta Mandolina inter-loquée.

- Toudmême, t'espérais pas un thé dansant! -infléchit Analytik.

- Tu t'attendais à quoi? -fit l'Abscons curieux mais dépité par la morne vue.

- Au moins à une foule de gens faisant la queue pour le jugement dernier, un peu d'animation quoi!

- À mon avis tu confonds dernier jour avec jour dernier -dit Analytik.

- C'est pas con -répliqua Abs- et si ça se trouve, y’a du vrai la dedans...

 

Pour être triste et déprimant ça l'était: Pas un bruit, pas une brise, pas un être vivant, et le soleil qui était plus gros et quasi orangé, tapait aussi fort qu’il le pouvait, sans pour autant casser aucune brique puisque commun te le dit, y avait rrrien.

 

- La seule solution -déclara Abs tout en cherchant en vain quelque chose qui lui tienne place de strade- est de se diriger vers l'avant ayant comme seule repère la ligne de nuit derrière nous.

- Et si la terre se termine mal?

- Oui, si nous sommes engouffrés dans un gouffre?

- N'ayez crainte camarades, question gouffres et diableries je m’y connais!

 

Ce fut en féffé C ce qu'ils firent. Ils marchèrent et marchèrent et marchèrent jusqu'à plus soif.

Puis soudain tous les trois se figèrent comme frappés par le regard baveux de la morbide méduse antique.

La vraie fin du monde était devant eux!

Après un bref moment de stupèfe et d'abasourde ils coururent plus vite encore qu'Einstein vers le bureau des brevets et inventions, le jour où il trouva E=m.c2.

 

- Savait pas qu'il avait sprinté -fit Analytik par saccades.

- Qui ça! -demanda impérative MSB.

- Ben, Shakespeare! -repondit Analytik.

- Einstein, abruzze!!! -insulta Absoulis.

- Abruzze, Einstein, croyais qu'il était juif. -s'etonna Mandolina.

- Toi aussi ma fille! -erupta Abs.

- Juive?

- Non, abruzze.

- Et Shakespeare dans tout ça? -cantona Analytik.

le bord du monde

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 14/03/2008 à 17:13 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Personne ne savait plus de quoi parlait ton, obnubilés qu’y z’y étaient par la fin du monde, qui comme le vertigineux bord de la falaise attire sans exception de sexe ni de race et encore moins de religion, tous ceux, quelconques qui l'approchent.

Plus ils approchaient plus ils distinguaient mieux ce qui ce trouvait de plus en plus près.

On crut à un moment que la barre sombre était une autre nuit qui se profilait, ce qui aurait désappointé tout le monde et démoli les abscons calculs.

Plus grave encore, cela m'eut obligé de me taper encore un chapter VII...

Mais il n'en était pas question, c'était bien la fin du monde, quoique cela se présentait bizarrement contre toute ID reçue.

Au pied du mur il furent aussi stupéfactés que l’on peut l’être, aussi sinistres qu'un pinguin en plein désert, so desubiqués qu'un homme de loi devant la justice.

C'était à ne rien comprendre.

Attention, derrière toi!

 

Faisons un point. La vraie fin du fin du monde se présentait de la manière suivante:

Mais si, on va te le dire:

 

Elle avait l'air d'un mur faisant tout le périmètre de la terre en longueur et incalculablement ô en hauteur.

À première vue.

Sa surface était lisse, froide et contrairement à Hubble sans un seul grain de défaut.

Ne portant trace aucune de jointure, soudure, collure, ou tout autre argutie bricolique.

Sur sa surface comme sur un écran de drive-in, passaient formes et couleurs de différentes façons: Très lentement en des infimes nuances dans le fond, à diverses vitesses et semblant se mouvoir devant un gouffre en dégradé, changeant constamment leur gestaltité.

Les dites formes de premier plan estoyent filiformes, comme des fils très filiformes, chacun indépendant de son voisin quoique tous se touchant par un bout ou l'altre et ceci à l'infini sur toute l'étendue du vaste mur.

Souvent les bâtonnets semblaient s'organiser en un ensemblat qui rappelait vaguement quelque chose de déjà vu, pour se défaire et se réorganiser différemment l'instant d'après en se bipolarisant altrement.

 

Voilà en gros ce qu'il virent en arrivant au bas-bord de la fin du fin du monde.

Ce qui fit qu'à part le faîte de savoir que c'estoit la fin du monde, ils comprenaient pas plus, goute.

 

Si nos amis eussent été des stupides gens comme nous simples mortels, ou toi, Ô lecteur incongru, ils en seraient restés là, constaté, et fait immédiatement demi-tour pour rapporter des nouvelles de la fin du monde à notre bonne vieille civilisation affamé de nouveautés fussent telles apocalyptiques pourvu qu'elles soyent neuves, commusait dire notre bon vieux Francisco Râblè.

Mais v'là ty pas qu'ils estoyent malins, enquêteurs, et curieux de toute chose de par nature. Ils n'étaient pas en quête d'une réponse quelconque, si scénné que pour accéder à des nouvelles questions, arborescentes si possible.

Ils commencèrent donc par s'en poser, en débutant par les plus crétines comme il se doit, genre: Quésse, oùssuiG, et quéss qu’y fait, quéss qu’ylà, qui c'est celui-là.

Puis peu à peu le bulbe musclé prit le dessus, ramolli qu'il estoit d'abasourdance, parce qu'au début et d’emblée ça abasourde.

Ben oui. Se trouver devant une fin ça remet en question tout, dès le début.

Si, si.

On vous demande pas de te mettre à leur place.

Acquiesce, ça suffit!

 

- Quelle matière S -demanda Mandolina quasi comme à elle même.

- Je n'ai jamais ren vu d'pareil -répondit Analytik comme en se parlant tout seul- mais en tout cas c'est super bien poli comme matière.

- Dis bonjour au monsieur, matière -fit l'Abscons en entendant son ami parler de la sorte, tandis qu'il n'arrêtait pas de faire des grands gestes comme un faiseur de pluie, puis pris d'une soudaine illumination sans doute due au bombardement constant de lumière fossile, il s'écria: Eureka!!!

- J'espère que 7 fois 7 à bonne sciant -pavoisa MSB.

- Sûr et certain! Ne te mets pas en courroux-cou-cou ma Sugar-Baby. C'est la chose la plus simple et la plus mystérieuse à la fois, la plus évidente et la plus obscure, la plus logique et la plus paradoxale, la plus...

- Abrège!!! -s'exclama Analytik exe-aidé.

- Là pas tort, accouche -fit plus raisonnablement MSB.

- Sieur, damm, c'est un miroir! Le plus gigantesque miroir jamais vu d'un seul tenant par dé zyeux zumains!!!

 

... Break de panique chez les neurones qui ramaient en amont ...

 

- Zut alors -balbutia Analytik en fixant le miroir tout droit dans les yeux- si ça c'est un miroir, je réfléchis pas du tout ou alors de traviole...

- Mais si, abruzze, regarde mieux, pourquoi croixes-tu que je grimaçait tout à l'heure ici même?

- Pasque tes cinglé?

- Ya de ça... Mais je te peux prouver ce que j'avance. Vas’y lève doucement un bras jusq'à la verticale.

 

Analytik le fit, imité par MSB à une brasse de là, et pourtant rien ne se passa, les bâtonnets continuaient de s'amuser à changer de polarité et synapser comme si de rien n'était.

 

- Desolée mais t'entends des voix, moi je vois rien -dit MSB dépitée.

- Moi aussi j'vois rien!

- Continuez, crottindechavignol chô! moi aussi j'ai rrren vu au départ.

 

Au bout de trois ou quatre lapses Analytik s'asseya par terre mort de tafigue, MSB continuait mais en première.

Tout-à-coup elle commença à voir un léger signe et le signala ô et fort rien que pour culpabiliser un peu Analytik qui s'en fichait comme un pape de ses gouailles.

Puis cela devint évident pour tous.

Les formes prenaient des couleurs correspondantes, à peu de choses près, aux silhouettes de nos trois.

Soudain on vit certains bâtonnets frémir en suivant le mouvement du bras de Mandolina.

Un peu comme une volée de sardines ou un banc de pinsons rigolards dans une vallée encaissée, allant de ci, de là, prenant forme et reflets, histoire de faire croire aux prédos qu’il s'agit du corps unique d'une énaurme bête.

Sauf que dans le cas du miroir du bout du bout, il faudrait imaginer le même agglomérat d'individus ondulants grégairement mais sans limites, continuant et connectés avec tout l'environ, à droite, à gauche, devant, derrière, en ô, en bas, et cela à l'infini dans toutes les autres directions sécantes voire diamétrales aux six-dessus citées.

Le tout était de s'habituer à voir différemment son propre reflet, non pas détaché sur fond d'autre chose, mais attaché, entrelacé, imbriqué, dans un infini continuum de brindilles accollantes par les deux bouts et changeant de couleur selon non seulement la chose reflétée mais aussi son état d'âme, ses problèmes intestinaux et son dernier tiers provisionnel.

 

- A mon humble avis -entama Abs...

- On a compris gidouille -interrupta Analytik- c'est un miroir mais un qui est pas ordinaire, y renvoye les images du monde tel qu'il est et non tel que nous le zyeutons. Tout est lié à tout dans la réalité et nous sommes très exactement et pour de vrai ce que nous sommes en train de voire: des neurones allumetoïdes synapsés à tout ce qui nous environne et non pas des êtres uniques détachés de tout et flottant dans le flou artistique à mi-chemin entre les protozoaires et le bonobo.

- En somme et pour te la faire courte -dit MSB- c'est un miroir qui réfléchit.

- Comme celui de la marâtre de Blanche-Neige -ajouta Abs pour faire joli.

- Une fois qu’on le sait -réfléchit Analytik- des nouvelles questions se posent au moins au nombre de trois: 1) Ya til quelque chose de plus ultime derrière ce miroir ultime? 2) On essaye de te me le fracasser malgré les 7 ans de malheur qui nous pendraient au nez pour y voir squià après? et 3) On essaye la corruption?

le bord du monde

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 14/03/2008 à 17:12 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Ils votèrent pour la 2, mais malgré des très longs lapses d'efforts conjugués et des coups si puissants quy zauraient brisé le coffre fort de la banque des Cosses, le miroir n'eut même pas une éraflure.

Rrren!

Abortion!

 

- Je propose -déclara l'Abscons essoufflé- que l'on en conclue provisoirement que derrière le miroir ya rien.

- D'acc pour ya rrren-fit Analytik.

- Le reste n'est que miroir dirions-nous -paraphrasa MSB.

- Provisoirement!

- Provisoirement -reprirent les alcolytes comme s’ils prêtaient serment.

 

Assis comme ils l'étaient, l'esprit en bandoulière, ils voyaient de mieux en mieux leurs reflets dans le grand miroir, ils arrivaient même à distinguer des détails surprenants et lointains comme le jour d'avant, c'est à dire le jour situé après le lointain rideau de nuit dans leur dos, le jour des ôtes herbes sitémieux.

MSB leva son bras droit comme saluant son reflet quantique, son reflet s'organisa dans le même mouvement.

Quoiqu'un peu avant Mandolina.

 

- Ce mirroir avance un chouïa -fit telle.

- L'est pas ouaterprouffe. -tenta Analytik.

- Essayons autre chose -dit Absoulis- fouillons parmi les idées en désordre, c'est souvent là que s'ébauchent les meilleurs machins.

- T'as pas tort -dit MSB- quoiqu'il ne soit pas sûr que tu è raison, paraît que les doublevécés c'est plus propice...

- C'est évident... Sauf en cas contraire -repliqua Analytik.

- Squ'on dit é ski è...

...

- Imaginons -fit Abs- un instant...

- Tu nous en demandes trop -fit MSB.

- Bon d'accord, imaginons sans instant que je joue une partie de dames contre mon reflet, je me positionne, je prends les noires, mon reflet en face s'assied et prend les noires ôssi, forcément, ski déjà fait un jeu confus, je pousse une pièce le miroir avance la même, j'avance une seconde idem, et ainsi de suite...

- Et?

- A tous les coups et avec une certitude de 100% le jeu va se coincer à un moment donné et dans un lieu situé plus ou moins au milieu, sans espoir de rebelote.

- Et puis –disgrégua MSB- qui te dit que l’reflet n’y pense pas à aut’chose que toi derrière sa tête ?

- Et C censé prouver quoi? -discréta Analytik.

- Qu'on ne traverse pas un miroir -dit Mandolina- sans Abs on serait morts idillots...

- Ne les traversons nous pas déjà en imprimant notre image à une certaine distance dedans? Surtout dans celui-là qui nous réfléchi dans notre quintessence…

- Et c'est censé expliquer quoi?

- Qu'être reflet ou reflétant revient au même... Quelque part.

- Ce qui nous fait déjà –impréca l’Abscons- une quantité industrielle de belles jambes …

- Miroir du bout du monde 2, nous zéro -soupira MSB.

 

De déconne en déconne, ça n'avait pas l'air, mais très concrètement, ça avançait à pas de géant.

Vers quoi? Il est permis d'émettre questionnement sur questionnement!

 

- On voit bien que celui qui a pondu 7 scène, est payé à la ligne -dit MSB.

- Il devrait essayer à la mouche -ajouta Analytik.

- Cela laisserait supposer -conclua Abs- qu'il eut été fin à un moment donné!

 

Entretemps leur vue s'aiguisait au galop et il s'extasiaient maintenant sur la vue du 19e et du chatiô, de la cinquième avenue et du flat-iron building, l'opéra, les fortifs, et même Abscon-Ville: le centre du monde.

Sauf que les reflets précédaient de plus en plus loin leurs mouvements.

Comme si au bord du monde par conjonction de résonances aussi diverses qu'absconses le temps estoit en pente savonneuse.

Ils furent tellement exe-tasiés que plus un cil ne bougeait, plus une narine ne battait, plus une alvéole ne s'oxygénait.

Au sens propre.

Littéraire.

Si.

Le temps les quitta, ou ils quittèrent le temps, ce qui pour le cas revient au même.

Devenir et jadis se rebiquèrent pour se coller dans une mayme masse informe, tels une crêpe bien ratée.

Et ils devinrent un ramassis de bâtonnets de toutes les couleurs attachés par touchance-consécutive à tout-partout.

Ils pouvaient désormais rester là une seconde ou trois siècles, même sans ciller, cela n'avait plus aucune importance ni pour eux ni pour les choses.

Et si nous admettons que quelque chose pourvue d'intentions se tapit quelque part, elle était en train de te me les télétransmuter à leur insu...

 

Leurs reflets, dans le grand miroir du dernier jour, se levèrent, tournèrent les talons à l'unisson, puis d'un pas alerte et décidé reprirent le chemin (de retour ?) vers leur bon vieux 19ème.

S’éloignant du désert du dernier jour, désert où nos trois, suppose ton, feraient la même chose en sens contraire, avec un certain décalage.

Si toutefois ils venaient à bouger un jour …

 

Ils virent leurs reflets plus-vrais-que-vrais s'éloigner, pas à pas, laps à laps, enfermés dans des flambantes bulles de temps-nouveau vers la nuit précédente.

 

- Éss la fin Abs -pensa Mandolina-Sugar-Baby.

- Non -cogita l'Abscons- seulement un petit creux...

 

FYNN

l'éjour des têtes penchantes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 07/03/2008 à 11:29 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 18 / février-bis 2001

 

l’Ejour des Têtes Penchantes

 

où l’on Apprend que l’Inverse du Faux est ôssi Vrai que le Vrai

(Accessoirement: Chapter V)

 

A peine escapés de la révolte des géants, où Quonsort the First laissa, lui, sa teste accompagnée de sa couronne, que te me les voilà déjà dans un autre cercle d'éjour. Tellement ils firent vite.

Yahvé intérêt.

10-ton par vox populi, et cela jusqu'à nos éjours encore, que sa femme (la femme à Quonsort le Ier, la princesse Quon-toute-sorte-de-Choses) l'attend tencore sur un petit pont de pierre pour le dévier de son funeste sort.

Malencontreusement, ou par un fatto espresso, il prit un autre chemin, poursuivi qu'il estoit par les abruzzes en grève générale insurrectionnelle spontanée, si fait qu'il n'eut que rarement le choix de la direction à prendre, jusqu'à ce que rattrapé par la foule, qui l'entraîne, et se déchaîne, il fut décapité (cela s'imposait car il était capétien, les bourbons on les imbibe avant de craquer une allumette) dans la place centrale dite curieusement de la Concorde, et là, sa tête roula jusqu'aux portes de la cathédrale, ce qui fait une trotte, et par trois fois, trois, même avec ablation du corps, la tête prononça:

 

- "Je meurs, on m'assassine, une chose est sauve au moins pour la couronne, car à cet instant à heure fixe où mon peuple et moi demeurons, je comprends enfin ce que mourir veut dire, ainsi qu'assassinat, choses bien conceptuelles, insaisissables par essence, indescriptibles en vérité tant qu'on y touche pas du doigt et l’on trépasse, le funeste sort qui me fut jeté dessus à ma nativité est donc annihilé!!!".

 

Par trois fois sa tête dit tout cela.

Oui.

Bref, ce fut une cybelle mort, si apprécié de tous, grands et petits, qu'il eut droit à une standing ovation, et fut bissé y compris par les syndicalistes spontanés.

l'éjour des têtes penchantes

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 07/03/2008 à 11:27 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Plus ils s’éloignaient du centre du monde, plus les gens et les choses, comme on l'a déjà explicité ailleurs voir plus ô, étaient grands et massifs, mais nos amis ayant pris l'habitude de cette grandiloquence intrinsèque ne le remarquaient même plus. Quoique des fois il leur fut inévitable d'esquiver au débotté des piétinements distraits, maladroits ou gauches des badauds qui badaient sans intention de nuire.

Une écrasure ça peut paraître grôle mais ça ne l'est pas du tout quand c'est soi-même qui passe sous les péniches.

Voudrais ben t’y voire!

 

Trois jours plus loin, nos trois insufflés tombèrent sur une peuplade digne de peu d'intérêt sinon par leur posture proportionnellement inversée.

Il marchaient tous sur la tête, ou plutôt sautillaient dessus le scalp, du coup, et à cause de l’afflux de sang et humeurs diverses in testa, ils l’avaient enflée et variqueuse.

De ce fait ils étaient des gens très sérieux.

Tous Ô fonctionnaires dans différents Ministères, petits chefs et autres mesquineries ôtement inquiétantes.

Ce qui ramenait le chômage à 0%.

Bref y’zy partirent très vite, d’autant que ces geans là, voyaient d’un œil noir tout ce qui estoit un tant soit peu différent et désœuvré.

 

Nos compères partirent à travers champ vers les vêpres, là ou l'ombre de la nuit adjacente se profilait.

La traversé des jours susdits se passèrent dans le silence le plus autiste.

C’est pourquoi t’y notes un grand blanc…

 

Arrivés à l'aube d'un très grand cercle d'éjour, Analytik proposa de couper quelques une des étranges arbres filiformes qui poussaient dru de sorte à se faire une hutte et siester pensivement quelques jours.

MSB, toujours à mettre le doigt dessus, lui fit remarquer qu'il remarquait mal, car ce qu’il voyait n'estoyent point des arbres arbustièrs mais des simples brins d'herbe géants, sur quoi l'Abscons ajouta que dans ce cas ils n'avaient qu'a s'arrêter à l'ombre du premier pissenlit qui croiserait leur chemin au lieu et place de se donner tant de mal pour rien.

Puis montant sur un petit caillou il prit une pose auguste.

 

- Qu'en è til? -s'enquerra MSB.

- Il va l'ouvrir encore -désespéra Analytik.

 

Effectoc, il l'ouvrit, mais très solennellement:

 

- Chers camarades -10til- ne croyez point que pendant ce laps ou nous fendîmes deux nuits et pratiquement le même nombre d'éjours j'aye gardé un respectueux silence pour rien. Queneau!

- Onnya même pas songé -dit MSB caritative.

- Nefusse qu'un intervalle! -ajouta Analytik- très beau discours, maintenant cherchons un pissenlit.

- Je commence à peine, il manque le milieux et la fin.

- Nom d'un brie-suintant!

- Ainsi 10ais G, que mon silence ne fut qu'illusion, en réaltoc je causais. ME causais. Et me répondais aussi. Le tout dans plusieurs langues différentes et afférentes de manière à avoir plusieurs points de vue, histoire de capter la profondeur tridimensionnelle de notre aventure, voire plus.

- On pige.

- Bien, nous arrivons à la fin.

- Il était temps. Qu'on fasse la sieste!

- Ô érectile, le prout puissant t'a donné des oreilles et tu n'écoutes point! Je 10 que nous arrivons à la fin! LA fin!... La fin du monde sitémieux.

- Quoi! -sursauta Mandolina- Exe-plique!

- Regardez autour de vous, andouilles molles, que voyez vous a verte de pue? Des herbacées géants, croyez vous? Et ben non, elles ne sont pas plus géantes que toi et moi! Ce n'est pas le monde qui grandit autour de nous, c'est nous qui rapetissons à mesure que nous avançons et ceci est encore une solution de facilité de la nature. Comme elle fait géants les naturels du coin dans le but de pas qu'ils s'envolent, elle nous rétrécit dans le but inverse...

- C'est à dire?

- De qu'on s'envole pas. -sustenta Analytik.

- J'en sais rien, mais quoi qu’il en soit -prosuiva notre auguste- rappelâtes ce que le maistre ès m'pédagoguie disoit: "Si l'on enseignait que ce que l'on sait, ça se saurait". Bref, j'en conclue adonques, que la fin du monde est proche, car la force gravitique et centripète de notre disque planétaire s'accentue commun le sait vers les bords, or elle est à ce point-ci si accentuée qu'elle touche aux limites de l'indécence, plus elle ne le peut. Le dernier jour du bord du monde devrait, selon toute vrai semblance être le prochain.

- Pour que la force soit aussi grave la circonférence doit être immense! -s'exclama Analytik effaré.

- Oui, et un de ces jours je me propose d'aller planter des bâtons en Egypte pour te me la calculer.

- Cela me conchie! -infléchit MSB- Accessoirement avez vous remarqué que dans ces deux derniers jours nous ne croisâmes plus d'humain d'aucune sorte. C'est paroxique... A propos de paroxique, comment sçavoir à science exacte que nous rapetissons et que non le monde grandit? Il pourrait très bien s'agir d'une illusion d'optique, d'un trompe-l’œil sarcastique.

- D'un coup du Éffbiaïlle? -proposa Analytik hors-champ.

- C'est ma conclusion logique -dit Abs- mais il est impossible de le prouver car...

- Car c'est quantique!!! -cria Analytik.

 

Abs autant que Mandolina en furent écarquillés! Analytik qui te sort un truc intelligent et de plus juste et à propos! C'est du jamais ouï.

De l'inouï, éthymologiquement causant sitémieux.

 

- Il a raison -dit l'Abscons- nous nous trouvons dans une impossibilité physique du moins dans notrespace-temps, nous sommes des observateurs qui du fait d'observer ici et maintenant modifions notre propre perspective, perspective que nous ne pouvons pas observer car l'observateur ne peut en aucun cas s'observer en train d'observer... Sans risquer d’ observer rien d’autre qu’une grosse subjectivité, bien entendu.

- Attends que je relise...

Mmmh...

Mmmh...

Mmmh...

- J'intuitionne mais comprends pas le mot-à-mot...

- Sitémieux ce qui jusque là nous semblait vrai est faux, et ce qui est vrai nous ne l'imaginions même pas, il s'avère que ce qui paraît faux devient vrai dès que l'on se pousse suffisamment loin pour le voir depuis un bon recul.

- Altrement 10 -dit MSB- il est frai le vaux!

- Si maintenant le vrai se met ôssi en quinconce, où va ton!!! -Analytik dixit.

 

Le soleil quoique fixe en un point du ciel, sembloit tout-à-coup se métamorphoser en soleil couchant, et nos amis, maigres silhouettes de héros solitaires, essayant de deviner par-delà les ôtes herbes et pissenlits, le triste sort (ou pas) qui les attendait au jour d'après, avaient un air de prédestination.

Ils fixaient intensif: la Dernière Nuit du Monde...

 

Ne ratez pas la fuite! Grattez et gagnez 30% de plus que ce que vous auriez perdu si vous n’aviez pas joué!

le prince quonsort

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/03/2008 à 20:45 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 17 / février 2001

 

le Prince Quonsort le Ier & l’Agrégature

 

où le Monde Prend des Proportions Inhabes, de la Perverse et Paradygmique Petitesse de la ‘Mpédagogie en Pays Abruzze, Alors que nos Aèdes s’Demandent Pourquoi que l’on Explore et Quésse qui te Pousse

(Accessoirement: Chapter IV)

 

Délaissant la paisible orée du thé nos héros s’attaquèrent à la nuit suivante, reprenant décalage oréere. Bien tentendu, plus on s’éloignait d’Abscon-Ville (Le Centre du Monde) plus la nuit était longue, périmetralement parlant, alors qu’en profondeur c’était diametral…

La théorie d'Absoulis, toute en trois points qu'elle fut, s'avéra doncques aussi périssable que parole sainte, comme d'ailleurs on vous a déjà prévenus.

Mais cela est chose si compliqué que vous ne pourrez jamais comprendre, et nous perdrions notre temps à vous te les expliquer.

Bande de nuls.

Même si ici le temps ne s'écoule que si nous voulons bien avancer; et qui étant quiets, il reste comme nos pensées: géostationnaire.

7 fois on fit cas de Mandolina et de ses petons endoloris, d'autant plus qu'à la place des panini elle avait eu de la pâtisserie anglaise et cela la colopathait spongiforme. Analytik se tenait pénard pour le moment et somnolait tranquillement dans une des poches de l'Abscons

 

Comment qu'on vous avait rien dit!

le prince quonsort

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/03/2008 à 20:44 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Ô lecteurs de mes deux, si vous étiez moins intellos! Rappelâtes que le commdivisio but sans y regarder avant, la composition chimique et à même le goulot, de la petite bouteille d'Annapode étiquettée "Dronk".

Naturellement et suite à ça, il avait rétréci et maintenant il dronkait à foins permés, en attendant que les vapeurs se dissipent.

Bref, et ne me fais plus dévier car j'abhorrons, 7 fois Mandolina eut le dessus, et ils prirent le train pour traverser la nuit.

Des trains qui traversent la nuit me direz tu, ne sont pas rares, certes, mais çui-là si. Il était si rare qu'il était cher, si cher qu'il coûtait la faux des pèzes, prix que nos amis refusèrent de payer pour tout simplement un simple aller-simple.

Dans la "Rivière sans Retour" sitémieux, un seul silver dollar avait amplement suffi.

Après tout.

Une fois que le guichetier eut compris, ce qui prit un certain temps quoique il n'avait pas cours ici, car on sait à quel point peutêtre tamponné un guichetier de gare, ils payèrent en pâtisserie anglaise dont le bustier de MSB en regorgeait, et encore ils ne déclarèrent point Analytik ce qui leur épargna un compostable.

 

Le train était bourré de monde. Tous des tavailleurs transfrontaliers, autochtones de la nuit qui travaillaient au jour suivant.

En allant dans ce sens sitémieux.

Le jour d'avant une fois qu'on le dépasse.

Après quoi ils rentraient par le même chemin chez eux dans la nuit, sauf les veilleurs de nuit qui restaient de ce côté-ci à veiller la nuit.

 

Encore heureux que ton nevronne soit en marche!

 

Une fois compartimentés, Mandolina fut violement prise de romantisme sirupeux, tu la connais...

La gare,

la nuit,

les tubards,

les adieux,

les retrouvailles,

les kiosques à journaux,

que C G…

ça lui a pris d'un seul coup et posant blandement sa blondure sur la vitre constellée d'humidité vaporique condensée, elle se lança dans une bien mouilleuse tirade, le rimmel en berne et la paupière palpitante.

 

Tirade dont l’Abscons n’entendit que la fin:

 

- Abs! Tu ne m'écoutes pas!

- Mais si, chuis toutouï!

- Quésse que G 10?

- Obladi, oblada, et puis qu'on a beaufort, la nuit reste l'endroit le plus propice à la création.

- Je m'aurais cru plus diserte.

- Ah! Sscon croit et ssqui è...

- 7 y pas vrai Abs?!

- Quoi donc?

- Que la nuit est propice?

- Crois pas. Je m'étais laissé dire que les nambar one en matière de propiciature, et C le cas de le dire voire appuyer, c'étaient les doublevécés ...

- Quel rapport?

- Y’a rapport quasiment mysthique, mais toujours dans le secret du confessionnal.

- Quel rapport avec la propicité, andouille!

- Eh bien, 7 y comme les ordres, on n’y entre aux doublevécés que quand on n’en peut plus de propicité, naturellement, dans le bouillonnement interne qui s’en suit l’imagination se trouve rudement éffervécée...

 

Le train s'ébranla, les passagers firent de même par sympathie inertiale, mais contrairement aux absouliennes prévisions la traversée de la nuit fut terriblement courte, kilométriquement parlant.

Arrivés au jour, qui pour nos deux était le jour d'après et pour les travailleurs le jour de tous les jours, Mandolina décela quelque plexité chez Abs.

 

- Benoui, ça colle pas, ya de quoi se plexer en deux!

- Peuton scavoir quésse qui ne colle pas, et avec quoi?

- La profondeur d'éjours et d'énuites, pis la force centripète non-plus, les gens devraient se trouver ici encor plus scotchés que before, alors qu'il évoluent gracilement, voire avec décontraction.

- Gracilement, c'est têt bouchonner un peu, non? Tiens un Motel!

 

Malgré les protestations de l'Abscons il firent une halte réparatrice dans le "Heart-Break Motel" car MSB avait besoin urgent de se ressourcer à l'horizontale.

Sur la clignotante, il néonait un cordial "allways vacancy".

Normal c'estoit le "Heart-Break".

Ils prirent la plus spacieuse des vacancys.

La radio retransfusait un "Sud Ellivan Show" en noir et blanc ou Pelvis Esley trémoussait sa trentaine finissante au sons de "Sois pas Vache". (Don't be Cruel, composée justement au Heart-Break-Motel en teudeux ou trois / N. de le T.).

En fond sonore MSB accordait le débit de la douche.

Cela ne fut pas sans donner des idées à l'Abscons.

Comme un fatto espresso, Mandolina s'encadra dans l'encadrure de la salle de bain, séchant négligeament sa nuque. Sa peau fumait encore. Elle estoit savamment dévêtue d'un vaporeux baby-doll.

La lumière la prenait par derrière comme adressant un message hertzien à Absoulis, ou plutôt à ses férocesmones qui précisément étaient du coup, propices.

Férocesmones qui immédiatement gueulèrent des impératifs de toute sorte aux différents nevrones, qui à leur tour diligentèrent des messagers par tous les cannaux névro-moteurs du corps, à qui de droit.

Ce qui empêcha l'Abscons de prononcer mot, le lobe temporal du langage étant momentanément hachésse.

 

Quand ils se réveillèrent, passque je t'en passe, on est pas là pour la gidouille, Analytik, qui dans la tempête avait atterri dans le 95C de Mandolina, sous le lit, avait repris sa taille normale et s’était trainé dans un coin de la chambre juste pour bouder un coup.

La cinémathèque sirupait un "Tu peut me prendre ma copine, mais don't touch à mes suyde-belou-shoes"...

 

Abs tenta bien de prévoir à quelle distance se trouverait la prochaine nuit,

mais comme on le verra et le reverra,

il se trompera

et toutes les distances s'avéreront érronéas,

répondant à des lois

aussi capriciosas

que maléficas.

Ceci dans tous les cas.

Avec perte et dégâts.

 

Laissant à regret le "Heart-Break-Motel", ils avancèrent ainsi, et à pied, droit devant eux, comme un seul homme.

L'énuits et l'éjours se succédaient, mais à un rythme qui frisait l’incalculable.

Par revanche une chose estoit juste dans les calculs: la force centripète augmentait, or pour que les natifs du jour ne se voyent pas éjéctés comme des simples fétus, l'évolution, sage comme dab, avait pris une imprévisible tangente absolument opposée à l'aplatisme de la Plaine-Saint-Prépis: le gigantisme.

Tout étant plus grand, tout était plus lourd.

Tout étant plus lourd, tout était moins éjectable.

Tout cela était tangentique, limite du crédible si l'on veut, mais lun dans lôtre, normal.

Le poids atomique de tout en chacun dépassait de trois verges la table de même nomenclature, et en ceci, cela était exceptionnel.

Mais que dire de nos trois? Ils restaient petits et légers comme par before as usual, et pourtant ils ne ressentaient le moindre signe de lévitation ni de légèreté, encore moins d'éjecture.

le prince quonsort

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/03/2008 à 20:43 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- 7 y aussi simple qu'évident -déclara Absoulis- c'est précisément grâce à notre petiture que nous restons accolés, car oncques vîtes vous de par chez nous, là où la lourdeur atmosphérique est tempérée, une mouche ou une fourmi s'arracher du sol et aller se perdre dans le ciel? Moi non-plus. Et cela perqué? Because ils sont des trop légers sujets pour que la gravité s'en occupe!

- J’ai toujours été légère en tout latitude -s'exlama Mandolina- et pourtant la nature s'en occupe...

- Permets de te décevoir, mais tas ren d'une mouche!

- Mais alors -fit Analytik, enfin défroissé- pourquoi que la nature comme tu 10 atelle pris la voie inespérée et absurde du gigantisme? Il lui aurait suffit de te me les insectiser les autoctônes, ça lui aurait fait un rapport qualité prix plus rentable...

- En parlant de rapports -fit MSB, mais ne termina pas sa phrase...

- Car la nature, mon grand -dit Abs en faisant halte et face à l'imper du commdivisio sur lequel il appuyait ses ponctuations d'un index dru mais amical- Elle prend toujours le chemin non pas le plus court, non point le plus efficace, mie le plus rapide, ni le plus économe, mais celui qui demande le moins d'efforts!!! T'as qu'a voir la dégoulinance en cascade paliétique qui prennent tes pensées, si j'osais le qualificatif, en tombant de ton corps calleux jusques à ta parlante. On les voit même transiter derrière ton humeur vitreux avant que tu l'ouvres!

- Crotindechavignol chô! -fit Mandolina- ça c'est bien torché!

- J'eusse préferé la "cristaline ruisselance" au lieu de "dégoulinance", on y aperçoit même une pointe d'animosité dans ton adjectif verbial... -Dit Analytik d'une seule traite.

 

Cela étant dit, plus ils avançaient, que plus les choses prenaient des dimensions inédites.

Les mammifères

comme les pappifères

Les tableaux de maître

comme les tableaux de l'Eve

Les autoroutes

comme les manuelroutes

Les xeurs

comme les mi-xeurs

Les pyramides

comme les meilleuramides

 

Bouche bée, ils observaient le silence, le plus grand qu'ils avaient jamais entendu, quand tout-à-coup Mandolina s'écria:

 

- C'est trognon! Une maison de poupées!!!

 

Ah, qu'elle se gourait! Cette miniature-building dans ce monde de géants, qui même à l'échelle de Jacob éstoit jusqu'au nombril, était belle et bien une grande maison, non pas dans son volume, mais dans son esprit, la plus grande maison qui soit:

 

- Nom d'un Biscornet! C'est l'Agrégature!!! -cria Abs en se penchant pour l'ire le minuscule écriteau sur le linternau, comme d'autres auraient crié eureka à condition de te me le bien placer...

 

Sur le coté gauche de la bâtisse surgissait une sorte de colonne et/ou cheminée oblique, qui s'avéra être un télescope enfoncé dans le mur. Il ne pouvait servir à l'astrophysique puisque il estoit mis à l'envers, ou alors yahvé des spécialistes du petit-bout-de-la-lorgnette là dedans.

Bref, cela donnait à l'Agrégature l'air d'un édifice en éréction.

Ceci n’expliquait pas le pourquoi d’une miniature dans un monde de lourds géants.

C’était tout simplicimus un lieu contre nature, comme y’a des mœurs et coutumes contre nature dans tous les mondes.

 

- Dommage qu'un triste couillon se te m'aie tout bu de la bouteille à rapetisser -fit Abs l'œil bridé vers le commdivisio- j'aurais bien jeté un coup-d'yeux in-quarto si je n'étais pas si grand...

- Il n’est pas si couillon le triste! -fit Analytik se sentant visé- Figurâtes qu'il ne te m'a pas tout bu! Le couillon!

- Brave garçon! -intégra Mandolina- Donne que l'on rapetisse un coup!

 

Attention au denivelé!

 

Une fois nos trois minusculés, ils firent entrée curiositive en l'Agrégature, en tant qu'électrons libres bien tentendu.

À même le hall un agrégat ès-art-dramathyque, parcheminé en collerette, ramenait sa fraise à des élèves écarquillants:

 

- "Quand un auteur dramathyque veut plaire au public il faut de toute nécessité qu'il lui montre des diables, il faut que ces diables soient hideux, crient, hurlent, poussent des clameurs joyeuses, sachent insulter et jurer et finissent par emporter leur proie en enfer, au milieu de rugissements sauvages, il faut que le vacarme soit horrible... Voilà ce qui attire le plus le public, voila ce qui lui plait d'avantage!"*

 

Les estudiants sembloyent tuméfiés d'admiration alors que les derniers échos de sa truante rebondissaient encore sur le marbre patiné par le piétinement des graves et pesantes pensées.

 

- Quelle verbe! -s'éxclama un bésicleux boutonnant.

- Ah? -s'enquerra Mandolina- Il l'a imposante?

- Il a dit verBe -esclaira l'Abscons- Scusatéla, elle est une blonde légère de nature gauloise, nous ne sommes pas d'ici.

- Qui êtes vous gênomme -fit Analytik toisant le sus-dit- et subsidiairement que faites vous ici?

- J'enseigne la 'Mpédagogique dont je suis agrégat.

- C'est quoi la ‘mpédagoguique?

- La ‘MpédagoGIque. C'est l'art d'inculquer, par conserve s'il le faut.

- Et comment le fait on, ce?

- Nous l'ignorons.

- A ce moment là, la descendance et le bon goût ne vous empêchent tils point d'enseigner l’inculcation? La face ne vous tombe telle pas des mains tel une pomme de Newton sur la panse de Copernique?

- Que nenni, si l'on n'inculquait que ce que l'on sait ça se saurait!!!

- C'est pas con.

- Vous l'fait pas dire!

- Au faîte, vous altres, d'où venez et quo-vadis?

- C'est une longue histoire -Commença Abs menaçant d'inculquer dru.

- Alors restons en là.

- Un 'mpédagogue qui n'aime pas se faire inculquer?

- Sachez cher ami que ce que nous savons nous suffit péremptoirement, toute chose nouvelle ne ferait que brouiller notre grande inculcation, nous disséquons, étiquetons chaque bribe du monde-alentour, le baptisons d'un nom barbare, et le sortons de son contexte. Imaginez le travail qui me tomberait sur la vessie si j'écoutais de vous la moindre information non formatée! Croyez mon éxe, notre façon de faire est la plus efficace que l'on connaisse pour appréhender la...

- Réalité.

- Ecco. Mais je dois vous quitter charmé de vous avoir inculqué quelques notions éparses et néanmoins fondatrices.

 

Dès qu’il tourna ses talons, MSB commenta:

 

- Il est si maigre le pauvre.

- Mais non! -répondit Analytik qu'avait l'œil- Il fait semblant.

le prince quonsort

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/03/2008 à 20:42 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Ici on Marque 1 Break

 

Par une de ces grandes chances, ou sitémieux par le plus titanesque de hasards, le Prince Quonsort le Ier, souverain de ce jour-là, avait DciD de passer en revue l’auguste bâtisse à ce moment même.

Diton qu'à sa naissance (du prince pas de l'Agrégature) une méchante sorcière, négligée par son roi de paternel, lui avait jeté un cruel et coquin sort: Que jamais, au grand jamais, il ne puisse imaginer quoi que ce soit sans l'avoir préalablement vu, touché et soupesé.

Pour te faire un synopsis: Il devint ainsi, de sa lignée, le premier à avoir tous les attributs intellectuels de son rang de seigneur: pas un gramme d'abstraction.

La méchante estoit maligne et le prince, obligé de toucher, voir et soupeser à vie, sortait un max de son palais, d'où son nom: S.A.S. Quonsort le Ier.

Imaginez, vous, qui n'eûtes pas d'accident natal de la sorte, la flopée de choses que l'on ne peut appréhender si l'on est obligé de les soupeser avant!

Allez toucher un gérondif pour voir!

Voir un désir pour le plaisir!

Soupeser un air de java par ânerie!

Mais Abs, sage et sciavant us usual, détrompa ses alcolytes et les sortit sans hésiter de la fatale ornière d'aberrance où ils étaient venus s'embourber avec force ignorance.

Si.

On vous la ronéotype histoire que tu meures pas idillot:

 

- Remarquâtes, sales abruzzes -ditil- que l'humain kind a reçu à sa naissance le même sort que le10 prince, ou quasiment. Je dirais même plus, perqué a ton inventé les sciences et lezarts si ce n'est que pour toucher du doigt, voire des yeux et soupeser à l'aune du ratio ce que dame nature nous occulte par d'infinis et innombrables stratagèmes? Hein?

 

Il avait raison et pas une parcelle de tort.

Faut dire, à la décharge du prince, que sa grandeur l'empêchait physiquement de fréquenter l'Agrégature, natif du jour depuis maintes générations, il était non seulement géant comme ceux du crû, mais aussi le plus lourdement atomique de tous.

Rares adoncques étaient ses visites, d’autant plus qu’il n'y avait que bien peu de choses à soupeser dedans.

On comprimes là, l'utilité du télescope oblique et inversé, c'est avec son aide que le prince pouvait, en genouflexant préalablement, plaquer un œil dans l'opercule et observer l'interno de la bâtisse.

 

Mais le coquin de sort, qui est coquin et qui est sort, s'en mêla encore une fois, et la visite de nos trois, devait archevêcher là ...

En effet, les derniers effets de la boisson rapetisseuse rapetissaient à vue d'œil en même temps que nos trois grandissaient inversement proportionnellement, abruptement, et à grande vitesse, malheureusement sous les yeux et en présence du prince.

 

La panique se répandit chez le sujets de sa royale et chez sa royale Ière elle même, alors qu'elle soupesait pas goute, d'un seul élan et tous dans le même sens, ils prirent leurs jambes à leur cou, alors qu'il n’y a pas position plus inconfortable pour décaniller, s'écrasant les orteils, les jambes, les mains, les oreilles et les amygdales les uns les autres de manière aussi féroce que désordonnée.

Quand nos trois compagnons à force de croissance impromptue défoncèrent le plafond de la grande halle plafonnée par deux magnifiques Chagaux, et que les miettes rebondirent plâtreusement et avec fracas sur le marbre séculaire, plus personne ne se trouvait déjà plus à l'intérieur de la sçavante maison.

Yahvé que le prince Quonsort le Ier, toujours genouflexé, mais ébaubi, qui les observait méthodiquement.

Même regrandis ils restaient plus petits que lui.

 

- Comment avez vous provoqué cela? -fit il sans trop comprendre le sens de sa propre question.

 

Analytik, dans un éclair de pragmatisme, se dit que vu l'étendue des dégâts, et que somme toute ils restaient petits par rapport à la masse environnante, il convenait de profiter lâchement si possible du niveau d'ÉBtude du Prince et proclama:

 

- C'est votre grandure qui nous à rendu notre taille et du même coup foutu en l'air cette bâtisse d'imposture sinon de contre nature, jamais nous ne vous remercierons assez Sireusement!

 

Le sire flatté lâchant de son bec son fromage réponda:

 

- Et comment È G fait tel miracle? Avez vous mesuré son poids, sa masse, son impédance ?

- Vous le fîtes par résonance magnétique, Sire-huppé. -rattrapa Abs.

 

Le prince Quonsort le Ier, satisfait de ce qu’il venait d’accomplir, se disposa à rentrer avé sa cour, tant la ôte comme la basse.

 

- Si on rentrait chez nous Abs? -Demanda Mandolina s'asseyant sur le dôme mi-détruit de l’ex Agrégature- J'ai la saudade du châtiô.

- Moi itou -repliqua Analytik- on a dépassé le 19e depuis lurette et j'vois pas où que ça nous mène...

- Le propre des scavants, mes amis, est d'aller de l'avant, un maste vonde s'offre à nous, nouveau, inconnu, brinqueballant, radioactif, mais ceci n'est que broutille à côté de notre ultime goal.

- Et quésse lequel?

- Voir que où, que comment, et que pourquoi que ça se termine, si j’ose.

 

Ses deux compagnons se regardèrent d'un air qui en disait long, mais dont nous n'en dirons rien.

 

- Tiens il pleut -constata Analytik- raison de plus de sonner la retraite!

- Ce n'est qu'une bruine légère -Corrigea Abs.

- Gauloise elle ôssi? -questiona MSB.

- Une bruine sans filtre...

- En parlant de rapports -fit MSB, songive, mais ne termina sa phrase...

- En avant mes braves! Sillonons ce monde d'abruzzes à hauteur de bitume si nécessaire!!! –Tonitrua Abs.

 

Heureusement pour le commdivisio comme pour MSB, un brou ha ha grandissant vint couvrir le reste de l'absoulien discours, qui s’annonçait pandémoniaque.

 

En faîte, la continuation, voire la fuite, estoit bien plus urgente que les apparences ne le laissaient entrevoir.

La voix avait couru chez les géants du jour, que le prince Qunsort Ier s'était attaqué à l'Agrégature avec une arme nouvelle: la résonance magnétique, ce qui surprit plus d'un abruzze, mais la vox populi a ça de propre que quoi qu'elle charrie elle le charrie avec un tel débit, que même les idées les plus profondes se voyent déracinées, arrachées, et dévalées sans méningement aucun.

Sans une ni deux le peuple des denses de ce jour s’était promptement culotté, et sans perdre une minute une dense manif s'était formée, elle convergeait à pas de géant, voire trépidants, vers la place de l’Agrégature aux cris de:

 

LAVORATORI

UNITI

QUONSORTO RAKOURCITI!

 

Par revanche le sort qui est comme on l'a dit, très badin et très sort, que disG, non pas le tout petit sort occasionnel, mais le vent puissant de l’histoire, sembloit diriger le prince Quonsort le Ier, tout droit vers un tout petit accident mortel…

 

* Authentique "anonyme" du moyen-âge: "De comment écrire une tragédie".

Merciements à: Woody Allen, Albert Einstein, H. P. Lovecraft,, Jean Rostand et Georges Clemenceau, qui acceptèrent de passer en guest-star.

fors abscons

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 22/02/2008 à 18:29 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 16 / janvier 2001

 

Fors Abscon, Absoulis le Reste

 

de la Quelconquité de la Plaine-Saint-Prépis, d’une Fille à l’Orée du Thé qui Fait des Militaires Chansons en Octobre Exclusivement

Accessoirement: Chapter III

 

Je zuis un gnomme, ze ne zuiz paz un numérooo!!! -Gueula Abs à l'encontre des fédérocs qui encerclaient allways les quipes.

(Genre zoom en spirale sur sa bouche et son sombre désespoir).

Heureusement pour tous il n'avait point perdu le don des langues éstrangiques.

 

- Zappez illico -dit l'une des guêpes ajustant son oreillette- et déclinez vos intenzionz!

- Nous sommes sappés, bande d'ottomans! -s'insurgea MSB regrettant d'avoir balancé son penciô blanc, elle te me les aurait bien rafraîchis un peu.

- 7 y pas ssquy veut dire Sugar-Baby -chuchota Abs en langue vulgaire- ça mind genre passons à nos oignons, pour ajouter en fédéroc et en porte-voix- Nouz montionz verz la Zutte Montartre!

- Zallo, zallo! Il prétendent monter à la Zutte!

- Bzzzzzz...

- Rozer! Okè zef!

- Bzzzzzz...

- Etez vouz dez genz de paix?

- Et de rots -Marmona Analytik, très mal à propos.

- Pazzeportez?

- Vui -repondirent tils en tendant leurs pinces-monseigneur à l'agent.

- Za me zemble en règle.

- Zal'ezt -responsa Abs.

- Salé? -Interrogea MSB qui commençait à éxéder.

- Zoit belle y zierra la boca -Maugréa Analytik.

 

Les pisodes des agents fédérocs s'étira encore longtime, mais comme il n'intéresse personne nous le chiquons là. Sachez pour vot' gouverne qu’y avait U confusion.

Le Effbiaille cherchait trois aliens qui correspondaient poil par poil à nos trois compères et mère, mais après vérification lazertyiop de leur configuration DNA, ils comprirent leur errata et repartirent équitablement, comme izétaient venus.

Le maire de Mesnilmontant en fut zoqué, diplomatiquement parlant, mais cela n'alla jamais plus loin.

 

- Sacré gars -Ajouta Analytik qui avoit gardé un faible pour l'autorité cantonale- ce maire de Montélimar!

- Mes-nil-mon-tant, Maurice!!!

 

En arrivant au bouleversé Barbèze il jettèrent un oeil zému vers l'avenida de Mai et au fond la Casa Rosada, la même où quelques mois après Evita déclamerait de son balcon: "I cry for you Argentiiinaaa!

Qu'à cela ne tienne, ils montèrent la rue Lespique, Théo n'était plus là, et malgré des frappes circonstancielles à la lourde ils n'obtinrent que couique. Par revanche ça tournessolait drû, corbeaux à l'appui.

 

- L'éjour croasse -infléchit Analytik.

- Sans distinction de sexe ni de race -ajouta MSB.

- Que voulez tu que ça me fasse? -Conclua l'Abscons qui restait malgré son départ d'Abscon-Ville, tenacement Abscons.

Au loin, dérrière, plus bas, vers la plaine de l'Euphrate, le summit du Chrysler Building scintillait de mille feuxes.

 

- Gardez comme c'est beau!!! -fit soudain MSB pointant son ongle indexale et incarnat vers le susdit plus ô.

- Maperlipopette!!! -firent Abs autant qu'Analytik (bouche B).

 

Devant eux, juste behind la Cotomme Automûne de Montartre, la place du Traître, plongée dans une abrupte obscurité, scintillait de mille feuxes.

 

- Tu l'as déjà dit -remarqua MSB abaissant son bras.

- Oui mais à propos d'aut' chose.

- N'empêche -refit telle.

- C'est vrai, ça s'usite pas -renchérit Analytik.

 

Or, aussi estrange que ça puisse paraistre, en mirant bien et aiguisant les yeux, on apercevait derrière le mall du Nacré-Leurre, une bien inédite lueur.

 

- De par ma veritis candelis! -fit Absoulis fors de ses gonds- l'éjour prochain est juste derrière la Zutte!

- Cela voudrait til dire que la nuit sera courte? -Demanda Analytik.

- Cela veut dire que les cercles concomitants nuit-éjour ne sont pas équivalents -Expliqua MSB.

- Wright! -affirma Abs, toud’mayme surpris par l’accuité de MSB.

- Outre ce phénomène -ajouta telle- je tafigue un tantinet, si on traversait la nuit en métro?

- Cuterreuse! -déborda Analytik- toulmonde sait que l'métro pharisien ne roule pas la nuit.

 

Un bourdonnement de guèpes du Effbiaille passa en trombe au-dessus de leurs têtes et se perdit droit dans la nuit tartroise.

Comprenant par résonance sympathique l'étendue du phénomène de rétrécissement des cercles éjour énuit, l'Abscons se mit en quête d'un calepin où faire des scavants calculs. Dans une telle situation c'est ce qu'il convient de faire quand on a comme lui à peu près de l'à-propos.

Seulement la dame papetière qu'il aborda tenait à le lui vendre, lui ne tenait pas à mettre un orteil fusse le petit dans la spirale absorbante de l'offré la demande.

Yahvé antinomie sitémieux.

Si.

fors abscons

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 22/02/2008 à 18:28 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Il entama donc une énorme perorata dans la cual il développa dans l'ordre stricte des règles de la rhétorique, l'absurdité des échanges monnayés et de l'instabilité intrinsèque du système en général, sans compter les apartés sur la vie, la mort et les phénomènes paranormaux, sans oublier son numéro de matricule et la vacuité du système boursier, le tout flanqué de ses deux alcolytes profondément recueillis.

Ceci U pour effet premier de se voir offrir non pas un mais trois calepins et une dizaine de stylos Bonpland.

La négociante tomba en pâmoison, changea sa boutique en CDR (Comité de Deyfense de la Réyvolution) et jura de jeûner jusqu'à ce qu'il neige en enfer-rocherô.

Ce fut l'effet second.

 

- Vous seriez surprière papetrise -affirma Abs, les larmes auzyeux- des choses bien plus estranges qu’on a vu de par le maste vonde et sur notre chemin de croâ!

- Comme le diable en touriste devant nostre-dame -fit MSB insidieuse...

 

- Signaletéje -fit MSB- que nous estâmes à deux soupirs du nostre châtiô de cour...

- 7 explorative du monde est bien un trop gros sccop pour que nous rentrions dans nos frais comme si de rien! Nous prossuivons l'explorat!!!

- Bravo, bravo, bravo -fit la négociante toujours à genouxe, en applaudissant intégristement- Bravissimo!!!

 

Refranchissant le seuil Abs se mit à calepiner dru. Des sçavants algorithmes analogiques en arabesque fusaient de son fusain à la vitesse granV.

- Concluat ergo sum! Fit il.

- Ça ne veut rien dire -expliqua MSB- c'est eurêka que l'on dit dans ce cas là.

- Mais je n'ai pas encore trouvé!

- Dans ce cas on la ferme...

- Le fètay -ajouta til- que les circles concentriques d'éjours é dénuits ne s'étirent pas égaux...

- Ils s'altèrent -fit Analytik sournois.

 

Du coup ils entreprirent d'avancer d'un pas altier dans la nuit du tertre de la Zutte, en laissant arrière leur home-sweet-home contre le maigre prix de l'aventure, dans le but de voir de-visu des zyeux l'étendue du jour suivant, situé sur la Plaine-Saint-Prépis, tout en chantant une vieille chanson militaire, allez scavoir pourquoi.

 

En sappant devant le Nacré-Leurre, il firent néanmoins acte de contritie, debout, en tournant le dos au colosse blanc comme il se doit, ils eurent une pensée émue et révoltée pour les pavés rouges de Montartre.

Poinct ne fault jamais oublier que ce beurkement a été construit pour laver la Zutte du sang impur de gens communards qui eurent l'extrême mauvais goût de crever dans le ruisseau pour leurs idées et quiplusè de manière onnepeut plus populaire.

Ils démêlèrent donc les trois prières conventionnelles en l'honneur des premiers rouges:

La prière de ne pas tenir compte de la main courante en escalator,

La prière de causer abondamment au chauffeur de bus,

et pour terminer en pothéose, celle d'introduire le bidule dans la fente dans le but de la décoincer.

 

- N'empêche -fit MSB songive- que l'édifice suggère fort une belle brandade de curée...

 

À sa décharge, disons qu'elle avoit tendance à perdre le nord des que des effluves de maquerô fendaient l'air.

Bref, et pour te la faire courte, ils arrivèrent ainsi au jour suivant sur la Plaine-Saint-Prépis...

Ô sorprise! Ce jour là semblait éffectoc bien plus étendu que le précédant. Abs calepina encore tandis que Analytik et MSB cherchaient un pannini casher.

Attention à l'escalon!

 

La Plaine-Saint-Prépis

(2nd cercle d'éjour concomitant depuis Abscon-Ville, le centre du monde connu)

 

La Plaine-Saint-Prépis estoit plaine, mais plaine à un point qu'il est ardu d'imaginer, plaine, plaine, plate, sans un seul fôpli, sans saillie quelconque ni proute de reconnaissable à verte de pue.

Analytik et MSB revinrent bredouilles sans pannini et avec la même triste constative, plus les bobines à plat.

Suddenly, une voix fluette que l'on avait pris pour un piou-piou parasite, profita de l'abattement silencieux de nos voyageurs pour se faire entendre, cette fois à haute et intelligible.

 

- Cornegidouille! Allez vous cesser d'écraser ainsi mes flûtes, cela me fait mal aux guiboles!

 

Ce n'estoit point une illusion, une vraie personne très élégamment vêtue mais sans prétentions, se tenait sous nos trois qui éffectoc posaient juste sur ses jambes.

Il estoit aussi plain qu'une follia di BD.

Ce ne fut pas le plus détonant:

Aussi loin que portaient les zyeux toute la plaine était recouverte des choses les plus diverses mais toutes à-plat ïes!!!

La plaine estoit pleine de:

 

Immeubles à-plat cossus,

et décossus,

hangars d'avion,

portes et fenêtres,

terre-pleins et sous-pentes,

stades olympiques,

trains à toute vitesse,

raffineries de trépôle,

usines à boutons,

fabriques de monopoly,

mansardes et masures,

et houatures post-modenres.

 

Sans compter les gens à-plat, dontil yen avoit de toute sorte:

 

Lettrés,

sagouins,

badauds,

voyageurs entrain, métro, bus, houature, trotinette et même en traquiteur.

cuterreux,

urbains,

scavants,

idillots,

qui votaient à gloître,

qui votaient à dauche,

même à l'extrême centre,

des canadiens,

vendeurs de saucisses,

hommes de peu de foi et de tout plein,

gens de paix,

gens d'armes.

Et ainsi de suite.

fors abscons

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 22/02/2008 à 18:25 :: Absoulis l Abscons Main Textes

En Somme, ainsi que là, en Plaine-Saint-Prépis, force estoit de constater qu’y avait tout ssquy fô pour faire un monde, mais à plat.

L'Abscons n'en revenait pas, et ses calepins non-plus.

 

- Quand vous aurez fini d'admirer, peut-être pourriez vous avoir l'obligeance de ne plus m'écraser les extrémités inférieures? -Reprit l'homme au sol.

- Il a une platitude de langage... -Exclama-se MSB.

- D'après mes calculs -doctora Abs- leur pensée devrait aussi raser le sol. En fayte ce n'est poinct de la platitude mais de la plainitude, nuance ardue têtre mais nuance can même...

- Mes guiboooles!!! -reprit le plat ostensiblement.

 

Ils se poussèrent vers ce qui semblait représenter la chaussée.

 

- Ah!!! ça fait du bien quand ça ne fait plus mal!

 

La question se posa immédiatement. Pourquoi ce guindé personnage ne les avait pas évité en les voyant arriver, hein?

Eh ben, selon les calepins scavants d'Absoulis c'estoit l'évidence mesme: Des êtres à deux dimensions ne pouvaient pas voir ni même imaginer des êtres à trois dimensions.

 

- Mais il pouvait nous entendre, ainsi que sentir notre poids -fit MSB mettant encore le doigt dessus as usual.

- La voix passe, c'est bien connu, seuls les sanscrits restent...

- Bizarre, bizarre -songea Analytik.

- Pour être bizarre ce jour il est bizarre, cousin. -Tacotaqua MSB.

- Négatif, ssque j'voulais dire c'est que samedi quelque chose...

- Eurêka! -S'écria Abs.

- Là c'est bien placé au moins?

- Mais bon sang! C'est Pierre l'Angulaire qui nous a parlé de ce monde l'aut dimanche, quand il est venu dans not' démeure!

- Je croyais qu'il déconnait! -fit Analytik.

- Ben oui il déconnait, la preuve! -retorqua MSB.

- Il déconne toujours, mais très sérieusement, déconner à ce strate c'est fondataire. -conclua Abs.

- Je dirai même plus, c'est angulaire -reconclua Analytik.

 

Deux calepins furent remplis en ce jour car les observations furent molto nombreuses, les bizarreries con brio, les soeurprises divertives vivacces et les curiosités andantes.

 

Sachez onlyment qu'Abs étudia contentieusement leur façon de faire certaines choses ainsi que d'autres.

Sitémieux:

Des êtres en deux dimensions ne peuvent pas voir ceux de trois, mais peuvent en ressentir leur poids (surtout sur les jambes) ils ne peuvent envisager comme choix que d'aller à gauche, à droite, devant ou dérrière, ils ne peuvent pas se retourner (à chaque fois qu'ils reculent ils le font donc à reculons) pour passer les portes il leur faut coulisser, pour rentrer dedans ils "trombonent", bref, tout un éventail d'inconvénients s'offre à eux.

Par revanche, les trois-dim eux, ils peuvent voir et dialoguer avec les deux-dim, mais les deux-dim peuvent seulement dialoguer (si tantè qu'ils ayent quelque chose à dire, ce qui n'est pas le cas) mais ne peuvent absuliment pas voir les trois-dim. Tout comme les trois-dim (sitémieux nous autres) ne pouvons pas voir les êtres à quatre-dim et plus-dim, seulement les escuchar et encore, que des fois, rares et très espacées. En contre eux ils nous voyent et nous entendent et se demandent si on existe pour de vrai.

 

- Suivant la loi du rasoir d'Ôkham -dit l'Abscons en démembrant son premier calepin- "toute chose étant égale, la supposition la plus débile est toujours de la bonne", adonques nous supputons, putons, putons, que la terre étant plate, ayant pour centre absolu et incompréhensible Abscon-Ville, possédant d'éjours et d'énuits disposés en cirquels concomitants vers l'éxtérieur, et vue qu'elle tourne comme un 45 de Sheila dans un mange-disque patraque, ça donne:

Firstebeul) Plus on s'éloigne du centre plus les cercles sont diamétriques, et più ça tourne vite; en vitesse relative of-course.

Secondebeul) Plus on y va, plus les cercles éjour énuit sont conséquants.

Detroit) Plus ça va vite, plus ils sont conséquents, because plus ya force de gravité, d'où que les gens d'ici soyent scotchés au sol comme des crêpes.

- En fayte nous sommes à un jour très gravité, comme qui dirait le jour le plus long ou Pharis-brûle-til. -récita MSB- Mais une bobadille me taraude, si plus qu'on s'éloigne du centre, plus ça tourne vite, ils ne devraient pas peser plus mais in-contrario se voir largués dans l'interstellaire comme les puces d'un dog qui s'ébroue.

 

Abs resta songif, il est vrai que la centrifuge devrait fuger. Mais il s'entêta.

 

- Tu n'as pas raison c'ey tun fayte, mais tas têt pas tort...

- Parcontre -la brisa Analytik- j'avais pas remarqué qu'ils y soyent crêpus...

 

Une fois transgressée la morne plaine, calepin à la main, ils arrivèrent à l'orée d'une nouvelle nuit cirquilique, juste à l'orée du thé, comme un faythéxpress.

Même si les horeloges étaient partout vissés à la même orée, différente pour chaque endroit mais permanente si l'on n’y avançait pas, et que l'ore n'avait aucune espèce d'actualité pour nos trois pourfendeurs de cercles, il fallait conserver tout-de-même un certain décorum, voire du flegme.

Ce que malgrat moultes situations quasi-extrêmes ils faisaient très bien.

Si.

Gaffe, ya une marche!

 

À l'orée donc, les choses prenaient peu à peu du volume et des bâtiments hybrides mi-deux, mi-trois-dimensions, se dressaient de-ci de-là. Jusqu'à un no-mans-land où comme son nom l'indique il n'y avait que des filles.

Elles avaient toutes l'air d'avoir la quinzaine toute chose étant égale, mais de près elles étaient d'une bonne tête plus grandes qu'un adulte tel que nous les connaissons dans nos contrées tempérées.

L'une d'elles, assise à même un tulipeux jardin, attira toute leur attention car elle leur sembla d'une pluri-disciplinarité détonante, elle estoit absorbée corséâme dans un volume de physique quantique, branche 'patha, ce qui ne l’empêchait pas de chanter une vieille chanson militaire en même temps.

 

Ils apprendraient par la suite, non sans étonnement, qu'elle composait ses chansons toute seule.

Mais seulement en octobre.

Or à cet endroit on était toujours en octobre et quiplusè toujours à l'ore du thé, elle buvait donc et composait sans arrêt, condamnée par ses coordonnées géostationnaires.

Ils se félicitèrent mutuellement et grandement d'être tombés à la bonne adresse et prirent le thé avec Annapode, car elle s’affublait de ce nom, qui leur enseigna le principe des cordes temporelles à partir de l'instant moins 0,3 du big-bang.

 

- Tout ce qui manque c'est le sourire d'un chat -fit MSB réflexive.

- Veutu insinuer quya plachiat? -s'inquièta Abs, qui aimait certes les références sporadiques mais abhorrait le plachiat.

- Ben, quand même t'aurais pu trouver mioc... Quoique!

 

Ils estoyent tous les quatre assis sur un bon gazon autour d'une belle nappe où des délicieuses pâtisseries, aussi londoniennes que pastel, se multipliaient exponentiellement.

Analytik déboucha une petite bouteille bleue étiquetée très sobrement "dronk" et la porta à ses lèvres.

 

- Fay pâ ça!!! s'écrièrent Abs, MSB et Annapode à la vitesse du son.

 

Un lapin blanc traversa le jardin à ce moment précis en consultant sa montre sans arrêt, mais le fi til si prestement que personne ne le vit...

quittance

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 15/02/2008 à 22:26 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 15 / décembre 2000

 

Quittance d’Abscon-Ville / Errement

 

de Squi Arrive aux Ingrazziatti Exploratori dès quy z’y Explorent,

Jour Enuit & Nuit Ejour

Accessoirement: Chapter II

 

- ‘Sieux dame! -fit la preposée au Syndycat d'Inquyétude d'Abscon-Ville- En quoi que je puysse, sauf vot'respait?

- Eh bien -fit Absoulis- Nous venons d'arriver en ville et nous nous inquiétons déjà.

- Mon pauv' monsieur, 7 y pas finy! Ici tout le monde s'inquieytons et cela 'puis bein plus longteymps que vous, nature, vous, sauf vot'respait, vous venions d'arriveyr, j'en connays qui s'inquieytons since 19cent 3, 7 y meyme la rayson de ceytte officyne, yena qui s'inquieytons pour 2.365 raysons différeyntes, toutes dûment reypeyrtoriés par ordre de grandeyur sur une échaylle qui va de 0,5 à 9 sauf vot'respait et consultables à l'ayuntamiento...

- Heum! Scusez l'impoliture, 7 y pas que vous soyez bavarde mais vous avez un gros débit, nos subjets d'inquiétance sont chichement deux: 1) Où que nous estames et 2) quelle heure étil?

- Subsidièrement -Intervint Mandolina-Sugar-Baby tout en détachant distraitement des poils de son penciô blanc- et en temps normal, nous avons d'autres sujests d'inquiétance:

Où est la matière absente de l'univers,

comment résoudre la quadrature du cercle,

quel est le nombre inexistant,

d'où venons nous qui sommes nous et où allons nous,

qu'advient til de nos âmes before naissance,

pourquoi César se dit sculpteur,

comment les anglais en sont t-ils arrivés là,

où sont passés las cadavres de Rosswell,

où est caché le dernier jain de nardin de Boudu,

David explorera til ou pas les alentours d'Éjour,

Zalmansky mettra til la Trance en spirale alphabéthico-temporelle,

à quelle distance du début se termine le ruban de Moebiüs,

porquoi 2+2 font 4 et non pas 345,

qui...

- Pourrions nous allay moins vyte que je notasse... Ceyci dit, j'en retaynons 6 des vostres comme "nouvelles Inquiéytances secondayres", ceyla nous fait 2.371 subjects d'inquiéytude à c'éjour sauf vot'respait, dommage que c'eystoit plus un multiple de 5...

- Z'allez la fermer un peu oui!!! -Explosa analityk qui avait fini de regarder tous les prospectus et s'emmerdrait ferme.

- Allez vous repondions à mes inquyètudes ou meyrdre? -Fit Abs poliment, car il parlait toutes les langues.

- Tinquieyte j'y veynions... Sauf vot'respait.

- ...

- ...

- ...

- ...

(à la ligne...)

- Eh ben?

- J'infleychissions.

 

Abs tambourina accoudé au zingue, bientôt ses deux alcoolytes l'imitèrent ce qui donna imédiatly un air de "un soir à l'opéra" au Syndycat d'Inquyétude d'Abscon-Ville.

Dès que la dame eut suffisament infléchissions, L leur applannit deux inquiétudes en quatre temps:

1) Ils y estoyent

2) Dans le ceyntre géomeytrique du monde

3) Et il y estoit

4) 5 heures du mât comme dab.

- Perque disions vous comme dab? Mais par pythie répondez comme chez vot' analyste, sans infléchir siouplè.

- Appreynnez, sauf vot'respait, qu'il n'a jamays eytey altreyment ici à Abscon-Ville.

- Il a toujour esté 5 heures du mât vous dites...

- Ouays. 5 heures et deux encâblures pour eytre preycise, sauf...

- Et perqué dites donc les geans von tils au travail et se permettent de vacquer comme s'il était vraiment 5 heures du mât?

- Passquey il est vrayment 5 heures du mât bougre d'abrouzze!!! Sauf vot'respait.

- Ah...

- A question idyllotte... -maugréa MSB.

- Reyponse Absconse -conclua Analytik.

 

Esse suffisament clayre ou il faut développer?

D'accord:

7 X Y, yahvé pas U de courjus, ni temporel ni distantiel.

Yahvé U quéquchose pourtant, mais intuitionnèrent tils la chose était si polymère et byzantine qu'il n'était pas utile de chercher.

C'était desutile.

 

Quoiqu'il, nos compères et mère qui abhorraient revenir sur leurs pas, considérant ceci comme une négation de l'avancement, prirent ce qui leur apparut, selon le map filouté au Syndycat, comme la voie à prendre pour sortir d'Abscon-Ville en pointant grosso-modo vers Pharis ou le cours du soleil est normal, commun le sçait.

Mais comble once again, même quand onné pas dans les combles, plus yzavançaient plus la ville ne se terminait pas.

Ils scrutèrent des nombreux maps, pour ne pas dire tous exaustif sitémieux, et, horreur! force estoit de constâter qu'ils se trouvaient dans le blanc du map, là où les abscons-villois avaient inscrit "terra incognita".

Yzétaient sortis depuis lurette d'Abscon-Ville.

Pourtant et en revanche yahvé toujours ville en discontinnu. Sans pouvoir expliquer la chose sinon par l'absence de toute curiosité chez les abscons, ils trouvèrent que le mieux estoit de faire une halte sustentatoire dans une petite gargouille à l'air accueuillant.

Heureusement le serveur, qui ne parlait ni le gaulois ni le gitan, maîtrisait farpaitement le Seita.

Une X rassasiés par une demi once de frites et trois gallons de T-bone chacun, goulayés par 5 miles de birras compatissantes sélectionnés avec soin par le menu, ils s'enquérirent de la direction à tomar pour llegar à Pharis.

 

- Que Faris? -s'enquerra le carrieur de mets.

- Pharis diez y nueve y medio-Affirma Abs.

- Muy bien, cojen esta misma calle durante tres bloques, alli caen en Wachinton Eshcouaire, cojen, salvo su respayto, la 5a derecho, derecho, derecho, derecho...

- Evitando La Fourche quoi!

 

En arrière fond, MSB un peu grisée se mit à chanter: Con la quinta, quinta quinta! Con la quinta que me muerooo!!!...

 

- Esso es! -affirma l'hombre en montant d'un ton- Despues del Opera entonces como jodiendo desvian à la derecha...

- Jamas!!! -S'insurgea MSB.

- Bueno, si me interrumpen todo el tiempo, salvo el respayto, se van al caraijo!

- Yo te puedo haycer hablar -Cria Analytik- salvo tu caraijo! -et pour plus d'enphase il ajouta: Pendeijo!!!

- Shalom with him -intercéda MSB, qui confondait le Seita avec l'hébreu, en trempant son penciô dans un petit fond de birra- Il fit partie de la police Trançaise dans le temps.

- Ah! Por esso...

- Non pas lui -ajouta Abs croyant être sur la même longueur- C son cerveau qui est poreux.

- Ostias!!!

- Entonces calabrés descalibrado -refit Abs- después del Opera tomamos a la derecha y?

- Y alli estan pues! Me devez touény-héïght fiftyn please!

 

En passant devant le Macy's l'horeloge marquait 6h 12, heure d'automne, en putatif ils avaient franchi un fuseau et quitté le fuseau grippé d’Abscons-Ville.

quittance

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 15/02/2008 à 22:24 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Naturement, dès qu'Analityk vit l'Enterprise State Building profiler son horizont il traîna toute l'équipe au sommet. Cary Grant et son appointement loupé à cause d'un malencontreux yellow-cab le travaillait, il n'avoit toujours pas compris l'intrigue du film et croyait dur comme une nuit blanche à Seattle.

Le transvasement d'un lift d'un l'autre énérva prodigieusement l'Abscons, la vue de là-haut l'indifféra, et la boutique l'horripila, il se fit faire néanmoins une estampille du Building sur un coïn de 1 cent qu'un type broya dans une machine à pédales à la Jules Verne, médaille qu'il déïfia ipso-facto et garda pour la vie comme gri-gri, mais le comble futatteint lorsque l'ex commdivisio décida d'aller jouer les King-Kong sur l'antenne du summit contre l'avis du preposé qui ne parlait que le brooklyn.

Bref quand yzy arrivèrent à l'Opéra il fasoit déjà jour. Il était 9 heures à l'horeloge de la place du métro, mais on ne peut pas sy fier aux horeloges de rues pharisiennes, c'est sû.

 

- C'est là qu'il fô bifur à droite -soupira MSB- mettez vos seat-belts!

- J'ai une théorie -fit Abs sans aucun rapport.

- Mrglbh! -érupta Analityk comme dab.

- Ça m'aurait étonnée -Conclua MSB, devant le palais Garnier à droite du café d'la paix -mets ton disque.

- Okay, I put it on -entama Abs dans deux paires d'esgourdes à mi absynthes.

- Pas de gros mots s'il te plaît, le moment est indû -prosa MSB- le jour se lève enfin.

- Et qué des brumes etc, etc -grogna Analityk- j'connais la suite!

- Justement -déclara l'Abscons- 7 à propos de 7 estrange disposition des jours et des nuits ici bas.

- ça m'sied -Déclara MSB- vas-y.

- Bon, siétoi et écoute.

 

El il développa, putativement parlant.

 

... A son humblavis, c'estoit la dame d'Abscon-Ville qu'avions pas tort, Abscon-Ville è bellaybien le ceyntre géomancien du monde, l'aube de l'humanitey en quelque sorte sauf vot'respait.

À partir de 7 ville les jours et les nottes se succédent en cercles concentriques jusqu'au bout du monde, s'il est possible qu'il y en è un bout du, bref, ce n'est pas les days qui se succédent mais nous qui en avançant les traversons...

- Ça m'sied itou -dit Analityk dont les névrones pour une fois ne hachéssaient pas.

- D'acc -objecta MSB toujours à mettre le doigt sur la Faille (Manuel de)- mais imaginons un seul instamatic que ce soit l'astral astre qui en se levant et se couchant produise les jours et les nuits?

- Jy è pensé, dans ce cas comment que t'expliques que partout où nous avancions l'ora é fixe, et que des quartiers entiers sont toujours en nuit alors que d'autres sont en éternel éjour? Hein?

- Une simple vu d'l'esprit? La secte des scientistes? Une science paralèle? Un coup des Oulipos?

- 7 y beacoup plus simplis que ça -opina Analityk sortant de son indomptable coma- 7 y pas des cercles ciquiliques ni des bonds de l'astre du jour qui font les jours et les nuits, c'est notre bonne vieille terre qui tourne, bande de bonobos à poil ras!

- C'est l'idée la plus débile con è jamais esgourdé!!! -firent Abs et MSB à l'unissono, en fixant l'ex commdivisio comme s'il cherchaient au sonar l'abyssal fond de son indiscible stupiditude.

 

La discution aurait pu générer, donc ils décidèrent, pour couper court sitémieux, d'empiriser.

Ya rien comme l'empirise dans des cas cî,

Téléphonnez mi.

Ya rien comme l'empirise dans ce cas la,

Téléphonnez moi,

Fini le putatif.

Ils revinrent donc sur leur pas en sur-remontant en même temps que la 5e avenida, leur dégoût pour la négation du pas inversé, se maudissant à chaque pas de revenir sur leurs pas.

 

Forcéfû de constâter qu'éffectoc Abs was wright.

Plus ils reculaient plus il éstoit tôt,

plus il estoit tôt plus il estoit sombre,

plus il estoit sombre plus il estoit nuit.

 

Inversement plus il estoit clair,

plus il faisoit jour,

plus au nord,

à ôteur de l'Opéra Garnier

à droite du café d'la paix.

 

La théorie des centres cirquiliques nuit/éjour, jour/énuit, estoit prouvé par H+B, ou cqfd paradygmiquement.

Ceci prouvé Abs trouva que comme éffort Nerval (Gérard de) ça suffisait pour aujourd'hoy et proposa de chercher auberge vers la Trinité-Estienne d'Orves.

Mais la recherche de logis-relais avorta car à ce moment mayme yahavé le salon de l'houature qui se tennait, si l'on peut dire, au sud de la ville, au Madisson Escouaire Gardén, sale temps pour les touristes et les putatives, on ne trouve plus une chambre de libéra dans toute la ville, partie jour ou partie nuit.

Il avancèrent donc un poco più dans le cercle d'éjour tout en montant vers Mesnilmontant.

Pour se donner du courage ils chantaient à tue-tête la vieille chanson militaire qui parle du sang mauvais des freluquets ennemis de la patrie.

Ainsi yzauraient pu se perdre aux loin sur fond de coleil souchant et un hair d'armonika si le badin de sort n'avait encore fourré son haleine fétide là où y fallait pas.

 

Soudain comme une volée de guèpes délogées en sursaut des minuscules mais néanmoins brombissants objets volants fondirent sur le trio.

Il grandissaient à une vitesse affolante,

les bestioles volantes.

Quand nos trois amis, figés chacun dans sa gangue de stupeur individuelle, purent distinguer ce que c'estoit, il estoit trotar et trop indescriptible...

7aient comme qui dirait des êtres qui n'avaient pas d'ailes et se sustentant en l'aréa par un autre moyen, en rapport avec une technologie avancée, suputa-ton. Leur bouche était grande ouverte, un peu comme le tuyau du bas-do de l'orgue de Chartres et se continnuait en tube blandeux flotant en traîne commune gaine.

Toutàcoup ils stationnèrent en cercle alentour de nos zouaves et gueulèrent à l'uniforme:

 

- Azent fédéroc! Pazun zeste!

 

Ils appuyaient leurs dires sans équivoque aucun par l'exposition dans une main d’une plaque plastiché et dans l'autre un pistolet à ô hi-tech, de la troisième ils balayaient l'air de puissantes torches hallogène. Yzétaient comme qui dirait mi vermiculaires, mi bipèdes.

On sait, ça peut arriver à tout le monde, mais avoue que pour des agents fédérés c'estoit inopiné.

Encore plus à Mesnilmontant.

Mais 7ait pas tout. Ce fut MSB fidèle à sa reputation mais blanche comme une boule de billard blanche qui remarqua l'incongruité.

 

- Pourquoi brandissent tils des lampes en plein éjour? -pregunta telle.

- C'est des fédérocs -expliqua en guise, Analityk qui dans le temps prenna part à la perre des golices.

- Ah! -fit Absoulis, pour une fois pris à court de commentaires.

- Zilenze!!! Handz-up!!! Zambezécartées!!!

 

Pourquoi 7 ruée de guèpes fédérales s'abatelle sur nos amis?

Quésse de l'issue de la chose?

L'avenir donnera ou pas t-il raison à notre Absoulis soudain muet, plus putatif que never before?

 

Pour le sçavouèr, retrouvez nous dans le prochain Abs-nambar, à la même Abs-heure, sur la même Abs-chaîne!

 

- On fait un tour dans ton Abs-mobile? -Fit Mandolina-Sugar-Baby sirupeuse, en jettant pour la première fois, pardessus le moulin de la galette, son penciô blanc parfumé à la birra de Soho.

- Que nenni Sugar-Baby, Alfred nous frappera du champommy dans l'Abs-cave...

- Ma parole vous estats frappés de décalage horaire, énérvures gonflantes! -gueula désperado Analityk- Un bataillon du Effbi-aye nous tombe dessus comme des téchets doxiques sur le fond du channel et vous trouvez ren d'mieux qu'à Batyrobiner... Camion de merdre!!!

- Pardonne-le Abs, mon hibouxe-genouxe-caillouxe, il avoir pas compris que le chapter est clos...

- C'est même rare qu'y pigeasse quéquchose, mon bonbon au coca...

5 heures

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 09/02/2008 à 1:29 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 14 / novembre 2000

 

5 Heures, Abscons Desveille

 

où l’on Desbouche Subreptissement dans la Twilight Zone

et son Intransèque Extrangerité

 

Depuis le jour où le doute Massaï s'éclaira et dévoila à son insu le plan du supposé trésor on a un break dans le "Absoulis diary in caméra" qui dure jusqu'à lépisode où il se trouve qu'y zen sortent tous les troué de souterre.

Que comment, que perqué et que que 7 il passé entre faîte? Jamais nous ne le saurons.

Touscona C  quelques pages aux bords moisis et largement marronés.

Voili la substentifique moëlle des dernières notations:

 

"Une fois le barda bardé nos troué compères et mère quitèrent les combles tout en descendant non onlyment vers le bas mais aussi vers leur futur simple, ce que si l'on y infléchit un tant soit peu est tout-à-fait banal et courrant comme conte.

 

- Pour l'intérest suprême des asperges de vigne et éventuellement de la 'Pathaphysique -dit Abs- allonzy!!!

- Discours bref et docteux cil en fût- fléchit Analytik.

- Du tout -ajouta MSB- cela est un aforisme.

- Baste de disgrétions et bravadages espagnolisants -conclua l'Abscons- puisque je suis chastelain présentement, mais poinct castillan, je peut bien me permettre un petit saffarisme.

 

Mandolina fronça et balança dans son for entre: étil, ou le faitil es-près?

 

- Allonzenfants -Finit L par déclamer- avant qu'il ne te me saffarise autchose! A propos d'espagnolette, athon closé toutes les fenestres before departure?

 

L garda  néant moins son penciô blanc à la main dans le cas où quilyaurait quéquchose à rafraîchir en chemin faisand..."

 

(7 ici où intervienent les arrachures marronasses).

Imaginez all the people, leaving in joy and peace, ou alors comme des géants points suspensifs dans le ciel plomb-dans-l'aile d'Absoulis l'Abscons, anyway, on te me les retrouve tous les troué en sortance de souterre.

Ontils trouvé le trésor de l'or du Raïtche?

Quel espeluznante message contennaient les pages arrachées?

Quoiqu'il, le fait è que leur progression sous les fortifs de Pharis fut longue laborieuse et pleine de bûches, et de métros par rames entières.

Nous ayant penché maintes fois sur le sujet, poviamo dire oggi sans l'ombre d'une preuve au puits, par pure fantasmagorie 'pathaphysique et passque nous nain savons ren, que cela leur pris un certain laps.

Aforiquement parlant.

 

Antonin Machado

Comte d’ôtheur

 

ou encora, que Comme si de Ren né té, on Entame une Longue Nouvelle ou un Roman Court, en Faisant Fi de la Précédente Trame, tout en Conservant Mine de Suivre Droifil, d’où Grantar, Quoi

 

Puisque ils passèrent sous une plaque dégoût y tentèrent de la souslever, car depuis lurette 7 une plaque dégouts à soulever qu'y cherchions pour sortir de souterre.

Qu'yz avoient une sale gueule y le savons, à coup sûr une testa de désgoûtier, par revanche combien de laps passèrent'y dans le ventre de la claque pontinentale, ça yzignoraient, comme le nombre de distances quyz avaient pas recourru.

Entou K ce laps sembloit pouvoir estre proche de l'immensité sidérale, voire galactique si l'Abscons du ô de sa sagesse consétudianire ne rassurat tout le monde sur le faîte que grossomodo à nessuno momento y n'avoyent quitté la blanète earth.

7 sans préhention aucune qu'ils déboîtèrent la plaque désgoûts.

Mà quelle ne fut leur sorprise en borgnant àlentour!

Telle futelle que nos troué restèrent coiques, bouche B, la testa à fleur de bitûme et la lourde plaque en capel un bon moment.

 

- Cornegidouille! -fit lun.

- Sa perlée popette! -fit ladeux.

- Mgrbl! -fit qui-tu-savez.

 

Et yahvé de quoi. Y niestoyent plus à Pharis!!!

 

- On a cheminé bien plus que je ne le pensoit -Fit Abs.

- Un doute Massaï, présumaije? -Narcoisa Analytik.

- Non, un aforisme. -Corrigea Mandolina-Sugar-Baby.

5 heures

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 09/02/2008 à 1:26 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Yzy estoyent, à C kil sembloit à prima vista, dans un tout petit village, avec tout C qu'un petit village comporte de petit et de village, altrement dit des maisons, des rues, quelques fews tricolorés, una iglesia, ayuntamiento, houatures citadines autant que paysanes, et une puréedpois à couper au Laguiolle, bref un petit village tellement idoine à C qu'on espère que s'en estoit attendrissant.

Chascun laissa donc couler une larme sur le bitûme.

Ceci fait ils se mirent en marche enqueteuse, non sans reboucher la bouche, la leur et celle du dégoût.

 

- Quel heure étil? -Inquiéta MSB voyant l'entre chien et loup les entourer.

- Locale où de la ville de départ? -Demanda l'Abscons.

- 5 heures moins 2 du mât -Déclara Analytik.

- T'as chopé la scyencinfuse ou quoi? -Fit MSB un peu soeurprise.

- Non, c'est y indiqué sul'carrillon.

- Et tu sais peutestre où que nous sommes et/où estames, tante kafère? -Goguena Abs.

- Oui môssieur, dans la bonne petite vieille ville d'Abscon, c'est marqué là qui te nargue, 'garde: Mairie d'Abscon.

- De par ma veritis candela -sursauta l'Abscons- il y manque un S!!!

- Quel salmigondis de sales saugrenus sodomites! -Unissonna MSB.

 

Troué Techniciens de Surface pleins de ballets qui passaient parlà s'interloquèrent, mais ne pipèrent mot car y zétaient prolixes.

 

- Il è têt tombée de la dernière pluie? Le esse. -Excusa Analytik.

 

Reextase et relarmette de chascun car la chose estoit fulminante, qui before aurait pensé qu'Absoulis avait une ville à son patronyme incomplet?

Les derniers lambeaux de brouillard pré-matinal fouataient le camp.

 

- 7 un peu idillot comme nomination pour un village. -Fit MSB.

- Carrément févrile veutu dire -Compléta Analytik.

- Moi -Afora Abs- je trouve ça très chic et élégant en un mot sayant et original pour ne pas dire génial...

- Toubien pesé ça fait trois mots -Corrigea Analytik.

- Sans compter que comme aforisme c'est un peu long -Ajouta MSB.

- Volete dire que ça m'sied.

- Tout bien pesé...

- Fermatela! ça l'sied, ça l'sied campeador!

- Le jour se lève -constata MSB rompant le villageois silence.

- La grandillusion. -Fit Abs sur le même monocorde.

- Qué des brumes? -Interrogeasse Analytik.

 

Or une énième soeurprise les attendait tapie dans le clair-obscur.

Z'allez voir pourquoi.

La brune se dissipait certes, el carrillon sonnait 5 heures du mât, certes, la ville d'Abscon désveillait, à preuve les geans qui entamaient à vaquer de-ci de-là.

Certes.

Mais le jour refusait de se lever comme si la voûte céléste souffrait de constipation.

L'astre scolaire brillait par son baleinière absence, et dans le cas sépris absconse absence...

 

- Enfin, merci géniaux et farfadets de la télé, merci Rod Serling!!! -s'écria MSB en tombant à genioux au milieux de nulle part.

- Quésse qui lui prend? -demanda Abs à Analytik qui tout comme lui n'entravait goute.

- A mon humble c'est sueur froide ou vertigo...

- Têt les oiseaux ou les 39 marches...

- Bande de soifards! -implosa telle- Ne vous rendez-vous pas compte? L'iridiscente lux n'éclaire pas vos circuits fermés? NOUS SOMMES DANS LA TWILIGHT ZONE!!!

 

Et L repartit de plus belle en imprégations àgenouillées en direction de Los Angeles, adressées à Rod Serling.

 

Si bien estoit til vrai que l'éclairage ambiant restait pré-aubesque autant que sub-luminique, les deux compagnons trouvèrent l'attitude de MSB révisioniste.

 

- Je trouve cantamoi -dit l'Abscons- que nous ressortimes, certes pas par hasard, mais néant moins tout simplément dans le zentrum d'Abscon, qui doit être une ville sans pèse assez pour se payer le jour...

 

MSB jetta un oeil réprobatif à Analytik en attendant sa réac qu'L éspérait positive.

 

- Je sais -ditil- c'est encore un aforisme.

- Jacques-au-bain!!! -L estoit furax et au bord d'avoir envie de rafraîchir quelque chose de son penciô blanc.

- Combien de sévices 7 bonne vieille ville octroya au monde sous l'avataresque forme de génies du passé? -Reprit Abs ayant visiblement déjanté- Combien de fois la Trance natelle pas été sauvée par la vaillance et le tremendité des zenfants d'Abscon? Ne seraiton pas encore à la palida et esvanescente loupiote de l'âgemoyen sans Abscon? Que...

- D'aaaccooord!!! -screema Analytik- Toi tu m'arrestes ton char-à-bia et Mandolina oublie ça twilight zone, okay? Décidement l'air de cette bourgade ne vous réussit pas tous les deux! Zavez pété la nevrône ou quoi?

 

Quel nouveau capris de la natur estoit-ce?

L use often de dépistages face-aux-cieux in extra-muros, Abs le scavait, mais là yahvé de quoi s'inquieter. Une cité sans jour ne s’était never vue. Ou alors si rarement que l’on avait oublié de le mentionner.

C ce qu'ils firent, ils s'inquietèrent par unanimité et du mesme pas se dirigèrent ipso-facto vers les Syndycat d'Inquiètude sis à même l'ayuntamiento, histoire de se rencarder sur la constipation solaire dans la zone.

 

Ren, absolument ren, ni dans le texte ni dans l'esprit ne les prédisposait à incliner vers la cosmogonique aventure qui débutait C di-day-là.

Yzy supputaient qu'estoyent non loin de Pharis, mais où, ils n'en savaient mie. Yahvé U courjus temporel once again, ou Étaix til distantiel?

Voilà des reponses qui resteront à tout jamais sans question.

 

Quantô supposé zétror extirpé du sousol ératépesque et pharisien nous n'en trouvames trace, mis à part le gros coffre kétaujourd'hoy dans ce qui fut son Comble dont nobady a vu le contennu lingotique car trois cloches calendoïques le gardent contre pets et marées.

behind

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/02/2008 à 23:19 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 12 / octobre 2000

 

Behind la Peinturu

 

Où l’Abscons est amparé en New Comble,

en Mesme Temps que Drapé d’un Foute, Dédalique cil-en-fut

 

Le doute est arme salvateuse, que lo spirito re-doute pourtant.

Des fois.

 

Un doute se présente (il peutôssi planer voire même faire de l'ombre selon certains gros panseurs) sous diférentes formes:

 

1) De parasite. Un jour où l'altre il tocque à votre porte, vous ouvrez poliment, et ôssi peu urbain que possible il vous assaille, vous annonce que désormais il s'installe chez vous forever et à vos frais. Dans ce cas on dit du doute qu'il "s'installe". Ca peut mener loin, yana qui ont fini par pondre moultes volumes sur ce.

2) De rat, de termithe ou d'acarien. Dans ce cas on dit que le doute "ronge vos soubassements".

3) D'un bout de bois, vert en volée ou sec (gourdin). Dans ce cas on qualifie le doute d'"assommant".

4) Dune demeure, champ, cellule QHS ou grotte. Dans ce cas on dit que l'on "est dans le doute à pérpète et qu’on y erre dedans".

5) De sexe (en général mascio) Dans ce cas on dit "le doute mhabite" mais cette asseption (usité uniquement par J. Marais à propos de Coqueteau) est commequidirait inconvénante et peu usitée ou encore cantonnée au port d'Amsterdam où ya des marins qui pissent sur la panse des femmes.

6) De graines à usage agraire. Dans ce cas nous sommes en présence de deux assertions distérentes: on dit que l'on "sème le doute" mais auusi que l'on le "cultive"*

 

Dans le cas séprent et qui nous touche de plein foué C l'assertion nambar trè (3), sous forme de massue, quoique comme vous l'allez voire de par la suite, non pas stricto-senso mais par le résultat obtennu C qui équivaux à kif-kif.

Attention à la marche et faîtes gaffe à la poutre.

 

Une X dans leur new demeure nos trois compères et mère avoyent D cidé, d'un accord aussi tassdethé que démoscratique (cf. nambar ondici) de chascun s'accomoder, trancher, voire repeindre son new chessoi, par la force de choses Abs estoit adoncques au comble du fond des combles du châtiau, et parlà mesme au Comble de la joie, au sens figuré cela satan, car au vrai Comble de la Joie, 7 MSB qui s'y accomodait ronronante.

Pour la prima volta il avoit loisir de tout inspectionner en détail, meubles, immeubles et objets d'hiver amassés là par le plus grand des Husards, celui qui se prénomme Averell.

Il faisoit tapisserie quand à la conturnure d'un persan il mis en nudité un tabliô. Bien ouvragé, volutes équilibrés, couleuvres pas tel mais en faux semblant, bref il aima la chose et la chose en fut visiblément émue car elle s'adressa à l'Abscons en ces thermes:

 

- Atlast un qui n'est pas esthète.

 

Au début il fut drappé d'un foute, mais il s’en remit prestement comme dab.

 

- Ah queneau, surtout pas thète, à qui aiG?

- Je suis la porte -Répondit le tabliô hérménique, C qui par ses résonances mysthiques fronça chez Abs un surcil ou deux.

- Suis, du verbe suivre ou sestre?

- Quésse ça change?

- Ren, 7 allways ôssi con.

- Chuis pour quedalle C le peinturu qui m'a ainsi titré.

- N'en dites pas plu. Moi j'aime pas non-plus 7 usage des peinturus de tout intituler.

- Cela tient àssquyzi croyent bons en mots ôssi...

- Cela se peut...

- Quoiquil -prosuiva le picture- la seule chose de value que G est derrière me, car en véritas je suis porte.

- Comme tous les chez doeuvre en Somme ou dans l'Aveyron, vous allez encore me causer du message invisiocq, de l'intention du peinturu, de magie et de science, bref de tout C qui m'indifère.

- Que nenni. Ya réaltoc un truc caché dans le wall behind me!

 

Sans ni une ni deux Abs décrocha le tabliô C qui U pour éffet de dépeindre une nuée grisâtre et de ravigoter les couleuvres.

Quelle ne fût sa sorprise de voir ce qu'il vit!

Dans une ôte niche pratiquée à mesme la pierraille un énorme gourdin, qui posé en culibre et mû par un air de courrant subtil tournoya doucement et puis d'un seul coup se dénicha pour aller s'appliquer sur le lobe drontal froit de l'Abscons, ce qui, comme tu le visualises sans pagne, le courcicuita derechef et chûtatil comme budgette pleine de doublons sur le moëlleux persan et le pôvre tabliô.

 

Quand Mandolina-Sugar-Baby (qui éstoit ôssi drappée d'un terrible foute) fit son entrée un pinciô à la main, un fou-lard nouant sa platine et sa ceinture serrée à cran par un djïn noir moulant, L s'écria:

 

- Absou mon sale ami, S que le blanc vatil rrreally au Comble du Bonheurrr? Ne le zieutes tu pas un peu trrrop chérrrubinesque? -L ronronnait encore.

 

Vu que l’Abscons flotait dans les vappes, il eu tété tout à fait normal que nobady ne répondisse.

C’était sans compter sur le tabliô bavard qui fit:

 

- Vostre ami est momentanément hachésse. Mais je vous serai infintésilement reconnaissant si vous l'érigiez quelque peu, il est plutôt écrasant.

- Okèdacc mais où estes tu? -responsa telle.

- Devant ton appendice nasal ma douille, entre le perçant tapis et sous le poids inerte d'un Abscons et d'une massue fort massive.

- Okèdacc, je te l'érige.

 

Quantil revintà lui, MSB le gifflait comme pâtàssel avec son pinciô. Elle avoit déjà blanchi plus du quart de sa façade.

 

- I make you pardon, dieux des écriveurs, mais ouère am aï?

- Pourquoi fô til que tout le monde dise la même connerie en revenant à lui/eux? -S'écria MSB qui avait la quémoire mourte.

- Yni dirait têt pas idem silly Allais à lui... -Intercepta le tabliô.

 

Sans même rire, considérant l'humour d'un tabliô de basse époque, elle prit le gourdin et l'examina.

L'examina.

L'examina.

L'examina

Et l'examina...

(NB: Sommes payés à la ligne)

 

- Quésse que ceci Abs, et subsidière: où l'as tu déniché?

- Un doute Massaï.

- Me too -fit MSB en examinant 7 fois Absoulis.

- Il a pas Thor -rétroqua le tabliô- C'est bien un doute Massaï, et un gros.

- Okèdacc -fitelle en se frappant le front- Massaï, éss, éss, a, i.

- Pour aillir il a ailli -rélata Abs- il alli de sa niche tout droit sur mon occiput!

- Il a été drappé d'un foute sitémieux -conclut le tabliô en pouffant.

 

Mais trève de billevesées, laissons les gondoles à Venise et revenons à nous.

Ouère oui are?

behind

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/02/2008 à 23:17 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Une fois le tabliô solidement et définitivement bayonné, ils examinèrent 7 fois tous les deux de plus près le doute Massaï. Ils ne tardèrent poinct à descubrir une série d'entaillures tout le long et de tous côtés, immédiatly ils aboutirent à une conclusion (en chuchotant à peine car toute conclusion risque de faire disparaître le doute): C'estoit un message gravé genre vinyl, en sillons. De qui, d'où et de comment l'inchiffrer?

Voici comment qu'à partir d'un seul doute on s'en retrouve avec 3 sur les bras.

Commequoi y fô pas avoir peur de conclure car commun le C à chaque conclute des nouveaux et exponentiaux doutes surgissent d'encora plus belle.

C la bôté de la chôse. L'infinité de la scyence. L'intranséquité de la nature. Le paradoxe fondamental once again. Bref, t'as compris ignare lecteur.

Non?

Le commdivisio qui avoit hab d'enquester por doquier et à travers, serait bien précieux dans un tel intermède.

 

- Analytik a repris ses fonctions ou étil dans sa chambre?

- Vui.

- Vui quoi?

- Vui vui, quoi!

- Atil repris vui ou merdre?

- Mais non, je viens de te le dire.

- Non t'as dit vui, mais pas vui quoi!

- Si môssieur, G dit "vui quoi", tu devrais te relire plus souvent...

- Coupons, étil ou pas?

- Vui.

- Au bureau ou dans sa chambrette? -Il entrait en enervure.

- Vui.

- Vui quoi?!

- Tu me gonfles avec tes méthavui-quoi! -Félicie zôssi.

 

Dans divers états l'Abscons opta pour l'action directe.

 

- ANALYTIIIIIK!!! -s'époumona til.

- Pas la peine ilest au burö... C s'rait pas le coup sur le lobe qui fait de toi un douteux?

- C qui me dépasse -songea Abs forique- C que de nous deux C toi qui n'a rien reçu sur la tête!

 

Bref et pour te la faire courte (même si nous sommes payés à la ligne) ils restèrent longtemps devant le doute.

Pour une fois qu'on avait besoin d'un flic, il estoit tailleur.

 

Heureusement (pour nous altres rédacteur payés à la ligne) la sonnerie du bigo sonna. Tel un son elle traversa l'absoulien Comble à la vitesse du son, inférieure de beaucoup à celle de la lumière, on le sait, et allah se ficher dans le creux d'une oreille attentive.

Scelle d'Abs.

 

- Vous estes aux Combles, à quièG?

- Queneau.

- Que yes vous 10 je. Zestes bien aux Combles.

- Non, Queneau

- Yes, que yes repète-jé.

- Merdre c'est Queneau qui cause, cu-u-enn-ô.

- Ah! Lephonse, comment vas?

- Raymond. C la cinquitaine fois que tu me la sors, de plus elle est non seulement éculée mais débile.

- Vui Raymond, calmons nous, quel bon vin?

- C'est à propos d'Alphonse juxtament.

- Je n'avais pas totalement Thor alor.

- Non. C lui qui à un Thor à l'aine où avoisinant, bref y va mal, il est à l'hostal.

- Allais mal?

- Va mal èjedit.

- Qu'Allais aille cela va de soi, mal ou bien 7 une autre paire!

- T'as pas Thor. Mais celle-là aussi est éculée ...

- Ah? Mais quelle mouche te fait de m'appelloir? Il a pas la éssésse? Je ne suis guère guérisseur.

- Suis du verbe suivre ou sestre?

- Laissons Allais, celle-là je viens de la faire...

- Quoiqu'il il est au pyr... Pas aux extrêmes ouanctions mais toudmême!

- Il a toujours été tendance paspyr, Alphonse.

- Raymond.

- A propos d'Allais et venir, t'aurais pas des X une idée about que comment que l'on transcrit un doute en clair et intelligible?

- Etil gros le doute?

- Le plus gros que j'ai jamais vu, il est Massaï.

- Tu n'as jamais vu un, si t'en avais vu par consomption ça se saurait...

- Justement c'est pourquoi c'est le plus gros que j'aie vu.

- Vu commeça ya pas de doute.

 

Un silence louche s'installa sur les 4 km, 503 m, et 16 cm de fil cuivré et conducteur qui les séparait.

 

- Raymond t'est faustroll?

- Vui?

- Ben alors! Qu'en sais tu sur la lecture des sillons des doutes?

- Il est impossible de creuser plus avant. T’as essayé de les abreuver?

 

Vu l'incompétance de Raymond aucun doute ne plannait pû et Abs bifurca.

 

- Bon, comment faiton pour Allais?

- On prend la houature.

- Pour Alphonse, cornegidouille...

- Raymond. J'y Allais vu que tas pas d'idée plus succinte...

- Tu Allais comment?

- En houature tèjedit.

- Tas pas Thor.

- Non, mais j'ai une houature.

 

(J' tavais 10 quon Allais se rattraper)

Après des au-revoirs de circonstance, ils raccrochèrent tous deux, à 4 km, 503 m, et 16 cm de fil cuivré et conducteur de distance.

Dans ses entrefaîtes Analytik profita surnoisement pour entrer en scène, non sans bouche-béer devant l'insolite du pestacle qui s'offrait à ses zyocs esbaudis.

 

- Ah! Tu tombes bien toué, on a un gros problème qui quemande approfondie enqueste!

- Un Doute Massaï -fit il pointant d’un doigt cusateur le gourdin Massaï.

- Où tétèstu fourré?

- Jouis Allais voir Allais à l'hostal de l'avenue de ouagram.

- En houature? -fit MSB.

- Que nenni dans le ouagon-lit de Raymond.

- Lit de lire ou du verbe commonfait sonlit? -Questionna Abs ditsrait.

 

Analytik avait bô êt balenier comme C pas autorisé, même chez les commdivisios, des fois il avoit le nez creux.

Si.

Z'Allais voir chair lecteur.

behind

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 01/02/2008 à 23:15 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- Décrypter un doute Massaï -exclama til doctoreux- est en Somme, voire Maine-et-Loire, pas si ardu que ça…

- Tass déjà U à faire à un cas missilaire sans doute. –Fit Absoulis guogueneau.

- Non, que nenni, j’improvise. A propos pourquoi ce tabliau est til bayonné?

- Trop bavard, tellement chargé de messages qu’il gonfle sec son monde.

- Et si on le lui demandait à lui? –Et du mayme geste il libéra la peinturu de sa bayonne.

- Bande d'inésperés -fit le tabliô très fasché- vous m'eûtes demandé direct, que vous sauriez depuis lurette commet C ty quon décripte le Massaï!

 

Et il se délecta à expliquer en long et large que (version courte): quand le doute tomba sur Abs lorsqu’il le décrocha, lui, le tablieau, du mur, celui-ci (le doute) lança des bribes d’histoires en l’air- puis, une fois l’Abscons assommé, il se tut.

Il ne fô pas être adonques scavant pour piger qu’il ne délivre ses sillons que quand il assomme.

 

- So -fit MSB répétitive- il délivre au fur qu'il assomme, il suffit donc d'assommer et Allais derrière en notant toussquy dit.

- Tombola! -refit le tabliô- j'Allais l'dire.

 

Il remercièrent tous Analytik éffusivement, alors qu’il n’y était pour rien, ce qui renfrogna le tabliô qui du coup se trouvait 2 X victime, non seulement de bayonnage intespestif et inopiné mais encora de méconnaissance et dépris.

 

Tousquy restait à faire estoit de trovare quidam à assommer conséquement et plusieurs fois de suite pour avoir le doute au complet et définitivement applani. Naturement et tanqu'à faire, y choisirent le tabliô comme victime, qui sy prêsta non sans restiscences à estre drappée de foute, au point qu'il fallut le rebayonner.

Son seul motif de contentement fut de voir qu’il avait raison, à chaque assommage il émmanait du doute une bribe à claire et intelligible vocce de contrût, alors que de la part d'un doute on aurait pû s'attendre à une voix plus.... douteuse.

Analytik prennait note sur sa remington au fur que le doute s'éxclamait, tandis qu'Abs assommait et MSB se tennait en fraction, penciaux blanc en brandoulière.

 

- Ca m'rappelle le bon vieux temps, quand je n'étais que simplinspector -fit Analytik en essuyant une tite larme à gauche.

- O Tempora O Mûres -Fit MSB non sans une pointe.

 

Le texte complet du doute Massaï fût tantôt complet, mais cela dura journée entière, de solàsol, et la nuit qui va avec. Heureusement Analytik avoit sombré si à fond dans sa nostalgie et souvenances de simplinspector qu'il fît monter des sandeouïtches et de la birra. Quant au tabliô il tomba dans un coma irréversible, en bavure post-Massaï, en doute posthume sitémieux.

Pour un tabliô quoi de plus normal que de se tenir coi et de se taire, finalement c'est une quiet chose qui usally se tient à carreaux.

Mais, si texte complet yahvé, nouveau blème yahvé itou (sûtété trop simple) le Massaï laïus estoit par bribes et ôssi dans le mésordre, du coup il fallait encore un gros cervelas pour refaire le puzzle car celui de nos 3 compères et mère estoit atteint d'usure.

Pour mieux faire et plus fastement ils appelèrent à l'aide l'esprit de Von Braün qui Trenet dans le castel parmi les spiritos collectés par le Général Motors.

Non pas que Von Braün fut dans leurs goûts, mais il faisait partie d'un lot d’esprits désoeuvrés, acheté dans un bouï-bouï du Lower-East-Side.

En moins de temps qu'une néaction rucléaire il te me le puzzela par dessus la gamba le Von. Il estoit abruti mais intelligible jusqu'à la redoutabilité.

Et voici le doute dans le texte (payés à la ligne affutez vos factures!):

 

Parti de la tour des bouschers

Au Châstelet

Emprunter le Sébasto boulvard

 

De là jusques au Félix Poter

 

- Existe plû- fit Abs.

- Tout comme les maquerelles du quaroche- ajouta savant Analytik.

- Quand vous en-serez aux tacots de la Marne pourra t-on prosuivre? -interrompât MSB.

- Mmmgrbl- exprima Analytik.

 

Dans le métro s'enfoncer

Et direction Levallois tomar

 

En chemin lire un Dard

Le chemin est longuet

A Champerret descendars

 

A gauche porte vas zyeuter

Staff Only, interdite d'entrar

Le placard du fond pivoter

 

Un couloir ès-antiques fortificards

Tu suivrez en prenant gare

De toujours à gauche tourner

 

After deux ou trois clochards

A demeure dans ces mitards

La chose tu trouverez

 

Fin du message, roger.

 

- Pas vrai! -s'exclama Analytik- si mon flère ne me trompe s'agitil d'un plan thésorique!

- Mais il faudrait entamer une quasi expédition -infléchit MSB inquiète- et puis au fond la richesse on s'en tappe un Braün...

- Zi che beut me bermette -fit Von Braün les clignoteux comme pour virer à droite- Zagit pet être du vamêux drésor du Drosième Raïtche.

- L'argent est chose bien pustulante -dit Abs Songique- mais étil malsain de le desdaigner...

- Himmel!!! Engore un hebraïgo lefantïn! -reprit Von encore plus Braün que toutàlheure- Fouzestes absconcis che brésume?

- Cor un antisémithe -se dit l'Abscons dans son for toudoux lors que l'altre le disoit touhô.

 

Or étant also sémillant que levantin lui-même, il estoit par définition obligatoire anti-les-anti-sémithes, il se vit donc obligat, circonstanciellement et derechef de décervéler l’outre-à-rhin, tout génie qu’il fusse, le palotear et l'empaler soigneusement, et le tout ôssi spirituellement qu'il se put.

 

-         Une façon inédite de te me le mettre en orbite- pouffa Analytik de son humour bien connu.

-         A 4 km, 503 m, et 16 Cm de ôteur -compléta MSB- orbite très basse.

 

Irontils, n'irontil pas à la chasse au sétror?

Cela est une autre histoir

Qui verra ou pas le jor

En attendance

Buvez frais, faites bonbance,

A vous en faire crèver la panse!

 

* Dico des Doutes Informes et Péromptoires, éd Synapse / 13, rue du Dr. Jarry 75019 Pharis.

au faîte

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 25/01/2008 à 18:38 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 11 / septembre 2000

 

… Au Faîte …

 

Ou omment qu’à ses Chastelaines Combles Absoulis y Aboutit,

C qu’il yahavé, et Quoiqu’il en Résulte Après un Curieux Repassage

 

- Tri times le cat t'a acheté à peudfrais.

- Par derrière -ajouta l'Abscons.

- Tri times et once again la mousson a pissé -Fit la bruja nambar two.

- Par devant.

La tirsth s'écria: - La charpie émét: "it's time! it's time"

- Par derrière.

La première reprit sans doute pour ne pas estre ‘n reste:

- Rondons en rond around le chausson,

Et put-ons in les poitrailles envenimées,

Pôcra, witch, under la proide fierre,

Assoupi ante-un days et ante-une nottes

As mijotté ton tsoin-tsoin,

Bous the first dans le chô empâté.

- Elles impriment de traviole -se dit Abs dans son for à voix basse- Quiplusè elles me suivent en toute part du castel, et à chaque spyre de la montée ça déclame, ça déclame...

 

Tout en s’ependant en féffé elles déclamaient des 1 sanités.

 

- Trouble, trouble, pain et double!

Feu, crâme; et, chausson, frissonne!

- Fermez-là just a minute écossues stregas! -Fit Abs réellement fregato.

- Fizzons le tout avé du macaquique blood,

Et le sort estoira matérioc comme galette, et bon.

- Mais enfin térieuses miss, loires narves de midnight, pourquoi autant de noise pour quedalle, ne feriez vous mieupas d'écoper l'eau des douves? Cosa fà con tant d'ostentatoire sapience?

- Una opéra sans nom -Répondit la first one d'un ombre aireux.

 

Puis, sni une ni trois elles se vanishèrent à l'unisson né l'aréa malsano.

Tandis, Abs littéralmente soulevée par sa propre curiosita comme baudruche gonflée d'R chô, montant et montant yves'nait d'arriver aux Combles de l'ample bâtisse leguée par le Général Motors et sans le savoir encore, de son heur.

Qu'esse qui lui attendait pas là!!!

Si, j'tejure, la mort kitu!

Les Combles (core fôtil avoir omniscient esprit et bonne vue entre nous soit10) c'est comme les cierges: elles sont au faîte de tout...

Attention à la teste!

au faîte

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 25/01/2008 à 18:36 :: Absoulis l Abscons Main Textes

En entrouvrant la trappe qui depuis un escalier en mois boisi et vertvoulu donnait sur les entrefaîtes, la prima sortheresa fut de percevoir auditivement une sorte d'assourdissant brouhaha-haha strideux et passablément discordant, genre Varèse sitémieux, à rendre sourd un frère hospitalier en côte de mahïe.

Peut-être deux.

Ilyavait une interminable cursive à peine esclarée par des lupiotes jaunâtres sur laquelle prit pied l'Abscons non sans mal because le roulis et le tangage sévissaient dru, le châtiau estoit ô.

Pourtant on pouvait tout dire d’Absoulis sauf qu'il n’avait pas le pied comblin.

Sur le10 corregidor donnaient des portes à cases chacune munie d'un oeildeboeuf (su'l'toit, Milhaud) vieilles comme la création du monde, genre comme dans les cavdimmeuble, sauf qu'elles estoyent pas nambarotés normaly mais, A, a', B, b', et ainsidesuite jusques à Zxprime.

Abs se mit illico à escoltar d'où que la stridence de Varèse lui parvenait. C'estoit des râles tantôt, des esclafades tantôt, des jereviens tantôt.

Absurde C ditil, pour ne pas dire connerie.

Il indagua en tendant l'ouï arm strong qu'il le put.

Efféctoc quand les esclaferies, glouglouteries et autres pouffonnades provenian de la porte à sa droite; les râles, absortions, et pêlures parvenaient de sa sinistre.

 

La chambre de droite (B) avait 7 partie cularité d'estre reservée aux "projos" des gens qui où quyzy soyent dans le monde escaladaient aux Comble du bonheur, et se vanishaient illico avoir quité le gracieux état.

L'Abscons constata, non sans une pointe de regret dans le trémolo et une tite larme, que le Comble de l'heur ne durait jamais plus qu'à peine juste le temps de ne pas se rendre compte que l'on l'avoit déjà quitté...

 

Par revanche à droite (m' pour "muise consétudinaire") on restait "projo" plus longtemps, ony passait par là que canton yétait dans la dente pescendante, les souffreteuses et souffreteux de partout y passaient à tirelarigô et ne la quittaient qu'avec des grands et forts, quitte à sy abonner. De là les râles.

 

L'Abscons se dit, non sans une pointe de regret dans le trémolo et une tite larme que le Comble de l'heur duracell un peu trop et que c'estoit grande injustice que de ce voir.

 

Ne diton pas: "Placer d'amür n'est dur qu'huhuhun moment, chasse-grain d'amür dur toutoune vi-i-i-yeah"?

Hein?

Si!

Immédiatly après il regreta encore d'avoir eu deux pensieros aussi baleniers à la suite l'un de l'altre en si peu.

 

Combien de fois était him-self passé en projo dans l'une ou l'altre de ces chambrettes sans apperçure ni garder mémoire?

Curieux qu'une fois aux Combles on ne passe que fasser, vite et l'apprennant onlyment une fois qu'on à déccroché, ce qui empêche par équation logarythmique de gouster véridiquement de la bonne...

On se projote allways de l'avant et voilà le lourd rate qu'on paye. "Cey l'avis" comme disent les Ôllyoudiens dans les films, en trançais et dans le texte.

Mais au faîte, comment ce malfrat de Général Motors avoitil fatto pour se procureur des Combles fixes de sorte cony puisse les visiter en chair et enzos, à sa grise sans estre un simple projo?

 

Note pour plutarc: Se demander squizon les généraux dans leur teste en général. Un serre-joint?

 

Aux Combles de la Confusion (chambre c' où l'on se costillait de rire) Abs s'arresta un instant songique. Devaitil continuer et dans quel goal? Savoir enfin si yahvé yahvé au bout de la cursive?

 

Pari risqué silenfut. On l'a déjà fit...

Pile ou farce?

Info ou intox?

Roux ou Combaluzier?

Téléportation ou navette?

Orange ou pamplemousse?

Libé ou un journal?

Mulder ou Scully?

Black ou d'équèrre?

Le choix estoit aussi dru qu'entre Duras et Bazin pour l'Arqui-dermie Trançaise.

 

Pour te la faire courte, il resta comme sucependu en l'aréa, comme englué dans les rets du temps...

 

Dès qu'il reprit conscience, si jamais il le fit, il prosuivit son stretta strada, au bout du bout, on devinait en féffé une sorte de lueur, et si c'éstoit enfin son propre eur? Son fiatlux à lui?

Hein?

Crottindechavignolchô, quipeuldire sans hypothèquer?

Entoutcas onne C ni où estoitil ni combien durant, pendant 7 contracture.

Il estoit second à sa manière.

Mais le mystère

Reste entière

À la lumière

De 7 ére.

Tuvas têt le vouère

En fin de 7 histouère

 

Quoiquil, il ne fit ni plus ni meno qu'un vulgo farfadello de nuit sans plus de nevronnes qu'une tomette et des zyeux à facettes, il chemina attiré par la lupiotte, sans infléchir une seconde à ce quil faisoit, il se mouva comme sur coussin d'air, genre Maubert Ritchum sitémieux.

Encora eutil infléchi qu'on se demande à quoi cela auraitil pû...

Le faîté que pour les altres restés hors du chastiau, Abs fut absent 33 ans (jycé, ça vous remind kékchose, mais C pas du plagiat C comme-ci, que voulez tu que G te 10) alors que pour him-self cela ne dura quhuhn moment.

Encore une rélativité de la pathaphysique quantique.

 

Intermède Boudu

 

Fautil noter ici que Boudu (le rare libraire of the levalloisien merkat) dans sa période sculpteuse, alors qu'il ne faisoit que des jaïns de nardin -par saint-pripe- fut si intrigué, ébloui et disproportionné par 7 épisodique et fugaz chapitre de la vie d'Absoulis, où l'on se demande C quil faisoit é où quil estoit, qu'il y glissa dans le nardain de sa villa Sabloneuse -aujourd'hoy classé nomumment Cionnal- une zoeuvre Abstraite intiutivé "Sans Titre" représentant Abs dans le néant pathaphysique durant un laps rélatif.

 

Core today on peut voir à Sabloneuse sa vaste collection de de jaïns de nardin (les seuls à ne jamais avoir été kidnappés par le FNLNJ) tous abstraits et réellement de souche, taillés à la serpe et peints à la broche.

 

Visite recommandée par Le Bulletoc avé 4 ****  zétoiles et ruban co-mémoratif.

 

Mais 7 unaltra histoire que pour le moment vennu. Boudu en a plus dune collec à Sabloneuse.

 

B. Dattas grava lui de son side, et à propos du mayme épisode absurde, dizaines de 45tours en se rependant sur le sujet en 57 poèmes et demi et moultes mots épars, en PCAC (prose par collage assité by computer, avec Boris Vian qui en ces temps estoit son nègre) avec l'imprimatur du Mayre de Pharis qui en ce même temps fut un flameux corsaire de la filibuste.

 

Fin de l’intermède Boudu

au faîte

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 25/01/2008 à 18:35 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Brief, après ce courjü spatio-temporel, quand l'Abscons aboutit au bout du bout du corregidor, le - conpuisse dire C quil fut ébloui, sallymarabouté et terrasssier par cequil vit.

 

Ah! quil fut ébaubi! Tant et si, que

B molle fallut mettre à son enthousiasme.

C n'estoit point yahvé qui trônait là.

D mesure et D raison le tanguaient en l'âme de fond.

E puis, tel Ulisse il revint à lui.

F et d'optique ou réaltoc palpable?

G un doute -C 10til.

 

H I parmentier...

 

Après avoir vu des charretées de Combles, comme par ex:

 

Celui du farouest:

Un cow-boy lassant ses bottes,

Le Pharisien:

Un critiqudar avec plus de 10 névronnes et le synapses qui vontavec,

Celui du palais:

Un invocat blanc comme neige,

 

Ou encore:

Un director de centre culturel cultivé,

Un chausseur sachant Chaucer,

Un esthète sy connaissant,

Un joueur de foot sans but,

Un renard jouant à saute-mouton.

 

Brief des petites choses sans intérest quelconque.

Et c’est là qu’il le vit: Il éstoit là, luminescent, petit et tout bien rangé, avec une vue post oramique éblouissante sur les toits de Pharis par temps clair, lave-à-beau et double VC de chez Deuédeux Laffont Quatre, et Comble d'eur: une pathastoufiante Remington toute neuve avé ruban rouge et noir de chez Stand-Hall.

Il avait trouvé son propre Comble!

Au Faîte!

Au viable daubert ses anciens pensieros de fosse-grauche, le rompromis était tout trouvé touseul: Il serait Castellain d'acc, mais aux Combles comme les manants!

 

Sans une ni deux il repartit plus vite que crachat de tromboniste, dévala jusqu'à plus pouvoir, en chemin croisa la verte-cierge si vite qu'elle resta à toupier sur elle-même en brisant trois glaces de son balai porta-tif, puis, une fois dans son vieil imm, remonta les échelons four by four jusqu'à ce qui désormais serait son antique demeure, dans le but aussi soudain qu'implacable de la plaquer.

 

Abs déménageait.

Pour de vrai 7 fois!.

Comble!

 

Il ouvrit la porte avec violence, mais paradoxalement tout seul, et là, pas une, pas deux, mais tré grossières sor-prises l'attendaient d'assaut.

 

Dune:

sa chambrette estoit D vastée et poussièrée à la louche, et ce de fonte en Comble

D2:

Mandolina-sugar-Baby estoit plantée là avec Analytik le Commdivisio qui te me la comprimait, et toulesdeux faisoyent des choses que la publica moral et l'esthétique vulgaire reprouvent à l'unisson.

D3:

Yzétaient both vieux, mais vieux, vieux, MSB re-ramolliente like dans un autre épisode (Tempora aux Mûres) et le Commdivisio tout chauve et retraitique genre charentard, surpris comme s'il avait pris depuis lurette possession des liocs. Il en portait mesme un absoulique peignoir, jadis offert pour sévices pendues à Abs par il capo des Huns dans sa royale satante, en septante-seth si G ne m'amuse (Hun Trimestre d’honneur).

 

- Quésse qu'il? -Balbutia l'Abscons contrix.

- Abs, tu est alive! -Crièrent toulesdeux together.

- Oui, j'alive toujuste, et quésse que j’trouve in ma piaule? Une vision de sapeur... Que s'estil sapé en mon abs? Perqué estes vous aussi croulants toutàcoup? Le Facteur-Temps est encore passé à culons? Vous étil encore passé dessus?

- Que nenni Abs, mon clou -fit MSB recoiffant sa platinure un poil calviciée- C toi qui avances 7 fois, tu t'absentâtes 33 ans de suite, on les a compté, regarde -et elle déplia sur la marronasse moquette un plan général du temps vulgaire.

 

Sur le mape on voyait bien qu'une grande surface autour le pont desars avait été rayée de plein de petiotes croix au carbonne 14.

 

- Ca correspond à 33 ans en féffé -fit l'Abscons surcilleux en usant de son pouce et de son index comme d'un compas.

- On avait fini par te croire mort

-rapliqua Analytik-

àssquejevois à tort.

On dépeschât même des enquetors

Mais ton sillon estoit retors

Tantesibien con expédia en morse

La triste new au monde et alentors

Nous étions au Comble des remords...

 

Et il lui tendit une poussiéreuse couverture de "Gala" où éffectoc la nouvelle était annoncée comme une nouvelle.

 

- Pourtant je ne me suis débiné qu'un laps... Le temps de faire le tour du propié légataire.

 

Mandolina-Sugar-Baby -tout en agraffant son corsaire- émit l'hypothèse que quelque part yahvé U un courjü spatio-temporel, ce que vous -oh méga attentif lecteur, vous attendiez à scavoir before the end- mais que toulestrois ignorent, et ignoreront désormais, car ils sont réduits d'au moins 86% à des sporadiques.

Au Faîte c'estoit encore un Comble.

 

Vu que le blême estoit invérifiable et hypothénuse pour eux, ici, et maintenant, ils laissèrent tomber commil se doigt et tousles 3 s'éffusionnèrent des heureuses retamailles.

 

Acte 2 ils convoquèrent convergement le Facteur-Temps qui once again mit un temps flou à parvenir de Greenwitch où il avoit élu codicile d'ores.

Absoulis, connaissant déjà le discours et la méthode, lui intima sans une ni deux d'ouvrir sa camisa de sorte que son plastron à commandes temporiques soit accessoire.

Ô sorprise, aucun bouton ne correspodait à leur blême, en outre il fallut ligoter MSB qui volete tocar encore et encore à celui de "Tempora aux Mûres".

au faîte

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 25/01/2008 à 18:32 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- Banda di glutinatti -fit F-T sevère- votre mesencontre temporelle est d'una altra natura cuesta volta.

- Des faîtes -Intima Analytik.

- Simplissimo est, caro commendatore, siammo in pressenza d'una "piegazzione" del tempo. Cuelo de l'Abs  non é lo stesso qu'il vostro, mi dispiace.

- Et yapatil de remède? -Interloqua MSB.

- Certo avebamo uno, il tempo a stato fregato, piegatto, dopiamo lo "disfregare".

 

Et ce disant il sortit de sa poche un minus fer-à-repasser-spatio-temporel qu'il repassa à Absoulis.

Quoiquil fût difficulteux de repasser les ridules del tiempo avec un aussi petit fer, Abs sy débrouilla commun capo, tandis que F-T attendait, il repassa et repassa le poindre mli et ce sur 33 ans, ce qui prend un conséquent laps.

Cela se calcule aisement si t'as un bon réseau névronique mais fais-le plus tarque.

 

Je sè C que vous allez alléguer gang d'1 crédules: On peut passer le temps à fien raire, à s'esclafer, à batailler, à labourar, à faire la bête à 2 dos, bref à tousconveut, mais on reste toujours à l'interne du temps, but we can't se mettre hors-jeu pour agir sur ses arrugas, voir sur sa direction, éou ses dérivances, caprices et arborescences.

On è commqui dirait prisonniers à l'inside, sitémieux, ilest aussi duraille de s'en désengluer que de se faire rembourser par les impôts.

Je vous réponrdai: okèdacc, t'a pas tort en principe.

C tune chose aussi paradoxique que brutale voire crottindechavignolchô!

Mais vous oubliâtes le détail qui tue: Abs estoit copinos avec le Facteur-Temps qui, lui, peut se mettre out-side comme ça lui chante tel Mercureôchrome.

Donc Abs le put. C comme-ci.

Comme pour, tout fôtil avoir du piston.

 

Ainsi Abs repassait et un linge passait, et le silence s’empesait, MSB, ren que pour meubler commki causerai de la bluie et du peau temps initialement, s'adressa au Facteur-Temps, allways flégmique.

 

- Perqué causare in italique -fit L doucereuse- vous estes bien rosbeef de louche pourtant.

- É l'ultimo grito in Greewitch -Répondit F-T Moueux et halturier comme si de l'ignorer ce fut une grossière fôte de vavoir-sivre.

- Ah! -Fitelle songique, pour rajoutar malfrâte- On peut satan dratout d'un groom qui se displace avec un fer-à-repasser-spatio-temporel dans sa poche... Moi itout je peut causer en italique!

- Surtout en moinillon du Praticamp! -inclua le Commdivisio.

- Analytik, tu est vraiment inévitable... Je peut même le faire en gras!

 

Cela U le hic de fiquer au pif le Facteur-Temps qui hôssant ses chausses lança:

 

-  Non ti credo, nessuno da Greenwich l'a fatto, anque gli nobili...

-  AOOO! Fermatela un po, stronzo di groome! - cria telle en s'accompagnant d'un geste un tantinet "fanculo" bien connu au vati-canne, puis ajouta croquette -Aï visto?

- Madonna! - Mare-mona F-T, à bas ourdi.

- Di grassa, keep cool Mandolina -exprima Abs tout en repassant- Il serait bien à même de te nous faire encora uno golpo torvo coltempo.

- Mi dispiacce ma si gli stronzi volarano lui sareba capo di scuadra!

- Cayè L sy met à la mode de Southampton -Fit Analytic renfrogneux.

- De greenwitch, fachabruta!!! -s'exclamèrent à unisson: Abs, MSB et F-T.

 

Ony estoit au Comble de la grossierté, au bord d'un new courjü.

Feliccemente Abs finit à point nommé son repassage. Les plis du temps estoyent applannis et ammidonés.

Le Facteur-Temps profita pour filer à l'anglaise comme dab.

 

- Il repassera çuilà -Fit Analytik.

- Forcément, rien n'arrête le temps qui lasse… -dit MSB les yeux vagabonds.

- Il passe sans fare de l'ombre, et pourtant son repassage assombrit nos fronts -dit Abs en joignant sa rare tignasse à la platinure de Mandolina qui se reconstituait à vue d’oeil, serrée de près, à son tour, par le Commdivisio.

 

En cette inénarrable posture genre Marx Brothers, MSB et Analytik revinrent aux temps d'antan, Abs se recala dans le sien, ainsi que dans sa mansarde, la poussière retourna à la poussière aussi à la louche qu'L estoit vennue.

 

- Heur qu'en 33 ans onné pas rasé l'immeuble pour faire une superette! -Dit l'Abscons au Comble du soulagement- Sacré Général Motors, sans lui... Mais quésse qui peut avoir un général dans sa teste en général?

- Un serre-joint? -Improvisa Analytik.

 

Le démenagement fut long et pénible, d'autant qu'à chasque sappage dans la cour il fallait contourner la verte cierge qui toupiait encore traînée par le poids intransèque du manche à ballet, des lois de la physique et celles de la force éxtrifuge assemblées, ils eurent néanmoins le temps de tout transvaser dans les Combles du Châstiau mansardement.

Comme l'épisode traite de Combles on ne débaucha pas le champagne dans la new demeure mais dans l'ancienne mansue pour inaugurer l'altre C qui estoit encore un Comble et faisoit ainsi camaïeux.

Du moins le pensaton.

 

- Attenzione -fit Abs suddenly sérious- les Combles du fond des Combles me bottent pour moitoutseul, là j'ai été transporalisé, illuminé, esbaudi, portépâle, lapsé et...

- On finira par le scavoir -Grosmêla Analytik.

- Comme par before vous ferez des acceptables intrus à tout moment du jour et de la nuit, mais celles du fond resteront ma medeure!

- Tombola! -se costilla MSB qui re-rajeunissant éruptionnait d'art-acné - On pourra choir dans n'importe quelle Comble au grès de nostre humour du jour!

- Ou de la nuit -Ajouta Analytik avec son indécrotable grivoiserie de Commdivisio.

- Quedalle mes agnous, mon oeil, et ainsidesuite -Coupa court l'Abscons- MSB sera casée au p’titji-prime Comble de la Joie, pour skié de toi mon cher Analytik G grandement hésité javoue entre le M Comble du Malheur et le D Comble du Dépotoir, mais bon prince je t'adjudique la vé-prime Comble des voyeurs. Je ne veux pas vous savoir aux mêmes combles toules 2, ça m'urtique au tréfonds...

 

Ce fut ainsi et pas altrement que nos trois con pères et mère vécurent désormais et jusqu'à dorénavant Comblés et en chastelaine vie, certes, sans serviteurs ni le money qui va avec, mais avec une foule de fameux spirits élitiques à l'envie hantant les infinitécimales cursives.

Ca t'embouche.

 

C le moment sépris que Mandolina-Sugar-Baby choisit pour méthaphysiquer:

- Au faîte, Absou, toit qui as vu la fiat-lux, quyatil au-dessus des Combles?

- Deux choses mon Irma, vu du dedans le plat-fond, et vu de l'exo le toi... C'est chose paradidactique et pleine d'enseignes si lon y infléchit, car toi et plat-fond ne sont que les opposites facettes d'un solo truc.

- Cela toutenchacun le serge, ma la question estoit: Più alto que le toi, yaquoi?

- Yahvé -fredonna Abs nostalgieux- mais yapû ...

 

MSB se tourna vers Analityk qui bouche B fixait incrédule l'Abscons tomber si deep in blues, et lui glissa à l'esgourde:

 

- A mon avis il dé-prime...

- Absurde C ditil, pour ne pas dire conneries.

visite guindée

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 18/01/2008 à 21:27 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 10 / juillet 2000

 

Visite Guindée

 

Ou la Faune Naturelle du Général Motors Castel

 

Commun le C Absoulis avoit eu lèg d'un castel aussi auguste qu'encombreur, de la part du Général Motors, DCD dans un sutur fimple.

Naturement il l'avoit fait placer dans la cour de son imm, ce qui ne laissait un mince cursoir aux voisins du fond de court.

Mais comme cela additait à l'imm un tercain cachet, voire du prix à l'argus, nobady trouva cela incommodant.

Sauf la concierge, qu'Absoulis urbain et à contrario des altres appeloit la cierge, en enlevant le "con" par pur respet, elle aima l'appelat la trouvant mieux que "dienne d'imm", et l'adoptat, ainsi que l'us quotidien des vestures onlyment de coloris verts, bref, la verte cierge estoit la seule à s'incommoder du castel-en-court et l'encourrait comme un chastiment.

Doublément incommode estoitelle car l'Abs lui forbida formel d'entrer dedans, non pas par ciergophobie mais à cause de son balai-brise-glaces qu'elle portait en continuo sur sa personne.

Elle avoit en féffé, la fâcheuse habitude de faire tenir sa lourde chevelure en chinon (sans doute une fan cachée de Rabelais) et pour C faire elle usait du balai seams a pic fixe-chinon, il est vrai que fue de vace cela lui faisoit un joli adorno pailleux en semi-éventail arrière sa testa, mais à gauche et vers le bas le pal dépassoit avec largesse et avoit la mauvaise fortitude de se ficher dans quinconce carreau sur son sillon ou dès qu'elle se retournait brusquement, ce qu'L faisoit sans arrest comme un faitexprèss inexorable.

Or le castel estoit orné à chaque openure de magnificats vitreux ouvretés à l'ancienne, Il estoit irraisonnable pour l'Abscons de vedere ces opéras imputréscibles périr par la mégarde de sa verte cierge.

Mais brisonslà, la cierge n'estoit pas véprue dans 7 diatribe, comme coi il est véris qu'elles ont sérieuse tendence à s'infiltrer en partoute chose...

 

Poussé avec une centaine violence par son indomptique spirit of adventure, Absoulis décida sansune ni deux de pénétrer son leg de chastiau, histoire de voir de quoiqu'il.

Saiton jamais.

S'il se trouve yavait des sétrors d'art y tecture, des toiles de maître, des capi-d'opera de la sculpture, voire des patis tersans et mesme de l'artengerie.

Mais, crottindechavignol-chô, un blème de taille s'interposait: Il faudrait toudmême sortir de sa mansure ce qui n'estoit point sans le contrpoiler un gros brin.

 

L'entrat n'estoit pas dépourvue d'une barroque sobriété toute écossuse, mais une fois l'étroit lont pevis et la massive torpe franchie, quel spectacularitée! Trois scalas en demi-solimâcon-poinçonné en guierre prise montoyaient spacieusement et...

Des sorcelleuses spiritueuses toutes de black vestidas se tenaient in l'aréa palida.

 

- "Quand nous réugnerons once again les tri, en toup de connerre, en éclair, ou en pluie?"

 

(Une des trois vioques, parlat de la sorte tout en touillant un souilleux chauderon. Absoulis fut ébaubi mais tendit une esgourde tout en jettant un oeil).

(Si).

 

- "Quand le brou ha ha cessé, quand la tabaille sera pendue et dependue. -Répondit la deuxia.

- Ce sera before le dodo du sole". -Reprenna la thirst apparement pas d'acc.

- "Sur la bruyante". -Responsa la 2 herménique.

 

La troisique ne tarda point à rapliquer:

 

- "Pour rencontrer...

 

- Stopat ipsos!!! -Gueula Absoulis fors fasché, subodorant par intuité qu'elle allait prononçar le nom maudit de Mc-Beth- Vous fallîtes le dire! Jamais au grand jamais ne prononçat ce nom, malhure porte til

que ne le saviez vouspas

trio de rapass?

On dit à la place

"l'Escotish piàce"...

 

- "Io me levato, Graymalkin!" -Fit la first en toisant l'Abscons comme s'il venait de rompre un charme.

Puis les trois takèrent en choeur comme si l'area estoit devennue soudanique malsana:

- "Machin appelle... Tout à la hure!... Le beau est moche, et le lait est bio. Faisons des plans across le smog et l'aréa putride..."

 

Elles s'esvanuirent sans plus comme des létères choses.

 

- Bon barréd'as!!! -Cria l'Abscons en désespoir de côse.

 

Il les avoit ben recognit rine de mien, c'estoient les Brujas du passé, du présent et du futur simple imaginées par un anglois branleur-de-piques. Il ignorait par contre les écossaises origines du Général Motors, ex-proprio du castel, ni le fat que çui-cî soit tenté.

Mais de ce costat il était loin away du bout de ses reprises, des poltergeïst yenavè un pack...

Z'allez voir.

Al costat de l'apparure des tri Stregas le restant estoit berezinesque, fin d'haricotesque, pour eufeminer sitémieux.

Attention à l'escalon.

visite guindée

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 18/01/2008 à 21:25 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Apeine avoit til entrepris l'explorat du noble bastiment qu'il entendit un struendoroso bruit comme qui dirait de déchirage.

Un ptithomme, chauve et pansu, se grattait vigoureusement la desse froite.

 

- Scuse -fitil en lui tendant une main mimicale- je pète fort, et beleve moi, ce n'est pas sans dolor, un problème de foi... Et vous?

- Absoulis, de Pharis, Trance. Enchanté sieur Jepètfort.

- Douille de cong! je vous preguntais si vous aussi aviez à rompre avec la foi et tonnerriez ventralement en conséquence.

- A mon humble ce n'est point un blème de foi mais de geans bien mal L évés.

- Zavez pas tort.

- Tout d’mayme...

- Je manque à toutes les civilites: Chaucer, Jay-fray-Chaucer.

- Moi aussi j'ai frais, ce castel n'a sans croûte never été chauffé.

- 'Make you pardon?

 

Fortunato per l'Absons un altro personne arriva car le quiperqué devennait opaque et d'une densité proche de l'antimatière.

 

- Estats vous le new owner des liocs? -Ditil d'un voix cavernicole et asthmique, il estoit casque et capé de deep negro- n'auriez vous vu un genôme vestu de blanc en brandissant epée de lumière?

- Que nenni.

Mais n'avait til pas fini de le dire que ledit genôme arriva au galop et d'emblée ils se mirent à batailler avé les EP flumineuses.

- Vador l'Obscur! En grade! Pardonnez le mésordre sire -fit le blanc en cap- mais il me cherche noise et c'est irrepréssible!

- Faites, faites...

- Je suis ton père -blablata l'amputé du casque- rejoins l'ombrique side!

- Tiens ça ressemble à l’historia du drince panois -fit Chaucer.

- Wright -Corrobora Abs zyeutant cru Chaucer- ya même kékchose qui sent l'uovo putride...

 

Ainsi, en se portant de coups en kyrielle ils passèrent tous deux dans la caméra voisine.

De loin Absoulis entendit le genôme lui faire en guise de goodbye:

 

- Que la Corse faute avec toi!

 

Chaucer pendant, moins méssianique, montait en occultis du régulier, vers la fenestra de sa maîtresse. Dans l'obscur il pensoit sûrement que la belle se postait pour embrassade et metta ses lèvres en cul-de-poule tout en fermant les mirettes, mais en faîte ce qu'elle sortait par le rebord c'estoit son culier rebond, ce qu'il fit qu'il reçut un coup de bise sur la face et point de bécot.

En quelque sorte un raccourci de l'arrosé arroseur (Encore un plagiat).

Il estoit wright, les Chaucer estoyent en selque corte préseléctionnés pour la ventisque tripesque et point pour l'english poétrique.

 

- "Inconnu, loin des lips and lost, quello que l'on a pas chercato"- re-cita til en descendant penaud.

- Jour l'ami! -Dit quelcun dans l’dos de l’Abscons en lui tendant une flasque- une grogée de bon broubon? Je ne vous facilite pas de votre leg, c'est un maudit castel de merdre, plein de rosbeefs! Cui-là tel que vous le zyeutez fait la mesme antique joke inlassable, in débutat ça pliait dru, y compris les bishops, mais là, l'usure s'installe, on en voit la trame...

- A qui aije? -Demanda semi-dubitatif Abs, qui croyait reconnaistre les baccantes.

- Celui qui marque-par-deux, pour vot' service.

- Je vous remets! çayè, les "Lettres de la Terre" c'est toué?

- Mistake mon pote -rapliqua til en pointant index on thy ground-  entre nous c'est lui...

 

Il était beurré comme une nuit sans lune, contrairement à Chaucer qui avoyd et l'équilibre et la lune en phase pleine. Heureusement il se perdit dans les londres méandres avant réplique. Mais on l'entendit balbutier de la vièce poisine:

 

- "Ceux qui tentent de trouver une reason à ce récrit estaront prosuivis, ceux qui y voyent une morale estaront bannis, ceux qui tentent de trouver une intrigue seran exécutats!!!"

 

Ça, il savait jurer, con le veuille ou pas.

 

En fait, le castel, qui vu de l'exo sembloit rikiki car il tenait en cour, estoit de l'interne méga-grand et labirynthique.

Il estoit en soi un problème d'optique irrésolu.

Il n'en pallait pas flus pour donner à Abs une irrépréssible envie d'exploration minutieuse de 7 impossibilité.

Mirrors grands et petiots (yen avait même qui ne réfléchissaient poinct) y’en avait partout, cadres et fauxes portas abondaient à tirelarigô, escalas autant pour monter que pour descendre éstoient légion et des grandes aires carrelés en chiquier ou marquetés se succédaient à un rythme grave. Dans cada salon on aurait pu poser 5 x le Pharis-Vintimille, tant à l'aller comme au retour.

Abs se livra à sa petiote expérimentation en scient-homme qu'il estoit: poussant un cri à l'aurée de la plus petite des salles il eut le temps d'aller (sénatorial) jusqu'à l'altre bout et revenir dis X de suite avant que l'écho ne te me lui revienne.

Mais le plus fantasque estoit le numéro de fantasmas dont le Général Motors avoit garni la bâtisse. Il devait avoir procedé une grosse torfune en pounds pour s'en offrir autant.

Tout en montant pour en venir au faîte -ce qui chez Abs estoit maladif- il en croisa des cohortes pour ne pas dire des norias.

With certains il y eut comme-une-cation, mais d'altres croisèrent au large dans un block-out contrit comme des vulgos chaluts sardiniers.

Mais il put reconnaistre au moins Chaucer, commun l'avete visto, Twain, Luc Skywalker et Dark Vador sans compter les Stregas de Chaque-spire.

Mais il identificat encore chemin montant:

visite guindée

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 18/01/2008 à 21:23 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Max Plank

Queneau

Les Grimm

Oscar Wilde

Nat "King" Cole

Garcia Lorca

El Quique

Hokusaï

Tirso de Molina

John Lennon

Spiderman

Cortez

James Joyce

Sir Walter Scott

Cisco Kid

Sir Arthur Conan Doyle

Georges Bernard Shaw

Rabindranâth Tagore

Laure & Hardy

Ernesto "Ché" Guevara

Socrate

Matsuo Bashô

Léon l'Hébreu

Golda Meir

La Reine Victoria

Ben Turpin

Superman

Boris Pasternak

James Stewart

Toi l'Auvergnat

Le Comte de Lautréamont

Sigmund Freud

Albert Einstein

Jorge Luis Borges

Ibn Rochd Averroès

Yoshua Lebovitch

Bruegel (l'ancien et le jeune)

Pablo Picasso

Mouna

Sarah Bernard

Paul Klee

Le Facteur Cheval

Gaudi

Rubens

Roux & Combaluzier

Gandhi (le vieux)

Winston Churchill

Romeo Pourquoitappelleturoméo

Paul Doumergue

Paul Lafarge et Laura Marx

Barberousse

Mahoud l'Epicier

Gladys Caissière de Grand Magasin

et Felicie Aussi

 

Mais aussi:

 

Edith Piaf

Peter Lorre

John Cassavetes

Hemingway

Klaus Kinsky

Alfred Jarry

Paul Cézanne

Vincent Van Gogh

Hiroshima Monamour

Marguerite de Yourcenar

Lady Jane Tarzan

Camille Claudel

Lucie Bowl

Robert Stark

Chronos

Serge Gainsbourg

Bobby Lapointe

 

Mais surtout, le plus grand, le plus porclifique et crandiose des artistes, penseur et inventeur  de tous les temps:

 

Anonyme.

 

Yahvé tossi ceux qui n'estant pas encore tres passés, auguraient d'une célébridad posthume, à contrario des autres à peine essquissés, et Abs n'en put recognaistre aucun.

Il ne les nomma donc poinct.

 

Mais la plus estrange chose n'estoit mie là, yahvé tossi ceux qui (pour une raison ou une autre) ne sont ni couiqués ni à couiquer, errants dans la mort et morts dans la vie, qui ont le cul entre deux chaises, comme:

 

Quelques Invocats Célèbres

Assureurs

Jueces

Généraux

Goules

Veérpés

Chimères

Ires

Banquiers

Quelques plombiers (pas tous)

Des Lecteurs de chez Gallimard

Des Obstinés

Les Evêques

Cyclopes

Milliardaires

L'inventeur du Lotto

Vampires

Des Webmasters

Des Elfes

Des Goldenboys

Des Fidèles croyants ou pas

Des Commissaires Divisionnaires

et des

Publicitaires.

 

Tanté sibien qu'Abs se dit dans son for que pourquoi ne pas demeurer dans le coin chastelain? Si ça se trouve yahvé yahvé himself kèkpart.

Hein?

 

Ayant tant de transparents à sa dispo pour questionar, causar, et argumentar à lenvie et quand ça lui chanterait, ce serait magistrale peine de jeter le tout aux orthies derrière les roses des cochons. Retorquer dans sa manse-harde lui sembloit toutàcoup cynique et faussement de gauche.

 

Pendant qu'Abs ce preguntait dru si desvenir chastelain ou rester mansardeux, Mandolyna-Sugar-Baby continuait de rajeunir par on ne C quel dark arrangement avec le Facteur-Temps.

tempora aux mûres

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 11/01/2008 à 16:27 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 9 / juin 2000

 

Tempora aux Mûres

 

Ou la Mandolinstrale Démostrative que Va, Tout sen Va

Mais aussi qué ça Revient Commune Echanson Populaire

 

Le désastre du jour luisait de tout son flash à la plombe de l'Absoulis mansarde. Il faisoit caldo et comme dans les 10-ney cortoons, les piafs piailliaient, les procureurs saltillaient de tranche en tranche, et les éléphants s'esbaudaient au vert-luisant.

Dans des telles condites athmo-barométriques il est de natura incandescente qu'Absoulis estoit dans le pays de Morphée, et ceci à foins permés.

 

Mais n'esty pasy que l'on tocque? Ehbenoui! On ose tocquer par une telle...

Et quiplusé fort et avec assiduité...

Dans la tsf, la judicieuse qui ne se doubtait poin tencore can jour s'appelleroi-telle Minelli, sirotait: Somewhere ovâ thy rainbow, en toute inférence.

Peiné de profondis, Absoulis, prenant la première sortie de l'utopiste des resves sur lacual il roulait à sénative allure (Sur la pile de droite sitémieux) arriva dans un brou-ha-ha soporal à ouvrir la lourde en prenant bien soin de laisser l'embrasure surplace (Très important si lon tient untansoipeu à son petit intérieur).

 

- Sieur Absoulis l'Abscons? -Fit un groom portant tous les dignes sintaxis du groom, y compris la vêture.

- Him-self, à quel sujet quèsse? -Rebondit Abs narcoteux.

 

Pour toute réponse le groom se contempla de lui tendre un Bristol et dispara comme il était venuto, c'est à dire en tocquant les lourdes tout le long de la cursive et ceci malgrat the heavy wether et l'humidité résiduelle genre chappe.

Puisque l'embrasure estoit allways à sa place Absoulis ferma in back et contourna deux fois les petiot rectangulaire papyr avant de voir qu'il estoit gauffré aux armes-citoyens et toré sur dranche.

 

- Mazout d'Aquitaine! -Se ditil in-peto.

 

"Sieur,

Moi-mesme et nostre épaisse tenons à vous salutar ainsi que congratular pour vostre tempérance et solubilité à l'occasion de l'occultation de votre Bulletoc d'ici quelques good-years.

NB: La fin du Z de vostre dislexique est proprement zébrique!! Nous nous marrâmes épais!!

Lègue à la ôteur suit"

 

Daté du mois d'aperture de l'an 45 après désoccultation au vulgaire, à Liverpool.

Signé: Général Motors. Tête-de-Moreu!

 

Il en resta tout quoi, là où il estoit.

Coi! Le Général Motors en perso lui pététait un Bristol de Liverpool?! Et prou-venant des son avenir quyplusè?! Incrédible...

Acte suivant fut de renifler le papyr de deux côtés et inversement.

 

- Cela ne comming poinct d'un futur lignique, mais toutàfait hypothénuse... (Snif) 7 évident!

 

N'avaitil pas fait demimoore dans la apretada intention de se couler une "t'es-qui-là" (Liverpool lui avoit sans doute fait songer à mons que scenesoit Bristol) que l'on tocquait once again.

La radio fournissait un vieux movie où l'actuelle Fletcher de "Murder she wrote" jadis tite-mie occasionnelle du grand Orson chantonnait pour Dorian G. et en VO/NB: A Yellow Little Bird... avec frescor et inavouabilité.

L'embrasure tenait toujours et ça rassurait Absoulis qui ouvrit à peine calorique.

 

- Encore vous estes?

Groomsquez vous ainsi sans arrest

tel le Paribrest,

les jours comm-ci, lestes?

- Que nenni nobleste,

j'oubliat le colique qui accompagnait le Bristol;

faraway d'interrupter vostre sieste

je m'en reviens dare-dare à Liverpool.

Sans vous offenser ma rime est moins modeste...

- Ben, canton a pas la teste...

- Quoi qu'il le voili, le clolis.

 

Et cedisant il lui montra le plus bel et énaurme castel qu'Absoulis n'è jamais vu.

Il estoit en belle granitique pierraille de bonne à l'oie, douves à la bonne témper et crénaux à volonté, crobeaux et mâchicoulis à l'idoine, bref, l'ensemble exemplarisait le plus bel style Aveyro-saxo-texan avec un jenesècoi de Montévidéen.

tempora aux mûres

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 11/01/2008 à 14:38 :: Absoulis l Abscons Main Textes

- Éclusez mon indiscrète, mais n'estes vous pas un tansoipeu déliquescent? Ce chasteau ne rentrera never dans ma piaule, même par la plus aristotélicienne des persuasions.

- Avoid une dent against les castels ou versus Aristote? Res-publiquain comme vous estes cela ne m'étourdirait poinct...

- Que nenni, j'allusionais à l'énormure de la bastide, pèce d'éteint du mou!

- Ah! Je mesure le faîte -fit le groom en jetant un œil à l'instar- mais poinct n'est de ma faulty, le Général vous l'a sans doute légué en irréfléchissant aux consèques.

- Vous estiez son groom-vocat testiculaire?

- Niet M'sieur, chuis facteur d'métier -ditil en tendant sa main- Facteur-Temps, à vot' service!

- Je le sentais ben à plein pif quyavait une entremêlée avec le Facteur-Temps in this sérial" Se dit Abs en son for... (Et il navet pas tort, comme vous avez pu).

- Plaitil?

- Ren, je parlais à Montfort, ne savez vous pas lire? Quoiquil -déclara Abs impondérant- mettéle dans la cour, voyez ben qu'ici ça esrange le sappage, ça fera plaisir à la cierge et puis la cour c'est bien la place d'un château, n'estil?

- A moins que cenesoit l'inverse M'sieur!

- A propos d'inverse zavez l'ora?

- 7 y pas à propos dutout M'sieur, jean ait peur, mais si je l'avais, je l'ai pus, et chuis à labour!

- Avanceriez vous trop slowly en conservative?

- Je n'avance poinct M'sieur, je r'tarde, ceci étant cause de la conséquence.

- Mon Facteur Temps quir'tarde -reprit Abs d'un ton paternel- laisse mi vous explicat, à moins que vous ne rebroussiez sur vos pas, ni allez chichement, vous ne pouvez retarder...

- Si M'sieur, je r'tarde car vous allâtes plus veloz que moi.

- Que ne le disiez vous! Vous bourrez mais en Temps-Relatif alors... Ce n'est pas insoignable, vous verrez le décal âge ça finira par se remonter...

- Sitémieux M'sieur, mais ssquié bizarre cesty que plus j'avance plus je r'tarde!

- T'es bien un conservateur mongà, mais sur les riboizeries du Facteur-Temps ainsi que sur les mongà on fera uno altro nambar sil vous please, onné pas là pour se faire engueuler, onné là pour le voir défiler! Lookez bene le titre quy lisez vous?

 

Le groom haussa son mirar jusques au head-line de la front-page du Bulletoc quy paruxe can ty veult:

 

- Je lis "Tempora aux Mûres" M'sieur! Ca m'dépasse encore si josé...

- Josez, josez, mais si vous voulez sapere le commun du why, sachez que moi mesme ignore toutto jusqu'à in-fine us usual.

- Plus chuis-là plus je r'tarde still, et à grands pas M'sieur!

- Pourtant on dibien qu’y fô donner du temps au temps.

- Dicton itout "omnes vulnerant ultima necat" et tarpoun...

- Et on mourra tous one day, mais 10, étil vérito que tu, tel Saturne et/ou Chronos tu boustifailles tes bambins aufur qu'ils se pointent, en guise de émennems?

 

Le F-T, qui soidisant n'avait rien d'un barbare et encora meno d'un symboliste, looka en l'aréa immobile avec un gros "no-comment" clignoteux en bas de l'écrin.

 

-Admetons, si tu rest planté commeci encore sous mon embrasure estil sûr que tu ne faits qu'arrêter le Facteur-Temps que tes toi-même.

 

Il suffit de 7 remarque pour qu'il déguerpisse en se disant sûrement qu'en s'en allant vite, il allait se rattraper.

Sans le savoir le sieux vage estoit tombé pile sur une argutie massive...

Quand Absoulis referma la torpe l'embrasure tenait toujours mais ses fibres optiques brembeloquaient.

 

Pourtant l'horribilis n'était poinct encore à l'écoutille.

N'avaitil pas fait un pas du tout que lon retocqua, 7 fois encore sa "t'es-qui-là" attendrait, ne dicton pas quil fô remuer cette fois sa bangue dans la louche avant de l'ouvrir?

Mandolina-Sugar-Baby estoit à l'embrasure et à rout du boulot. Epuisette, elle semblat avoir pris une vingtaine en un rien, sans compter le réseau rideux sur sa face ni son éffet pô-d'orange.

 

- Je tafigue Abs -ditelle en rebuffant- C zescaliers me trucident...

 

Ni une ni deux Absoulis, pigeant le quiproquo locotemporel, la prit ferme par les jadis blandes espaldas, today ramollientes, et l'affronta au premier mirror venu.

Elle romba à la tranverse...

 

Dès qu'elle revingt sans aucun à-propos dit comme toutenchacun:

 

- Où chuisse?

 

Absoulis levantant les mires aux cieux implora pardon au dieu des écriveurs. Après tout seditil Mûre n'a jamais équivalu à Mâture...

 

- Lorsque je grimpais les escalons jusqu'au rétif chetoi -Explic-ploc Mandolina- une sorte de groom est sapé en délavant les estages comme sil avait le fiable aux dresses, et là, d'un solo golpo, m'envahit tafigue, exténuat et... vingt ans s'envolèrent enun souffle morbide...

 

Commun faitexprès 7y pile à 7 minute qu'à la galène, Gardel alias le grand muet, alias le morocho des halles, alias le sourd, alias le piaf créole, alias depuis-qu'il-est-mort-il-chante-mieux-chaque-jour, alias Carlitos, plaçait son: que veintyanios noes nada y es febril la mirada... avec l’envergure con lui connait.

 

- Vingt berges en un momento -Intervint Absoulis- C extremely rare car le Temps ne passe jamais en vingt, du moins l'assure ton... Mais afterall combien de tarins, combien de capemitaines sontils partis joqueux en courses lointaines, bref, lamentin de tele dire mais j'ai une bonne et une méchante...

- Débute par la bonne, les tarins et les croquemitaines ne sont plus de moinâge depuis désormais.

- La bonne cè que c'estoit pas un groom...

- La bonne n'estoit pas un groom... -répétita telle pensive à cran- ça je m'en doutais figure. Et la sinistra?

- C'estoit le Facteur-Temps...

- And so?

- Ben il est croisé trop vite ton profumant sillon mais en sens reverse, il ta en quelque sorte projetée dans l'accélerat temporique, et t'en a pris pour vingtans... Recarme, tes pas la seule à prendre vingtaine en montant des escalons, j'en ai connu d’autres…

- Avec Analitik céty moins cher!

- T'emmerve pas, la solution j'ai, il suffit de faxer au Général Motors qui m'a groomé le Bristol de Liverpool avé ce maledetto soi-10-ans Facteur-Temps, et lui prier de nous le rembobiner.

- D'acc -fit-elle extinguish- et dès quy se pointe on le trucide!

- Who?

- Le temps pardi!

- 6'estoit aussi fastoche ça se saurait. On peut pas tuer le temps puisque on le necesita bien alive pour quy te rewinde.

- Entrave peu de ton plan mais fatelo presto -La pauvre défraîchissait à vue d'oeil en mesme temps qu'elle s'emplissat d'un spleen d'un bleu ultramarre.

tempora aux mûres

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 11/01/2008 à 14:14 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Mais àpenas avait il décrotté le combinat qu'il réalisa l'horribilis.

 

- Jysonge! Le Général Motors est mortadelle, donc insondable. Le rip de tout ça C qu'il est deuxiement insondable puisqu'il est DCD dans le venir en me léguant deux ou tri brouilles.

- Ah, l'encombrant castel dans la cour c'est lui?

- Héristage...

- Récheflis Abs, mon abscons, s'il est très passé dans le sutur fimple comme tu 10, il est alive là, maintenant, tandis qu'on cause, triplandouille!!!

 

Elle éstoit wright comme dab... Dans sa neujesse.

 

Une fois le Général Motors joint ôtel (le Bristol Cinqétoiles à Liverpool) les coses allèrent de soi.

En revanche le ô gradé sembloit tout ignar, du moins présentement, du leg qu'il ferait dans le futur simple à Absoulis, via le Bristol et le Facteur-Temps. Cela sambloit même le contrecarrer un tansoipeu.

Mais le leg faisoit une belle jambe à Abs, qui pour le momentino se fricassait en zyeutant la détresse vieillitive dans lacual sombrait Mandolina tant par babord que par tribord.

Happily, peu ou prou tocqua enfin le Facteur-Temps au comble du déjantage pulmonaire.

 

- M'sieur, dame, Facteur-Temps au rapport!!!

- Ben canton a pas les jambes... Quoiqu'il enfut, 7 fois vous arrivez à point -remarqua Absoulis en oeillant sa pendule.

- Merci M'sieur, en éffet j'ai pu rattraper mon forward, j'avance même légèrement de ce pas!

- Ny joyeusetez pas trop, rappelat qu’en notre séprence notre Temps-Relatif vous dérègle.

- Madame -fitil miévreux en recarmant MSB- nous ne fûmes poinct présentés par 7 indivisible. Etes-vous une particulière?

- Mon pauvre ami, quoi que je trouve votre pregunta offuscante, je le fus, jadis, helas, et bien plus culière que partie...

 

Le temps passait et repassait et le tout en bravadages, mais Absoulis en quelconques nano-secondes ramena tout le monde au fact.

 

- Simplicitat, M'sieur! -Gueula le Facteur-Temps une fois imprimé le blème- j'ai un clik spécial pour le tracas de la dam'. -Et en déboutonant son faux-col il fit repaître un rangdoignons de boutons en colifichet- Gardez bien M'sieur, ya un qu'est écrit "Tiempo para Damas" ou quékchose du genre...

En féfé, yavoit un où il éstoit écrit:

 

- Tempora aux Mûres, Cornegidouille, Idillot, de par ma Veritis Candela et crotindechavignolchô!!!

- J'vous l'avais bien dit que vot' head-line me disait quèqu'chose, M'sieur!

- Quedalle Dumou! T'avais dit -attends que je retrouve...- voilà: "M'sieur! Ca m'dépasse encore si josé..."

- Et si tu me rewindais mes vingt piges de trop -protesta Mandolina au bord de la sénatorialité, vastement agaçée par la perte de temps en niaiseries- j'ai les dents qui se descalzan... Les mandriles taquicardes zont des intentions biologiques! -Elle sénéquait drû- Et puisque tés là jamais pour quedalle enlève une 12aine d’ans en plus...

 

Sansune nideux Absoulis appuya sur le toubon susnominé "Tempora aux Mûres".

Subito celle à qui l'on disait, rajeunit tant ési ben, si à vue d'œil, si floripondieuse, si toute sweet, si, si, si...

 

- Tombola!!! -s'écria telle, ne trouvant pas mieux, comme à chaque fois qu'une indescriptible la tréfondait.

- Quésse tu regardez vous! -Cria presque Absoulis au Facteur-Temps- Voyez pas qu'à partir d'ixi céty privatif? Suspendez votrenvol de 15 heures tarente et disapearez immediatly.

- Pardon M'sieur je r'tardais encore, sans croûte.

- Assez!

 

Et puis, sans une ni deux, MSB reprit à l'intention du F-T:

 

- Et faites gaffe de ne croiser personne à contresens!

 

La dame à galène suintait le film de Humphrey avec la Bacall, elle l'ouvrait pour dire: Just wizzel... avec un regard à scier le parquet.

Mais les émotives, le setrès, et sa jeunnesse retorquée, l’avaient quanmayme vibrée sec.

MSB turna-off once again.

 

Elle se releva en époussetant son fourreau et c'est miss à mûre-mûrer derechef un Bo-bo-be-doop abrasif.

Ondulante, bras serpentins levées, elle avançait briluque vers Absoulis qui était figé pile au clock de son futur simple, qu'il lookait avec d'hélices avancer verluis à cas padencés.

Elle avait des lustres à rattraper, et ça tombait sur mézigue…

 

Dans le proximo nambaroc (qui paruxera onnesèquand) la "Visite Guindée" du castel-quy-è-danlacour, en grise de suite royale.

la P!!!

Par ze one & only blog littérette et/ou absurde en lingua incognita :: 04/01/2008 à 11:37 :: Absoulis l Abscons Main Textes

Main Texte paru dans LE BULLETOC D’ABSOULIS L’ABSCONS nambar 8 / avril 2000

 

Semag Rorim Coicéps : Spécioc Miror Games

 

«La P!!!

 

Ou Qui, 7 Nuilà Tocqua ainsi à l’Embrasure?

-Entama til sicuro 7 fois de la chute, C ten cheminant con devient cheminée- 7-il-10…

 

Depuis qu'Absoulis l'Abscons par l'intermitence d'Antonin Machado, serviteur, et toute sa rédac, s'était désocculté en stupéfactant les medios confins de l'écriture dislexique, son antre, si quiet et isoloc en paravent, éstoit devenu le der sacause où l'on lon.

 

Mandolina-Sugar-Baby qui invadait chaque soir tombant les lieucaux, n'estoit pas la moins assidue, sans comptar les lots de moinillons qui depuis sa dernière escapade en politoc lui collaient au train nuir et jout à des fins vaguement œcuméniques.

Yavait aussi often son ex-proximo le Commdivisio Analitik, avé quelcounes de ses ex arrestés devenus ses piotes et toute une brandade de badauds qui venait poser thèse sur thèse, preguntas et toutes sortes d'objets insulites partout où celasepeut.

Bref cela deviennait arzouillant, pour ne pas dire dévastatreux pour la grande littérette.

L’encyclopique tripalium de l’Absoulis qui consistant à réviser le compendium des connaiscyences humanes pour en octroyer à chacune une solution imagée, en prenait un séveral strike.

Et 7 y peu dire...

 

Le seul contentement d'Abs, estoyent les dia et mono-logues qui de temps à altres montaient en surf pour péter comme des surréaloques bulles de bon rôteux.

Evience est qu'à force d'hétérocléïté les buenas surprises fusent à l'occasion...

Tout comme lo porcospino, C que quelconques de son genre et espice, qui seront fataloc étripaillés en transversal del camino par poilours et toute sorte de roulants durant la noche aveuglante.

7è commquidirait une fatalitas. Une séquence inévitable de la dislectique Groucho-Lénifiante.

Ce phénôme le musa un brin, ma non troppo, et pour finir pludutout,

dutout,

dutout.

Ça en vint même à le barber.

Quand on a la chourde large d'étriper, sacudir, extrapider, enfler, tripper et touiller la langue usuelle et trançaise ren que pour voir C quil en tombe, on ne se peut muser en bobadilles.

T'es okay et tu suivez jéxpère.

 

La ‘Pathaphysioc, dans ce thé-âtre et/ou castelet des Phynances que nous usons desfois appeler le maste vonde, n'admet pas le moindre P de mosquito qu'il soit adroit ou de traviole, puisque elle admet d'emblat le tout comme substentifique moëlle de la véridis épine torsale.

7 Scyence se cantonne à solucionar, même là où pas besoin est, et non poinct à supputer dessquyè ou è mie. Car fô ben la mettre, de cela nous en entravons rikiki pour ainsi dire, quoi qu’en disent les scyavants dits "sériocs" du vulgaire.